LE FIM DU TOURNOI - Le Brésil a établi un nouveau record en s'adjugeant la Coupe des Confédérations de la FIFA pour la troisième fois consécutive, la quatrième de son histoire. En finale, la Seleção a infligé sa plus lourde défaite à l'Espagne depuis 18 ans (3:0) dans un Maracanã en fusion.

À titre individuel, Neymar restera comme le grand homme de ce tournoi. L'attaquant brésilien a fait étalage de son génie à chacune de ses sorties, contribuant grandement au triomphe du pays hôte. Le jeune prodige de 21 ans, qui s'est engagé au FC Barcelone quelques semaines avant le début du tournoi, succède à Adriano (2005) et Kaka (2009) au palmarès du Ballon d'Or adidas de la compétition. Neymar s'est encore distingué en finale, en marquant de son mauvais pied dans un angle fermé. Associée au doublé de Fred, cette frappe a permis au pays hôte de conclure le tournoi sur une victoire sans appel.

Un peu plus tôt dans la dernière journée, l'Italie et l'Uruguay ont eu recours aux tirs au but pour se départager dans le match pour la troisième place. Les spectateurs ont pu auparavant admirer deux somptueux coups francs, transformés avec adresse par Alessandro Diamanti et Edinson Cavani. Les Azzurri ont disputé à cette occasion leur deuxième prolongation en 69 heures. Malgré la fatigue, ils ont su garder leur sang-froid pour remporter leur deuxième victoire aux penalties en sept tentatives dans des tournois FIFA. Gianluigi Buffon a été le héros du jour côté italien, après avoir repoussé les frappes de Diego Forlan, Martin Caceres et Walter Gargano.

Les Brésiliens et les Italiens achèvent donc leurs parcours sur une note positive. Après un tel spectacle, tout le monde attend désormais la Coupe du Monde de la FIFA 2014™ avec impatience. Cette année, le Festival des Champions s'est mué en un véritable festival du football.

O sonho comeca agora : Le rêve commence maintenant
La Coupe des Confédérations de la FIFA a débuté par une cérémonie d'ouverture haute en couleurs, centrée autour du rôle de carrefour des cultures du Brésil. Le public s'est rapidement pris de sympathie pour les Tahitiens. Chaque tir des champions d'Océanie a été chaleureusement applaudi. L'Estadio Mineirao de Belo Horizonte a littéralement explosé de joie en assistant au premier but de la nation insulaire, contre le Nigeria. Sur un corner tiré de la gauche par Marama Vahirua, Jonathan Tehau a échappé aux attentions d'Efe Ambrose, avant d'expédier une reprise de la tête imparable au fond des filets de Vincent Enyeama. Toute l'équipe s'est retrouvée autour de l'ancien Nantais pour mimer avec lui le geste du pagayeur. Il s'agit sans doute là de l'un des moments les plus festifs d'un premier tour pourtant particulièrement riche sur le plan offensif.  

Neymar avait donné le ton trois minutes après le coup d'envoi du match d'ouverture, en plaçant une somptueuse demi-volée du droit dans la lucarne du but japonais. Andrea Pirlo a fêté sa 100ème sélection en marquant sur un magnifique coup franc face au Mexique. Décidément omniprésent, Neymar a répliqué au milieu de terrain de la Juventus lors de la dernière journée de la phase de groupes, à l'occasion du duel entre les deux équipes. L'Uruguayen Forlan s'est lui aussi offert un but pour sa 100ème sélection, tout cela sous le regard admiratif du nombreux public brésilien. Toutefois, la compétition ne se résume pas à quelques buts, aussi brillants soient-ils. L'interprétation a cappella de l'hymne national du pays hôte par les 50 791 supporters de Fortaleza restera longtemps dans les mémoires. Howard Webb n'a pas hésité à décrire ce moment comme l'un des plus forts de sa carrière d'arbitre.

En marge des protestations sociales qui ont secoué le pays, le football a une fois de plus rapproché les individus. La Coupe des Confédérations de la FIFA a alimenté de nombreuses conversations au Brésil, notamment en raison de la grande efficacité offensive des équipes. L'Italie et le Japon se sont livré un duel passionnant, remporté sur le fil (4:3) par les Azzurri. L'écrasante victoire (10:0) de l'Espagne sur Tahiti est entrée dans les livres d'histoire. Au cours de cette rencontre, Fernando Torres, futur lauréat du Soulier d'Or adidas, a inscrit quatre buts à lui seul. Le triomphe (4:2) du Brésil sur l'Italie a lui aussi été l'un des grands moments du tournoi.

Quatre champions du monde en demi-finale
Le Festival des Champions a parfaitement justifié son nom. En effet, le dernier carré de l'épreuve a réuni quatre champions du monde. La première affiche a mis aux prises deux géants du football sud-américain, tandis que la seconde proposait un remake de la finale de l'UEFA EURO 2012. Le Brésil n'a plus perdu à domicile contre l'Uruguay depuis 20 ans et la tendance s'est confirmée cette année. La Seleção a tout de même souffert pour venir à bout de la Celeste, sur deux buts signés Fred et Paulinho.  La Roja et la Squadra Azzurra se sont livré un duel sans merci pendant 120 minutes, avant de se défier aux tirs au but. Après 12 conversions consécutives, ce qui constitue un nouveau record dans un tournoi FIFA, le malheureux Leonardo Bonucci a tiré au-dessus de la transversale. Dans la foulée, Jesus Navas a validé le billet de l'Espagne pour la finale, en trompant Buffon.  

Le Brésil n'est sans doute pas près d'oublier la conclusion haletante de cette magnifique compétition. Invaincus à Rio de Janeiro depuis plus de 60 ans, les Sud-Américains étaient en confiance. Toutefois, les supporters férus d'histoire n'ont pas oublié que ce revers était intervenu en finale de la Coupe du Monde de la FIFA 1950™, contre l'Uruguay. Heureusement, Luiz Felipe Scolari et ses joueurs ont vite dissipé les inquiétudes. La victoire enregistrée face à la Roja est de bon augure pour la suite. La Seleção version 2013 présente un savant mélange de talent, de caractère et d'efficacité. Il n'en reste pas moins qu'aucune équipe n'a jamais réussi à s'imposer en Coupe du Monde de la FIFA™ après avoir remporté la Coupe des Confédérations de la FIFA. Le Brésil parviendra-t-il à mettre fin à la malédiction ?  

Participants
Brésil, Espagne, Italie, Japon, Mexique, Nigeria, Tahiti, Uruguay

Classement final
1. Brésil
2. Espagne
3. Italie
4. Uruguay

Villes hôtes et stades
Rio De Janeiro (Estadio do Maracanã), Brasilia (Estadio Nacional), Fortaleza (Estadio Castelao), Belo Horizonte (Estadio Mineirao), Salvador (Arena Fonte Nova), Recife (Arena Pernambuco)

Nombre de buts total
68 (4,25 buts par match en moyenne)

Meilleurs buteurs
Fernando Torres (ESP) et Fred (BRA) - 5 buts chacun

Prix
Ballon d'Or adidas : Neymar (BRA)
Soulier d'Or adidas : Fernando Torres (ESP)*
Gant d'Or adidas : Julio César (BRA)
*en tenant compte des passes décisives et du temps passé sur le terrain

En bref
• Équipes : 8
• Calendrier : 15 juin 2013 – 30 juin 2013
• Finale : 30 juin 2013
• Matches : 16
• Buts marqués : 68 (4,25 buts par match en moyenne)
• Affluence : 804 659 spectateurs (50 291 en moyenne)