En complément au communiqué de presse d’hier annonçant le décès tragique du joueur camerounais Marc-Viven Foé à Lyon le 26 juin 2003, la FIFA décrit ici ce qui s’est passé sur le terrain du Stade de Gerland de Lyon. Des détails supplémentaires concernant la cause exacte du décès seront fournis dans les prochains jours à l’issue de l’autopsie.

Le rapport suivant a été rédigé par la délégation de la FIFA responsable du site de Lyon : Coordinateur général Henny Smorenburg (Pays-Bas), officiel médical Dr Alfred Müller (Suisse) et responsable des médias Pedro Salazar-Hewitt (Chili).

Heure 0’00 (72ème minute du match) - Se déplaçant seul au milieu du terrain, le joueur s’effondre sans raison apparente.

Heure 0’05 - Un joueur colombien signale immédiatement à l’arbitre le besoin d’assistance médicale et procède instantanément au traitement approprié (en levant le menton du joueur pour lui faciliter la respiration). A ce moment, le joueur respire visiblement. Ses yeux sont révulsés, seul le blanc des yeux est visible. Cela peut constituer le signe d’un début de coma.
Le médecin de l’équipe camerounaise prend le relais en poursuivant le traitement facilitant la respiration du joueur.

Heure 2’00 - Le joueur est porté hors du terrain sur une civière et le traitement est poursuivi sur la touche.

Heure 3’20 - Le joueur reçoit l’assistance d’un médecin français.

Heure 5’15 - Le joueur est transporté dans la salle de soins du stade. Afin de stabiliser la situation du joueur, le médecin français sur site prend la décision de le garder en salle de soins au lieu de le transporter à l’hôpital en ambulance. Une ambulance était prête en tout cas à transporter le joueur si nécessaire et si possible.
La salle de soins était parfaitement équipée pour les mêmes interventions médicales et traitements qu’à l’hôpital.

Traitement en salle de soins : - A son arrivée en salle de soins, l’état du joueur n’a pas changé depuis le terrain. Il est placé sous perfusion et sous oxygène. A ce moment, le cœur s’arrête de battre et un traitement de réanimation est immédiatement commencé. La réanimation est suivie d’un massage cardiaque, le joueur est intubé puis placé sous respiration artificielle, avant de recevoir un traitement d’électrochocs et un traitement médical intraveineux.
La réanimation a débuté environ 7 minutes après l’arrivée en salle de soins, soit 12-13 minutes après que le joueur se soit effondré sur le terrain. La réanimation a continué pendant environ 45 minutes, jusqu’à 20h20. Heure officielle du décès : 20h20.

Suite au décès du joueur, le coordinateur général de la FIFA et le médecin de la FIFA ont emmené le chef de la délégation camerounaise dans le bureau du coordinateur général pour l’informer officiellement du décès du joueur. Cette annonce a été suivie immédiatement d’une conférence de presse lors de laquelle le médecin A. Mueller, accompagné du responsable des médias de la FIFA, a fait une déclaration officielle à la presse au sujet du décès du joueur.

A la demande de la délégation camerounaise et avec l’approbation du médecin légiste, les membres de l’équipe camerounaise ont eu l’opportunité de faire leurs adieux à leur coéquipier décédé. Les équipes colombienne et camerounaise n’ont pas quitté le stade avant que le corps du joueur décédé n’ait été emmené.

Conformément à la décision du médecin légiste, des détails supplémentaires concernant la cause exacte du décès seront fournis dans les prochains jours à l’issue de l’autopsie.

***********************************************************

Informations supplémentaires : Le joueur souffrait de diarrhée deux jours avant le match. A Saint-Etienne, un diagnostic a été fait à l’hôpital après un test sanguin et les résultats étaient normaux. Il a été confirmé qu’il n’y avait aucune infection. Le traitement était constitué d’une perfusion de NaCl et d’Immodium. Le soir du 25 juin 2003, le joueur se sentait bien. Ces informations ont été fournies par le médecin de l’équipe camerounaise à la FIFA, Dr Mueller.