On a beaucoup évoqué ces derniers temps un net resserrement dans la zone océanienne. Pourtant, force est de constater que le dernier obstacle reste infranchissable pour la plupart des "petits" de la région. L'Australie, seule équipe de l'OFC avec la Nouvelle-Zélande à avoir atteint une phase finale de Coupe du Monde de la FIFA, n'a eu aucun mal mardi à venir à bout des îles Salomon (6:0), devant près de 20 000 spectateurs réunis à l'Aussie Stadium de Sydney.

En s'imposant 11-1 sur l'ensemble des deux manches, les Socceroos se sont offert une place à la Coupe des Confédérations de la FIFA, Allemagne 2005. Ils ont également réaffirmé leur domination régionale et chassé le traumatisme d'il y a quatre ans, quand ils s'étaient fait doubler par le grand rival néo-zélandais.

L'ampleur du score souligne bien tout le chemin qu'il reste encore à accomplir aux îles Salomon et aux autres seconds couteaux de l'OFC, ce malgré  quelques résultats surprenants  lors des qualifications pour Allemagne 2006

Une avalanche de buts
Les hommes de Frank Farina, qui enregistrait pour l'occasion le retour d'Harry Kewell, ont d'emblée pris le dessus sur leurs adversaires. L'attaquant de Liverpool a même réussi à marquer un but, avant de sortir pour la seconde période suite à un léger coup sur la cheville.

Tony Vidmar, Archie Thompson, Ahmed Elrich (des U-23), Brett Emerton et Ante Milicic y sont eux aussi allés de leur petite réalisation. En face, les îliens n'ont jamais vu le jour, dépassés qu'ils étaient par cette équipe professionnelle, bien préparée et composée pour l'essentiel de joueurs évoluant à l'étranger. Elrich, Emerton et Milicic ont inscrit là leur deuxième but en autant de matches, puisqu'ils avaient déjà frappé la semaine précédente dans la moiteur d'Honiara.

Le premier but résulte d'un corner obtenu par les Australiens sur leur première attaque. Milicic met le ballon au fond, nous sommes à peine à la cinquième minute. Trois minutes plus tard, Kewell, laissé complètement seul, fait le break des six mètres.

Ayant procédé à trois changements à la pause, les Socceroos enfoncent le clou à l'heure de jeu grâce à Vidmar. A dix minutes du terme, Thompson convertit un bon ballon d'Emerton, avant que le passeur de Blackburn ne se fasse buteur pour sceller le score d'une superbe volée.

Consolations pour les Salomon
Après le 5-1 enregistré à Honiara la semaine précédente, on se doute bien que Farina a dû avoir du mal à motiver ses troupes. Malgré tout, l'ancien international australien se refusait à rabaisser l'adversaire. "On joue contre l'équipe qui nous est proposée, déclarait-il après le match. Quelle qu'elle soit, il faut toujours tout mettre en œuvre pour gagner."

Allan Gillet, le sélectionneur des Salomon, proposait une analyse beaucoup moins tendre : "On aurait dit de petits garçons contre une équipe senior. Sur ce match, on a vu le fossé qui nous sépare encore des Australiens. Leur expérience internationale nous a été très préjudiciable ce soir."

Malgré la défaite, Gillet et les siens pourront toujours se consoler en repensant à  leur exceptionnel parcours jusqu'à cette finale , parcours qui les a vus notamment écarter la Nouvelle-Zélande. Cette double confrontation leur servira aussi sans doute à mieux appréhender le barrage pour Allemagne 2006 prévu l'an prochain contre ces mêmes Australiens.


C'est la troisième fois que les Socceroos se qualifient pour la Coupe des Confédérations de la FIFA. Ils y retrouveront ce qui ce fait de mieux dans le monde : la Grèce, le Brésil, l'Argentine, la Tunisie, le Japon, le Mexique et l'Allemagne.