Keshi : "Ce n'est qu'un jeu"
© AFP

Le sélectionneur Stephen Keshi, membre de la dernière équipe nigériane championne d'Afrique, a refusé samedi tout parallèle entre sa situation actuelle et le sacre des Super Eagles en 1994, à la veille d'affronter le Burkina Faso en finale de la CAN-2013, dimanche.

Comment vous êtes vous préparé pour cette finale que vous allez aborder dans la peau du favori ?
On a fait une préparation normale, comme depuis le début du tournoi, en essayant d'être concentré. Je ne sais pas si on est favori. On va essayer juste de faire notre job. Si on perd, ce ne sera pas grave, ce n'est qu'un jeu. Quelqu'un doit gagner et un autre doit perdre. Si c'est mon jour, je remercierai Dieu. Le fait d'avoir battu la Côte d'Ivoire et le Mali ne nous donne pas 100% de chances de soulever la coupe. Il faut continuer à travailler et on va essayer d'avoir la même mentalité et la même attitude.

Le fait d'avoir joué le Burkina Faso au 1er tour (1-1, ndlr) a-t-il influencé votre préparation ?
Je pense que c'est bénéfique mais depuis cette rencontre, on a joué d'autres matches. On a corrigé nos erreurs petit à petit mais ce sera la même chose pour le Burkina Faso. Ils nous connaissent comme nous les connaissons. Mais demain ce sera un autre contexte.

Votre expérience de joueur et le fait d'avoir remporté le trophée en 1994 vont-ils jouer un rôle pour aborder ce match ?

C'était il y a 18 ans. Le football change toutes les secondes et entraîner c'est tout autre chose. Je n'aime pas parler du passé et je veux aller de l'avant. Le plus important c'est que j'ai confiance en moi et en mes joueurs.