Suivez nous sur
Russie 2017 - Australie

Cahill, monument historique

(FIFA.com)
Tim Cahill of Australia stretches during the Australia training
© Getty Images
  • *Tim Cahill atteindra la barre des 100 capes avec l'Australie face au Chili *
  • *Il serait le premier joueur de champ à y parvenir pour les *Socceroos **
  • *Pour le sélectionneur Ange Postecoglou, sa personnalité dépasse la cadre du sport en Australie *

*Par Peter Smith, envoyé spécial avec l'Australie *

Tim Cahill aura chamboulé les livres d’histoire au cours de sa riche carrière. Il restera notamment comme l’auteur du premier but australien en Coupe du Monde de la FIFA™, lui qui a marqué cinq fois en trois éditions de l’épreuve mondiale.

Cahill s’apprête désormais à franchir un autre cap symbolique. S’il devait fouler la pelouse lors du choc décisif face au Chili, l’ancien joueur d’Everton deviendrait le premier joueur de champ à atteindre la barre des 100 capes sous la bannière de l’Australie. Seul le gardien Mark Schwarzer a fait mieux avec un total de 109 sélections.

Ce record ne s’établissait qu’à 65 unités dans les années 90. Avec 48 buts, Cahill est également le meilleur buteur de l’histoire des Socceroos, et de loin, puisque son dauphin suit avec 29 unités. "Je ne laisserai rien paraître pendant le match. C’est après qu’on réalise", glisse Cahill à la veille de la rencontre à Moscou. "Je veux surtout ne pas trop y penser, car il faut rester concentré sur le match."

Le Chili a battu l’Australie 3:1 lors de la Coupe du Monde de la FIFA 2014™. Comme par hasard, c’est Cahill qui avait permis aux siens de sauver l’honneur.

Mais ce conte de fées aurait pu ne jamais s’écrire. En effet, après une brève apparition pour les Samoa à l’âge de 14 ans, le milieu offensif a eu l’interdiction de porter le maillot australien jusqu’à l’âge de 24 ans. "Tout ça remonte à bien longtemps, mais en tout cas, ça a été un drôle de parcours", se souvient Cahill, pour qui le match international le plus mémorable reste celui au cours duquel il a inscrit le premier but de l’Australie dans l’épreuve reine en 2006.

"Ça a été une grande émotion de recevoir cette autorisation. On fait le maximum pour devenir footballeur professionnel, puis on vous annonce que vous ne pouvez pas défendre les couleurs de votre pays… Ce n’est pas rien. Aussi incroyable soit-elle, ma carrière aurait pu connaître une tournure bien différente."

À l’automne de sa carrière, son sélectionneur Ange Postecoglou a failli lui tirer une larme en lui rendant hommage en conférence de presse. "C’est plus fort que le football. C’est une grande personnalité nationale, dont l'aura dépasse le cadre du sport", rappelle Postecoglou. "La reconnaissance ne vient pas uniquement de la communauté du football mais du pays tout entier. Il a marqué lors de trois Coupes du Monde différentes. Si ce n’est pas la classe mondiale, je ne sais pas ce que c’est."

À 37 ans, Cahill semble n’avoir pas pris une seule ride. Sera-t-il en Russie l’an prochain en cas de qualification australienne ? "Je ne me repose jamais sur mes lauriers", affirme-t-il. "J’aborde chaque étape comme si c’était la dernière. Pour moi comme pour n’importe quel joueur, il serait égoïste de penser déjà à la prochaine Coupe du Monde, car tout ce qui compte pour l’instant, c’est le prochain match."

Articles recommandés

Coupe des Confédérations de la FIFA

Chili - Australie : toute l'action EN DIRECT !

23 juin 2017

Coupe des Confédérations de la FIFA

L'inusable Cahill résiste aux assauts du temps

18 juin 2017