Les horloges des grands écrans du Stade de France affichent deux heures du matin. Les joueurs portugais semblent vouloir rester sur cette pelouse désormais sacrée. Ces héros de tout un peuple viennent de réaliser le plus grand exploit du sport lusitanien. Ils veulent prolonger ce bonheur vers l’éternel. Cette soirée magique restera gravée à jamais dans leur mémoire.

Au moment de quitter enfin le pré, l’ambiance est festive. En file indienne, tous entonnent les chansons de circonstance, reprises en chœur par toute une équipe consciente de vivre un instant unique. Lorsque les nouveaux champions d’Europe répondent aux questions de FIFA.com, le sourire qui se dessine sur leur lèvres en dit long. D’emblée, ils nous confient un secret de polichinelle : la blessure de leur star a dessiné les contours de cette victoire historique.

La victoire du Portugal est aussi inespérée que significative. Avant la rencontre, la France endosse le rôle de favorite. Pays hôte, elle vient d’éliminer le champion du monde allemand. Si l’on ajoute, à la 25ème minute, la blessure de la grande star de l’équipe lusitanienne, Cristiano Ronaldo, sorti sur civière, les vents contraires soufflent fort sur le Portugal. Mais les grandes équipes se construisent dans l’adversité et les joueurs de la Selecçao ont su faire front pour s’imposer et toucher le Graal. Tous vont diront la même chose : la blessure de leur capitaine a été le déclic pour remporter cette victoire historique.

“La blessure de Cris était un moment difficile à vivre. Évidemment, nous aurions préféré qu’il soit sur la pelouse avec nous, mais je crois que sa blessure nous a unis. Nous étions plus concentrés”, affirme André Gomes. “L’idée était d’arriver aux prolongations à 0-0 et nous avons pu nous imposer par la suite. Cristiano nous a manqué mais nous avons su l’emporter malgré son absence”.

Le triple Ballon d’Or n’est pas resté de marbre au bord de la pelouse. “Nous avons pris un gros coup sur la tête au moment de sa sortie”, reconnaît le défenseur Cédric avant de dévoiler le rôle de CR7. “À la mi-temps, il a livré un discours fabuleux. Il nous a conseillé de rester unis et de ne pas baisser les bras. Ces mots ont vraiment eu un impact positif sur nous. Et, au final, on peut dire qu’il avait raison !”.

Effervescence lusitanienne
L’esprit que Ronaldo insuffle à ses coéquipiers les transcende sur le terrain. Lorsque l’attaquant Eder fait son entrée, à la 79ème minute, il a pour mission de débloquer la situation. L’avant-centre, qui n’a fait trembler les filets qu’à 6 reprises cette saison en club, du côté de Swansea et de Lille, a toujours bénéficié de la confiance du sélectionneur portugais et sa frappe salvatrice, à la 109e, lui a donné raison.

“Quand Cristiano s’est blessé, le ciel nous est tombé sur la tête. On parle quand même du meilleur joueur du monde ! Mais au moment d’entrer sur la pelouse, il m’a dit que je marquerais le but de la victoire. Il m’a transmis sa force et son énergie et, en fin de compte, ce trophée est pour lui et pour tout le pays”, affirme le héros de la soirée, grand sourire aux lèvres.

“Ce trophée, il est pour tout le Portugal !”. Cette phrase est reprise par tous les joueurs de la Selecçao. Le gardien Rui Patricio, décisif en fin de rencontre, est sur un nuage. “Nous nous souviendrons de cette finale pendant longtemps. Nous sommes heureux de rendre nos fans fous de joie. Le soutien de tout un peuple derrière nous, dans le stade bien sûr, mais aussi au Portugal, a été formidable. Nous avons reçu de nombreux encouragements et nous savions que nous avions tout un pays qui nous poussait. C’était vraiment important pour nous”.

La ferveur des supporters et la confiance aveugle d’un capitaine blessé auront permis à cette équipe de décrocher ce succès inattendu. Les larmes de rage et d’impuissance de la star portugaise ont laissé place à celles du bonheur et de l’émotion. Le mot de la fin revient à Cristiano Ronaldo : “Je veux remercier tous mes coéquipiers, le sélectionneur, tout le monde au Portugal et les supporters présents au stade. Nous vivons un moment unique. Je m’en souviendrai toute ma vie”. Cap est maintenant mis sur la Russie et sa Coupe des Confédérations de la FIFA pour CR7 et sa Selecçao.