Le vainqueur :

Dida, Cafú, Roberto Carlos, Dunga, Denilson (meilleur joueur de la compétition) Ronaldo et Romario... Qui pouvait bien surprendre le Brésil et son bataillon de stars dans cette Coupe des Confédérations de la FIFA ? Personne. Car l'équipe dirigée par Mario « Lobo » Zagallo domina ses adversaires aussi bien techniquement que tactiquement. Durant toute la compétition, le dispositif auriverde ne varia pas d'un iota : 4-4-2, avec deux défenseurs centraux en couverture et les autres joueurs de champ jouant résolument la carte de l'attaque. La première rencontre, qui se solda par une victoire 3-0 contre l'Arabie Saoudite, annonçait une suite prometteuse. Certes, les champions du monde en titre concédèrent le nul face à l'Australie (0-0), mais par la suite, ils s'imposèrent systématiquement, se qualifiant lors du dernier match de groupes contre le Mexique (3-2).

La demi-finale, remportée 2-0 face à la République tchèque, fut quasiment une formalité. Et que dire de la finale ? Le Brésil y retrouva l'Australie et rattrapa son raté en signant une performance conforme à son standing. Ainsi, le score final rappela davantage la balle jaune que le ballon rond : 6-0 pour la formation sud-américaine. Romario et Ronaldo attirèrent tous les projecteurs à eux en signant respectivement 7 et 4 buts en seulement cinq matches. Tout bonnement impressionnant.

Les surprises :

En plaçant le Brésil et l'Uruguay dans le dernier carré, le football sud-américain éclipsa quelque peu les autres représentants. La République tchèque sauva l'honneur du vieux continent en décrochant la troisième place. Quant à l'Australie, sa performance plus que méritoire ne saurait être masquée par le score fleuve concédé lors de la finale (0-6).

Mais la grande surprise de la compétition fut sans nul doute la sélection uruguayenne. Etonnante, la prestation de la Celeste ne le fut pas à l'aune de son passé respectable au niveau seniors. Elle le fut car pour cette compétition, elle aligna une grande majorité de minots, deuxièmes lors du Championnat du Monde Juniors de la FIFA Malaisie 1997. L'entraîneur Víctor Púa accorda ainsi toute sa confiance à des jeunes hommes tels Nicolás Olivera (Ballon d'Or en Malaisie), Marcelo Zalayeta et Walter Coelho pour accompagner les expérimentés Paolo Montero, Darío Silva et Àlvaro Recoba. Et bien lui en prit puisque l'Uruguay s'imposa face aux Emirats Arabes Unis, à la République tchèque et à l'Afrique du Sud en première phase. Son formidable parcours ne fut stoppé que par un but en or de l'Australie en demi-finales. Malgré leur défaite contre les Tchèques dans le match pour la troisième place, les jeunes Uruguayens ne boudèrent pas leur accessit mérité.

Participants :
Australie, Arabie Saoudite, Brésil, Emirats Arabes Unis, Mexique, République tchèque, Afrique du Sud et Uruguay.

Villes-hôtes :
Tous les matches furent disputés à Riyad.

Buteurs :

  • Romario (BRA), 7 buts

  • Vladimir Smicer (RTC), 5 buts

  • Ronaldo (BRA), 4 buts
  • Affluence totale :
    293 500 spectateurs

    Affluence moyenne :
    18 344 spectateurs