Si cette sélection est la première pour Lars Stindl, ce n'est pas une surprise pour autant. Dès le mois de février, Löw avait souligné que le Tournoi des Champions serait une bonne occasion de l'observer pendant une période un peu longue : "Bien sûr, il est bon ! Il est technique et il est aussi devenu très dangereux devant le but". En Russie, le sélectionneur attend de Stindl qu'il endosse un rôle de meneur et non de simple joueur de complément. C'est pour lui "une décision logique" : Stindl "réunit les bonnes conditions".

Ce joueur polyvalent a été formé à Karlsruhe, où il a également fait ses débuts professionnels. Il a ensuite porté durant cinq ans le maillot de Hanovre 96 (2010-15), dont il a aussi été le capitaine pendant longtemps. En 2015, Stindl a rejoint les rangs d'un club concurrent, le Borussia Mönchengladbach. Depuis, il est également devenu capitaine chez les Poulains, où il tire les ficelles au milieu de terrain.

Stindl est particulièrement à l'aise au poste de milieu offensif droit, mais il peut aussi officier sur le côté gauche ou à la pointe de l'attaque. Au cours de la saison qui vient de s'achever, le joueur de 28 ans s'est surtout montré convaincant comme catalyseur et comme buteur.