En 1966, la FIFA a été l'une des premières instances dirigeantes du sport à prendre conscience du problème posé par le dopage et à mettre en place des mesures de dépistage. La FIFA a une vision claire : éradiquer le dopage dans le football. La FIFA a le devoir de protéger les joueurs et de faire en sorte qu'ils puissent concourir à armes égales. La FIFA sait que les footballeurs sont des personnes ambitieuses et indépendantes. Sa stratégie antidopage est donc basée sur l'éducation et la prévention. La FIFA respecte la dignité et la vie privée de chaque joueur soumis aux tests.

La FIFA base toutes ses décisions en matière de lutte contre le dopage sur les aspects spécifiques du football, sur des preuves scientifiques et sur l'analyse de statistiques avérées. La responsabilité de la FIFA dans la lutte contre le dopage se base sur une réglementation stricte de contrôle antidopage, une collecte permanente de données et une recherche factuelle. La FIFA est un partenaire fiable de l'Agence Mondiale Antidopage (AMA), consciente de la nécessité d'une collaboration internationale pour préserver la santé des athlètes et l'égalité des chances.

fifa_seeAlso

Outil Éducatif Anti-Dopage de la FIFA

Statistiques
D'après les statistiques de l'AMA, le football est le sport dans lequel le plus grand nombre d'échantillons est collecté, soit environ 30 000 par an en moyenne. Le nombre total d'échantillons recueillis et analysés chaque année dans le football permet de calculer l'incidence des échantillons positifs. Au total, l'incidence d'échantillons positifs dans le football est faible, bien au-dessous de 0,45 % au cours des dernières années (2011 0,42 %, 2012 0,40 %, 2013 0,29 %, 2014 0,20 %, 2015 0,24 %).

En 2015, 32 362 tests de dopage ont été effectués dans le football à l'échelle internationale. D'après la base de données de contrôle du dopage de la FIFA, 78 échantillons (0,24 %) se sont révélés positifs, comme le montre le tableau ci-dessous. La diminution des violations des règles antidopages (VRAD) liées aux cannabinoïdes de 2012 à 2013 et 2014 est due au relèvement par l'AMA du seuil de détection à 150 ng/mL, et de la limite de décision à 175 ng/mL.

Stratégie de dépistage

Le calendrier des compétitions occupe la plus grande partie de l'année. Si l'on ajoute la préparation d'avant-saison, les joueurs n'ont que quelques semaines pour se reposer. Les joueurs de l'élite disputent des compétitions non seulement le week-end, mais aussi durant la semaine. En outre, ils évoluent dans différentes équipes et dans différentes compétitions au niveau national et international, ce qui réduit d'autant les périodes de repos.

La FIFA a participé activement à la mise au point de nouvelles techniques de lutte antidopage. L'une des dernières innovations porte sur l'utilisation du profil biologique, dont les paramètres hématologiques, dans le sang, et le profil stéroïdien, dans l'urine. Toute variation est susceptible de mettre en lumière un abus potentiel de médicaments destinés à améliorer les performances, tels que les hormones ou stéroïdes anabolisants et/ou les manipulations sanguines.

La FIFA travaille actuellement à la constitution d’une base de données qui servira à suivre les footballeurs tout au long de leur carrière. Les résultats des analyses menées pendant et entre les compétitions sont conservés dans une base de données centrale à des fins de comparaison. Cette nouvelle stratégie a été lancée à l'occasion de la Coupe des Confédérations de la FIFA 2013, puis appliquée à tous les joueurs présents aux Coupes du Monde de la FIFA, Brésil 2014 et Russie 2018.

Le football est le sport collectif qui possède le plus de licenciés au monde, ce qui rend absolument indispensable la mise en place de programmes de dépistage efficaces. L'organisation, la réalisation, l'analyse et la gestion d'un seul test de dépistage reviennent en moyenne à quelque 1 000 dollars. Compte tenu du nombre moyen de dépistages conduit chaque année dans le monde, le coût annuel de la lutte antidopage dans le football est actuellement estimé à environ 30 millions de dollars.

*Données au 18 juillet 2017

All related documents

Articles recommandés