Après dix jours de compétition et 12 matches, la Coupe des Confédérations de la FIFA, Russie 2017 a fait relâche pour la première fois ce lundi 26 juin. Des représentants de la FIFA et du Comité Organisateur Local (COL) en ont profité pour dresser le bilan de la phase de groupes devant les médias. 

Le directeur des compétitions et des événements de la FIFA, Colin Smith, et le PDG du Comité Organisateur Local, Alexey Sorokin, ont évoqué l'aspect opérationnel du tournoi. Massimo Busacca, directeur de l'arbitrage de la FIFA, s'est ensuite penché sur l'une des attractions de l'édition 2017 : l'utilisation des VAR (arbitres assistants vidéo).

Les journalistes ont également pu découvrir quelques chiffres importants de ce premier tour :

  • 34 buts inscrits (2,8 par match)
  • 449 599 spectateurs ont assisté aux matches de groupes
    • 37 466 spectateurs en moyenne (affluence similaire à l'édition 2009 : 36 555)
  • 39 cartons jaunes, 2 cartons rouges (deuxième carton jaune)
  • 10 cas étudiés par les VAR
  • 5 844 volontaires de 78 pays ont œuvré dans les villes hôtes du tournoi
  • 3 087 journalistes accrédités (télévision comprise) ont travaillé dans les quatre villes hôtes
  • 68 548 accréditations imprimées
  • 262 trains inter-cités gratuits ont été utilisés par le public et les médias
  • Plus de 56 000 billets imprimés pour les trains gratuits
  • 392 222 cartes FAN ID remises

Voici les principales déclarations des intervenants :

Colin Smith, directeur des compétitions et des événements de la FIFA
"Nous avons maintenant des indicateurs très clairs qui montrent que les opérations ont été gérées à un très haut niveau sur les 12 premiers matches, à la fois dans les stades et dans les quatre villes hôtes. De ce point de vue, la phase de groupes de la Coupe des Confédérations de la FIFA est un franc succès."

"Mais bien entendu, il reste quelques progrès à faire. Nous allons continuer à affiner les réglages dans certains domaines, dans l'espoir de faire encore mieux lors des quatre derniers matches. Ces améliorations doivent également être considérées comme des leçons importantes à un an de la Coupe du Monde, non seulement dans les quatre stades utilisés cet été mais sur l'ensemble des 12 sites mobilisés en 2018."

Alexey Sorokin, PDG du Comité Organisateur Local
"Comme je suis superstitieux, je me garde de tout triomphalisme, mais le fait est que tout se passe très bien jusqu'à maintenant. Les retours des supporters, des joueurs et des participants sont très positifs. Attention toutefois à ne pas nous relâcher : les quatre matches les plus importants restent encore à disputer."

"Comme vous le savez, la FIFA et le COL travaillent en étroite collaboration avec les autorités locales et fédérales. Ce projet a permis de concrétiser des initiatives très complexes, comme les billets de train gratuits pour les détenteurs de billets qui voyagent d'une ville à l'autre ou l'entrée sans visa dans notre pays grâce aux FAN ID."

"Dans la perspective de la Coupe du Monde 2018, il nous reste encore à communiquer auprès du public pour l'inciter à retirer ces fameuses FAN ID et à arriver au stade en avance. Voilà le genre de conclusions que nous pouvons tirer aujourd'hui. Nous allons continuer à tirer des enseignements et à apprendre mais, en règle générale, tout a fonctionné. À ce stade, nous ne pouvions pas demander plus. Les sujets qui nous inquiétaient et que nous n'avions pas testées sur le long terme ont donné entière satisfaction."

Massimo Busacca, directeur de l'arbitrage de la FIFA
"Jusqu'à présent, les résultats des tests sont très bons. Le plus important pour nous, de loin, c'est qu'il n'y a aucune erreur manifeste à déplorer. Six décisions cruciales ont été prises suite à l'intervention des VAR (arbitres assistants vidéo). C'est notre feuille de route : pas d'erreur manifeste. Il faut se concentrer sur les décisions importantes."

"Néanmoins, nous sommes les premiers à admettre qu'il reste encore beaucoup d'aspects à améliorer. Il faut réduire le temps d'attente au minimum. Les grands arbitres sont intelligents : ils savent que la communication doit être rapide et directe. Ils savent que chaque seconde compte. Cependant, il n'est pas encore naturel pour eux de choisir immédiatement, dans des circonstances difficiles, le meilleur angle de caméra. À l'issue du tournoi, nous nous tournerons à nouveau vers l'avenir. C'est notre devoir. Toutefois, nous avons déjà en main des résultats très importants."

"Nous ne serons pas parfaits, mais nous allons réduire le nombre d'erreurs. En outre, les VAR ont aussi un rôle préventif. Les joueurs savent qu'ils sont observés. Quoi qu'il en soit, la mission de l'arbitre reste inchangée : il doit se trouver au bon endroit, au bon moment, comprendre le jeu et prendre les bonnes décisions lorsqu'il applique des sanctions disciplinaires."