• Les matches de préparation n'ont donné que peu de certitudes à propos du visage que la Russie montrera en Coupe des Confédérations
  • Le match d’ouverture contre la Nouvelle-Zélande en dira plus sur les plans de Stanislav Cherchesov
  • Voici quelques-unes des questions que suscite le pays hôte du Tournoi des Champions

De notre envoyé spécial avec la Russie, Igor Borunov 

Pour de nombreuses personnes, la Russie demeure un mystère. Comprendre la mentalité des habitants de ce pays n'est pas toujours chose aisée. À l'approche de la Coupe des Confédérations de la FIFA, l'équipe nationale fait elle aussi figure de grande inconnue et rares sont ceux qui se hasardent à prédire son destin dans ce Tournoi des Champions. Le match d’ouverture contre la Nouvelle-Zélande ce 17 juin devrait répondre à quelques interrogations.

Les latéraux seront-ils à la hauteur ?
Stanislav Cherchesov n'a jamais caché sa préférence pour une défense à trois, flanquée de deux latéraux en charge de bloquer les couloirs. Le sélectionneur russe dispose de deux options de part et d'autre du terrain. À gauche, il devra choisir entre Dmitri Kombarov et Yuri Zhirkov, alignés respectivement à quatre et sept reprises depuis son arrivée aux commandes. Sur la droite, il lui faudra trancher entre Aleksandr Samedov (9 apparitions à divers postes), au tempérament très offensif, et le prudent Igor Smolnikov (3 capes).

La Sbornaya restera-t-elle fidèle à cette formation ?
Cherchesov semble avoir opté pour une défense à trois, mais le technicien a déjà prouvé sa flexibilité dans le domaine tactique. En cas de besoin, il peut tout à fait revenir à une défense traditionnelle à quatre. Il l'a d'ailleurs fait à trois reprises en neuf matches, mais seulement en 2016.

Qui remplacera Zobnin, blessé, dans l'entrejeu ?
La blessure de Roman Zobnin est un coup dur pour la Russie, qui doit déjà se passer des services d'Alan Dzagoev dans ce secteur de jeu. Cherchesov comptera sur l'excellent Denis Glushakov mais, en dépit de son talent, le joueur du Spartak ne peut pas être partout à la fois. Qui sera chargé de l'assister ? Les solutions les plus évidentes conduisent à Aleksandr Erokhin (huit matches disputés sous l'ère Cherchesov), Yuri Gazinsky (cinq) et Dmitri Tarasov (deux).

Quelle place pour Bukharov ?
Lorsqu'on lui demande comment il compte pallier l'absence du puissant Artem Dzyuba en pointe, le sélectionneur n'hésite pas une seconde : "Nous avons Aleksandr Bukharov". Ce dernier a participé aux quatre matches amicaux de 2017, mais deux fois seulement en tant que titulaire. En outre, il n'est jamais resté 90 minutes sur le terrain et n'a inscrit qu'un but. Face au jeu physique des Néo-Zélandais, l'attaquant de Rostov fera-t-il la différence ? À moins que Cherchesov ne décide de miser sur un joueur au gabarit totalement différent en la personne de Fyodor Smolov...

Les jeunes Golovin et Miranchuk parviendront-ils à se faire un nom ?
Comme tous les attaquants, Smolov a besoin du soutien de ses coéquipiers. Les espoirs Alexei Miranchuk (sept matches avec Cherchesov, un but) et Aleksandr Golovin (quatre matches) seront probablement invités à mettre leur fougue au service de l'attaquant de pointe. Mais les deux milieux de terrain n'ont que 21 ans. Ont-ils déjà les qualités requises pour jouer les premiers rôles dans un match de cette envergure ou devront-ils se contenter de faire de la figuration au Stade de Saint-Pétersbourg ?