Fred a manqué de peu le Soulier d'Or adidas à la Coupe des Confédérations de la FIFA, mais sa contribution énorme au triomphe brésilien est reflétée par sa première place à l'Indice Castrol. Au coup d'envoi de la finale de ce 30 juin contre l'Espagne, l'attaquant de 29 ans était quatrième, mais ses deux buts au Maracanã l'ont propulsé en tête du classement, devant Sergio Ramos et Jordi Alba.

Le latéral gauche du FC Barcelone et l'arrière central du Real Madrid ont commencé la journée premier et deuxième respectivement, après avoir largement contribué à la solidité défensive de la Roja jusqu'en finale, avec seulement un but encaissé) Mais la Seleção a infligé à l'Espagne sa première défaite en compétition depuis 2010 et son revers le plus lourd, matches amicaux non inclus, depuis 1985, venant ainsi chambouler le classement de l'Indice Castrol.

Les buts de Fred ont été inscrits à des moments-clés de la finale, le premier, au bout de deux minutes, permettant aux hôtes de prendre un départ parfait. Scénario identique sur son deuxième but personnel, le troisième pour le Brésil, marqué 120 secondes après la reprise. Les deux réalisations de l'attaquant de Fluminense ont été de facture très différente. Le premier doit tout à l'instinct du buteur, avec une pichenette improbable dans les six mètres, alors que Fred avait le nez dans le gazon et qu'Iker Casillas était à quelques centimètres en face de lui. Si l'ouverture du score a donné l'impression d'un grand cafouillage, il n'en est rien du deuxième but de l'ancien Lyonnais, une frappe croisée admirable de calme et de précision, déclenchée du coin de la surface et qui est venue se loger à l'intérieur du deuxième poteau espagnol.

Outre son doublé, Fred a montré une classe époustouflante, à l'exemple de sa talonnade astucieuse qui a mis Oscar sur orbite pour un tir qui a finalement frôlé l'extérieur du poteau. L'auteur du doublé aurait même pu faire le coup du chapeau s'il avait réussi son un contre un face à Casillas. Il réalise ainsi le plus gros score de la finale (9,64). Avec son 9,70 contre l'Italie en phase de groupes, où il a été là aussi deux fois buteur, et son score de 7,46 contre l'Uruguay, avec une réalisation, Fred affiche la moyenne la plus élevée de la compétition (9,57).

Et 10 de plus pour Neymar
Fernando Torres termine lui aussi la compétition avec cinq buts à son compteur et subtilise le Soulier d'Or adidas à Fred, car il a fallu moins de temps à l'Espagnol qu'au Brésilien pour inscrire ses cinq buts : Torres a en effet joué pendant 273 minutes dans ce tournoi, contre 423 pour Fred. En revanche, l'Indice Castrol montre que c'est l'Auriverde qui s'est montré le plus adroit dans ses tirs. Il a marqué cinq fois en 14 tentatives, soit 36 % de réussite, contre 15 à Torres, soit 33 %. Les statistiques montrent également que la zone de prédilection de Fred est la surface. Il n'a déclenché qu'un seul tir en dehors des 16 mètres 50.

L'autre buteur de la finale, Neymar, a plus pris sa chance que n'importe quel autre joueur avec en tout 16 tentatives, donc la frappe sous la barre qui n'a laissé aucune chance à Casillas juste avant la pause. Rayonnant en finale, Neymar a gagné dix échelons sur ce match pour atteindre la dixième place de l'Indice Castrol. C'est lui qui a également réalisé le plus de raids solitaires (22), devant Andrés Iniesta (18). Le fait qu'il ait déclenché six frappes du dehors de la surface a joué contre lui au classement, car ces tentatives rapportent moins en termes de probabilité de but.

L'autre joueur brésilien à avoir terminé la finale bien plus haut qu'il ne l'avait commencée à l'Indice est le défenseur David Luiz, qui a sauvé de façon spectaculaire un ballon qui semblait être celui de l'égalisation pour l'Espagne en première période. Son sauvetage a permis au Brésil de ne pas encaisser de but dans cette finale. Le joueur de Chelsea se classe ainsi à la quatrième place au terme de la compétition. Au classement des tacles, il monte sur la troisième marche du podium de l'Indice Castrol, avec six unités. Il est devancé par son coéquipier Luiz Gustavo (sept) et l'Italien Giorgio Chiellini (neuf).

Iniesta sans surprise
Chiellini est également en tête du classement des ballons récupérés (39), devant Ramos (35). Le défenseur du Real Madrid termine deuxième sur l'ensemble de l'Indice Castrol, dont il avait pris la première place à l'issue de la Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™. Malgré son penalty manqué en finale, il a largement contribué à la bonne performance de l'Espagne au Brésil, ce qui lui vaut une moyenne de 9,47 sur l'ensemble du tournoi. Outre son travail défensif époustouflant, Ramos termine la compétition avec des statistiques impressionnantes en matière de passes : 89 % de transmissions réussies pour 323 passes effectuées. Le plus habile de la compétition en la matière, et c'est tout sauf une surprise, est son coéquipier Iniesta (337 passes réussies sur 390 tentées).

Pour conclure, une statistique surprenante : les deux buts encaissés par l'Italie en demi-finale contre l'Uruguay, malgré la victoire aux tirs au but, signifient que la Squadra Azzurra est l'équipe qui a concédé le plus de buts (10) dans la compétition après Tahiti. Cela explique notamment pourquoi Chiellini, malgré ses très bonnes statistiques personnelles, ne termine qu'à la onzième place de l'Indice Castrol.

Les dix premiers à l'issue de la compétition
Fred (Brésil, 9,57), Sergio Ramos (Espagne, 9,47), Jordi Alba (Espagne, 9,38), David Luiz (Brésil, 9,30), Thiago Silva (Brésil, 9,23), Andrés Iniesta (Espagne, 9,16), Marcelo (Brésil, 9,10), Gerard Piqué (Espagne, 9,04), Luiz Gustavo (Brésil, 8,98), Neymar (Brésil, 8,92).