Les enfants prodiges du Continent Mère
© Getty Images

Bien que Didier Drogba, Emmanuel Adebayor et John Obi Mikel aient encore fait la majorité des titres à l'occasion de la 29ème Coupe d'Afrique des Nations de la CAF, bon nombre de joueurs encore méconnus avant le tournoi ont réussi à se faire une place sous le feu des projecteurs.

FIFA.com porte aujourd'hui son regard sur ces nouveaux visages prometteurs, qui ont profité de la CAN 2013 pour démontrer l'étendue de leur talent.

Djene Dakonam (Togo)
Comptant parmi les surprises du tournoi, la sélection du Togo est majoritairement constituée de professionnels évoluant en Europe. Dakonam fait partie des rares joueurs exerçant leur métier en Afrique. Avec son club camerounais du Coton Sport de Garoua, ce défenseur de 21 ans évolue habituellement sur le côté droit. Mais en Afrique du Sud, il a été utilisé sur le flanc gauche par Didier Six, le sélectionneur des Éperviers. À ce poste, il s'est révélé convaincant, rapide et particulièrement habile. Pourtant, sa carrière en équipe nationale n'a démarré que l'année dernière.

Fatawu Dauda (Ghana)
En Afrique du Sud, ce gardien de but de 27 ans est l'un des quatre joueurs des Black Stars évoluant dans un club ghanéen. Considéré comme troisième choix derrière Adam Larsen Kwarasey et Daniel Adjei, le portier d'Ashanti Gold a bousculé la hiérarchie et pris part au parcours du Ghana jusqu'en demi-finale. Élu homme du match lors de la qualification des Ghanéens face au Cap-Vert en quart de finale, Dauda entend bien conserver sa tunique de gardien numéro 1. "Je ne dis pas que je suis meilleur que les autres gardiens. Mais en football, ce qui importe, c'est d'être sélectionné et je veux garder la confiance de l'entraîneur."

Dean Furman (Afrique du Sud)
Laissé de côté par Gordon Igesund lors du match d'ouverture des Bafana Bafana contre le Cap-Vert, Dean Furman a été rappelé par le sélectionneur sud-africain pour une deuxième rencontre déjà décisive face à l'Angola. À cette occasion, ce milieu de terrain de 24 ans a effectué une prestation remarquable, prenant ses responsabilités et demandant souvent le ballon. Trois jours plus tard, Furman aidait le pays hôte à décrocher son billet pour les quarts de finale après un résultat nul (2:2) face au Maroc. Journée particulièrement réussie pour le milieu axial : dans le même temps, Oldham Athletic, son club de troisième division anglaise, sortait Liverpool de la FA Cup. Seule ombre au tableau dans la campagne de Furman lors de cette CAN, un penalty manqué lors de la séance de tirs au but scellant l'élimination des Bafana Bafana devant le Mali.

Sunday Mba (Nigeria)
Jusqu'alors principalement utilisé comme second couteau par le sélectionneur Stephen Keshi, ce milieu de terrain a réussi à apporter un vrai plus dès qu'il a été titularisé. Mba, qui évolue dans le club d'Enugu Rangers en première division nigériane, n'a disputé que deux rencontres. Il ne lui en a pas fallu plus pour inscrire un des buts majeurs du tournoi : celui de la victoire des Super Eagles contre la Côte d'Ivoire, favori annoncé de cette CAN. Même si sa frappe a été déviée dans le but, Mba a montré là beaucoup de Confiance et de talent face à une défense ivoirienne aguerrie. À 24 ans, il est l'un des joueurs les plus prometteurs dans cette CAN. Il valide ainsi le choix de Keshi de faire appel à de nombreux joueurs évoluant dans des clubs nigérians.

Ryan Mendes (Cap-Vert)
Il ne s'agit pas d'un illustre inconnu, puisqu'il a déjà participé à la Ligue des champions de l'UEFA avec Lille. Mais cet attaquant de 23 ans a confirmé sa réputation de star de demain sur le front de l'attaque des insulaires du Cap-Vert. Intelligent et rapide, il a grandement aidé les Requins Bleus à créer la surprise en atteignant les quarts de finale.

Godfrey Oboabona et Kenneth Omeruo (Nigeria)
Voilà deux défenseurs jeunes et inexpérimentés qui ont provoqué quelques froncements de sourcils lorsque Keshi les a intégrés chez les Super Eagles pour la phase finale. Oboabona (22 ans), qui évolue aux Sunshine Stars dans le championnat nigérian, et Omeruo (19 ans), prêté par le géant anglais de Chelsea au club néerlandais d'ADO Den Haag, ont accumulé du temps de jeu, forçant ainsi le capitaine Joseph Yobo à passer la plus grande partie du tournoi sur le banc. "Une partie de mon job consiste à faire des choix. Si j'ai choisi ces deux jeunes joueurs, c'est parce que je pensais qu'ils étaient capables de bien faire sur le terrain. Nous avons suffisamment de joueurs plus expérimentés pour donner des conseils", a confié Keshi.

Thuso Phala (Afrique du Sud)
Intégré dans l'équipe des Bafana Bafana au détriment de joueurs plus expérimentés, cet ailier droit a joué un rôle important dans le parcours de son pays. L'Afrique du Sud a en effet atteint le stade des quarts de finale de la CAN pour la première fois depuis 2002. À 26 ans, il évolue actuellement aux Platinum Stars, après être passé par les clubs de Kaizer Chiefs et Mamelodi Sundowns.

Molla Wague (Mali)
L'intégration de ce joueur de 21 ans dans l'équipe de Patrice Carteron pour la phase finale de la CAN a constitué une surprise. Mais le défenseur de Caen, né en France et qui a joué en sélection française chez les jeunes, a remarquablement tenu son poste, formant un duo épatant avec son coéquipier Adama Coulibaly. Les Aigles n'ont concédé que trois buts dans le tournoi avant les demi-finales.

Mubarak Wakaso (Ghana)
Après un parcours convaincant en phase de poules, les Ghanéens étaient opposés aux novices du Cap-Vert en quart de finale. Chose plutôt surprenante, ce sont les insulaires qui ont fait la plupart du jeu en début de rencontre. Kwesi Appiah, le sélectionneur ghanéen, a lancé Wakaso. Le milieu de terrain gauche de 22 ans, qui évolue à l'Espanyol Barcelone, a justifié la confiance de son entraîneur en marquant à deux reprises. Ses trois buts inscrits en autant de rencontres - dont deux sur penalty - font sans doute de lui le joueur le plus efficace du tournoi.