• À 37 ans, Tim Cahill évolue toujours en équipe d'Australie
  • Buteur lors de trois éditions de la Coupes du Monde, Cahill répond présent dans les grandes occasions
  • Cahill se dit en forme et prêt à jouer un rôle en Russie

De notre envoyé spécial avec l'Australie, Peter Smith

Tim Cahill commence à avoir l'habitude des mauvais présages. Jugé trop petit, Cahill était considéré dans son enfance comme inapte au football de haut niveau. Une brève apparition d'un quart d'heure sous le maillot des Samoa dans un tournoi U-14 l'a ensuite contraint à patienter jusqu'à ses 24 ans avant de faire ses débuts avec l'Australie.

Il y a trois ans, il quittait la pelouse du stade de Porto Alegre après avoir inscrit l'un des buts les plus spectaculaires de Brésil 2014. Suite à cet exploit, on imaginait proche la fin de sa carrière internationale. Le football d'aujourd'hui appartient aux jeunes et, à 34 ans, Cahill semblait avoir fait son temps. Trois ans plus tard, voici le meilleur buteur de l'histoire de la sélection australienne de retour dans une tournoi FIFA. Il se prépare désormais à défier l'Allemagne, championne du monde en titre, à l'occasion de l'entrée en lice des Socceroos en Coupe des Confédérations de la FIFA, Russie 2017. 

"Le simple fait d'être présent ici, en Russie, c'est déjà quelque chose d'exceptionnel pour moi. Maintenant que je fais partie du voyage, je veux apporter ma pierre à l'édifice, comme tous les membres du groupe", souligne-t-il. "Mon objectif est de prendre part au tournoi. On peut compter sur moi, que ce soit pour cinq minutes ou 95. Il faut toujours être prêt dans ce métier, sinon vous n'avez pas votre place à ce niveau."

Le survivant
L'arrivée aux commandes d'Ange Postecoglou coïncide avec la disparition des derniers représentants de la génération dorée du football australien. Mais Cahill ne s'est pas contenté de conserver sa place ; il a pris une dimension supplémentaire. "Depuis que je suis là, Cahill s'est montré irréprochable", confirme Postecoglou. "Il s'épanouit dans son rôle de meneur d'hommes. Comme il le dit si bien lui-même, évoluer aux côtés de la nouvelle génération l'oblige à rester jeune ! Il a tout connu en équipe nationale et les autres membres du groupe respectent son vécu. Tim doit sa présence à son talent, mais son expérience constitue évidemment un atout supplémentaire."

L'Australie n'avait plus participé à la Coupe des Confédérations depuis 12 ans. Cahill est l'unique survivant de cette campagne, au cours de laquelle les Socceroos s'étaient inclinés 4:3 face à l'Allemagne. Depuis, il a marqué lors de trois Coupes du Monde. Il est également l'un des principaux artisans du premier sacre australien en Coupe d’Asie de l’AFC, un succès qui lui a ouvert les portes du Tournoi des Champions.

"Ces deux dernières années, j'ai vu tous les joueurs adhérer à la même philosophie. En tant que joueurs, ils ont beaucoup changé", assure-t-il. "Quand le public nous verra à l'œuvre, il nous respectera car il se rendra compte que nous avons des valeurs fortes."

Celle de Cahill, auteur de 48 réalisations en 97 sélections, ne varie pas malgré le poids des ans.