Certains attaquants craquent parfois sous l'effet de la pression qui pèse sur leurs épaules. Buteur lors de la victoire (2:0) de la Russie sur la Nouvelle-Zélande, l'homme du match Fyodor Smolov n'est visiblement pas du genre à se laisser dominer par ses émotions. L'atout offensif numéro un de la Sbornaya s'est imposé comme l'un des grands artisans du succès du pays hôte dans le match d'ouverture de la Coupe des Confédérations de la FIFA 2017, à la grande joie du public.

"Personnellement, je n'avais jamais vu ça", lance le buteur russe au micro de FIFA.com. "La Coupe des Confédérations a lieu chez nous et les émotions sont beaucoup plus fortes que d'habitude. Tout le monde a envie de donner le meilleur de lui-même." Dès le 21 juin, la Russie pourrait prendre une option sur la première place du Groupe A à l'occasion d'un duel attendu contre le Portugal.

"Je crois que tout a déjà été dit à propos des champions d’Europe en titre", poursuit-il. "Ils ont montré de quoi ils étaient capables l'été dernier. Nous nous préparons aussi soigneusement que possible pour ce match. En face de nous, nous trouverons évidemment l'un des meilleurs joueurs de la planète. Mais je crois que nous devrions surtout nous concentrer sur notre propre performance."

Avant le Tournoi des Champions, Smolov avait annoncé qu'il espérait voir une équipe de Russie audacieuse ; aujourd'hui, il ne renie rien de ses propos. "L'audace ne signifie pas se ruer bêtement à l'attaque et faire n'importe quoi en défense", précise-t-il. "On peut aussi être audacieux en défense. Ça signifie faire preuve d'intelligence et saisir les occasions de contre. C'est un état d'esprit qui s'applique à tous les styles de jeu."

Smolov compte parmi les grands animateurs du championnat de Russie, un statut qui peut surprendre lorsque l'on repense aux problèmes de finition auxquels il était confronté il y a encore trois ou quatre ans. Le changement est d'autant plus remarquable si l'on se souvient qu'à une époque, il avait pratiquement renoncé à son rêve de s'imposer au plus haut niveau. Son passage au FC Ural a pourtant totalement relancé sa carrière. Après une période de doute, au cours de laquelle il a sérieusement envisagé d'abandonner le football, il a retrouvé le sourire. Deux ans plus tard, Smolov a été sacré meilleur buteur de la Premier League russe pour la deuxième saison consécutive, sous les couleurs de Krasnodar.

"Je ne pense plus du tout aux difficultés que j'ai rencontrées à cette époque", assure le jeune homme de 27 ans. "Tout ça, c'est derrière moi maintenant. C'est le plus important. Je suis heureux d'avoir surmonté cette période de ma vie. J'ai énormément changé. On traverse tous des épreuves dans la vie. Ça forge le caractère et ça nous rend plus fort. On grandit, on voit les choses différemment, on modifie son comportement et son approche. On se remet en question."

Héros malgré lui
Smolov refuse cependant d'endosser le costume de héros national au lendemain de l'entrée en lice réussie de la Russie en Coupe des Confédérations. Il invite même les supporters à faire preuve de prudence. "Je n'ai rien d'un sauveur et je vous rappelle que pour le moment, nous n'avons rien accompli. Ce match n'était que le premier. Nous avons battu la Nouvelle-Zélande ; maintenant, il faut préparer un duel périlleux contre le Portugal." Les frasques de la jeunesse appartiennent définitivement au passé pour lui. Toutefois, Smolov aime toujours autant s'amuser, comme il l'a prouvé lors de la journée consacrée aux médias avant le début de la compétition. 

"C'était mon idée", confirme Smolov en souriant. "J'avais envie de le faire, tout simplement. J'ai regardé autour de moi et j'ai vu que tout le monde adoptait plus ou moins la même pose. Alors, j'ai décidé de faire quelque chose d'un peu différent. Être comme tout le monde, ça ne m'intéresse pas."