Qu'y a-t-il de plus prestigieux pour un entraîneur que de préparer la sélection nationale de son pays pour la Coupe des Confédérations de la FIFA 2017 et la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™, les deux compétitions se déroulant dans son pays ? C'est non seulement un honneur, mais également une énorme responsabilité et une tâche difficile. C'est encore plus compliqué pour Stanislav Cherchesov étant donné que la sélection nationale russe connaît actuellement une période de transition.

"Nous avons changé certaines choses. L'équipe est en cours de reconstruction", explique le sélectionneur russe de 53 ans dans un entretien exclusif accordé à FIFA.com. "Lors de notre dernier match en date, nous comptions quatre ou cinq joueurs âgés de 21 à 23 ans. Il y a un processus naturel de renouvellement qui est en train de se produire."

La Coupe des Confédérations de la FIFA, qui aura lieu à Saint-Pétersbourg, Moscou, Kazan et Sotchi du 17 juin au 2 juillet prochains, sera le premier tournoi international majeur organisé par la Russie. L'épreuve fera également office de prélude à la Coupe du Monde et sera l'occasion de voir à l'œuvre une Sbornaya new-look pour la première fois en compétition officielle avant Russie 2018. Rappelons qu'en tant que sélection représentative du pays hôte, l'équipe de Russie ne participe pas aux qualifications pour le Mondial.

"Bien sûr, c'est important pour le pays", poursuit Cherchesov, qui a pris les rênes de l'équipe nationale en août 2016. "Les fans rêvent de voir toutes ces équipes évoluer en Russie. Ça va être un test révélateur pour nous. Nous avons besoin de nous confronter à de vrais champions et de comparer notre degré de préparation avec le leur." La reconstruction de l'équipe depuis l'arrivée aux commandes de Cherchesov a produit des résultats mitigés dans les différentes rencontres amicales disputées par la Russie. Le bilan est deux victoires 1:0, contre le Ghana et la Roumanie, et de deux défaites, devant le Qatar (2:1) et le Costa Rica (4:3).

"Quand vous montez une équipe, il y a un certain nombre d'étapes à franchir. Vous ne pouvez pas y arriver d'un seul coup, sans accroc. Nous avons perdu plusieurs matches dans les derniers instants de la partie et nous avons été mauvais contre le Qatar. D'un autre côté, nous avons aussi enregistré des victoires en faisant la différence dans les dernières minutes. Les choses suivent leur cours", analyse Cherchesov.

Le dernier résultat en date, une victoire contre la Roumanie, peut donner des motifs d'espoir à Cherchesov et à ses hommes. "Mon objectif est que la Sbornaya aborde la Coupe des Confédérations comme une équipe que tout le monde a envie de soutenir. Après le match contre la Roumanie, le légendaire Evgeny Lovchev (NDLR : ancien défenseur soviétique ayant participé à la Coupe du Monde 1970) a dit que c'en était devenu une. Ça veut dire qu'on s'est déjà rapproché de notre objectif."

Cliquez sur la vidéo pour découvrir l'entretien dans son intégralité.