• Asamoah a disputé la finale de la Coupe du Monde 2002 avec l'Allemagne
  • L'ancien international allemand est présent en Russie
  • Il nous livre son pronostic sur le match contre le Cameroun

De notre envoyé spécial avec l'Allemagne, Steffen Potter

FIFA.com a rencontré Gerald Asamoah. L'ancien international de 38 ans a disputé 43 matches avec l'Allemagne (6 buts), dont la finale de la Coupe du Monde de la FIFA 2002™, perdue 2:0 contre le Brésil.

Vous avez assisté au match entre l'Allemagne et l'Australie, remporté 3:2 par la Mannschaft, à Sotchi. Quelles sont vos impressions ?
Elles sont très positives. Ça m'a donné l'occasion de revoir l'équipe nationale en action. L'ambiance était excellente et le match était passionnant. C'est la première fois que je me rends en Russie. La ville de Sotchi est rentrée dans une nouvelle ère depuis les Jeux Olympiques, comme nous avons encore pu nous en rendre compte aujourd'hui.

Vous n'aviez plus vu la Mannschaft depuis un moment. Qu'en avez-vous pensé ?
Nos jeunes ont été très, très bons. Il y a beaucoup de joueurs très prometteurs dans cette équipe et je crois que certains ont voulu se faire remarquer. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'ils n'ont pas laissé passer leur chance. On l'a encore vu face au Chili : les Sud-Américains étaient venus avec tous leurs titulaires et nos espoirs ont tout de même obtenu un très bon nul.

Quels joueurs allemands vous ont le plus impressionné et lesquels ont le plus de chances d'être à nouveau présents en Russie l'année prochaine ?
En général, il vaut mieux éviter de mettre en avant des individualités. Mais je dois tout de même dire que j'ai été époustouflé par la maîtrise dont fait preuve Leon Goretzka. Non seulement il est excellent au milieu de terrain, mais il est aussi très dangereux devant le but. Pour moi, il a de fortes chances de disputer la Coupe du Monde en 2018. J'ai trouvé Lars Stindl très bon aussi. Il a déjà inscrit deux buts depuis le début du tournoi. Enfin, Julian Draxler tient parfaitement son rôle de capitaine et il ne manque pas une occasion de briller à titre individuel.

Quel regard portez-vous sur le prochain match contre le Cameroun ?
L'Allemagne peut se contenter d'un point, alors que les Camerounais doivent absolument l'emporter. Je m'attends donc à ce qu'ils prennent des risques, ce qui devrait profiter aux Allemands. Compte tenu de l'expérience et des qualités de nos joueurs, nous allons certainement avoir des opportunités en contre. Ce sera certainement un match très âpre, car les Camerounais savent se montrer agressifs et dans les duels, ils ne lâchent rien. Ils le prouveront encore. Je pense tout de même que l'Allemagne l'emportera à la fin, car elle possède un effectif de grande qualité.

Vous avez disputé la Coupe des Confédérations en 2005.  Que peut espérer un jeune joueur qui prend part à cette compétition ?
En 2005, toute l'équipe était portée par un formidable enthousiasme, y compris nos sélectionneurs, Jürgen Klinsmann et Jogi Löw. À l'époque, l'Argentine et le Brésil figuraient aussi sur la ligne de départ. Nous voulions nous tester, voir si nous pouvions nous mesurer aux meilleurs. La suite, tout le monde la connaît. Cette année, beaucoup de jeunes allemands ont l'occasion de se faire un nom. C'est le cas de Goretzka, pour ne citer que lui. Le sélectionneur a tout compris : "Celui-là, il pourrait monter encore plus haut". Ça pourrait lui ouvrir les portes de la Coupe du Monde. La Coupe des Confédérations représente donc une formidable opportunité pour tous ceux qui souhaitent se faire une place en équipe nationale.