par François-Jean TIXIER

LYON, 26 juin (AFP) - Le milieu de terrain camerounais Marc-Vivien Foé, décédé jeudi à Lyon après avoir été victime d'un malaise durant la demi-finale de la Coupe des Confédérations de football entre le Cameroun et la Colombie (1-0), était considéré comme un sage dans le milieu du football.

Agé de 28 ans, marié, père de trois enfants, "Marco", comme il était surnommé à l'Olympique lyonnais, le club à qui il devait encore un an de contrat et qu'il s'apprêtait à rejoindre à la suite d'un prêt à Manchester City (1re div. anglaise), savait souvent prendre de la hauteur par rapport aux événements et était fidèle en amitié.

"Je ne lui connaissais que des qualités et c'est un très très mauvais moment", affirme même Thierry Braillard, adjoint aux sports de la ville de Lyon, qui avait eu maintes fois l'occasion de le côtoyer.

De son côté, Ferdinand Makota, l'un de ses représentants avec Pape Diouf, reste sans voix, sonné, à l'évocation de son ami et au deuil qui frappe les proches de Marc-Vivien Foé.

Ce dernier était très apprécié aussi bien par ses coéquipiers, de club ou de sélection, mais aussi en dehors du football. Il savait être reconnaissant, simple et sincère selon les gens qui le fréquentaient alors qu'il jouait à l'OL entre 2000 et 2002.

Lyonnais de coeur
Après avoir notamment appris qu'il était l'un des joueurs préférés du maire de Lyon, Gérard Collomb, le joueur, alors à l'Olympique lyonnais, lui avait offert un maillot des "Lions indomptables" au retour de la Coupe d'Afrique des nations (CAN) qu'il venait de gagner.

Marc-Vivien Foé se disait lyonnais de coeur. Son épouse ne l'avait d'ailleurs pas rejoint à Manchester la saison passée. Il s'était même porté acquéreur d'une maison dans les alentours de Lyon, ville où le dernier de ses trois enfants était né il y a quelques semaines.

Après avoir joué au Canon de Yaoundé au Cameroun, Foé, milieu de terrain athlétique (1,94 m, 84 kg) avait rejoint la France et le Racing Club de Lens. Il avait failli signer à Manchester United mais une grave blessure à une jambe l'avait empêché de rejoindre le fameux club mancunien. Il avait ensuite signé pour West Ham (1re div. anglaise) avant de rejoindre Lyon avec qui il a gagné une coupe de la Ligue (2001) puis le championnat de France (2002).

Pour autant, son souhait était de continuer sa carrière dans le championnat anglais où il espérait trouver un nouveau club pour la prochaine saison, mais son parcours s'est brutalement arrêté dans le rond central du terrain du stade de Gerland de Lyon.