Des représentants de la CONCACAF provenant d'associations membres du Canada au Suriname ont participé à un séminaire important dans les Iles Caïmans, organisé en commun par la FIFA et la confédération et visant à améliorer le développement du football.

En présence d'une délégation de la FIFA qui incluait le Secrétaire général de la FIFA Jérôme Valcke et le Directeur Associations membres et Développement Thierry Regenass, les présidents, secrétaires généraux, directeurs techniques et autres officiels de 24 associations membres de la CONCACAF ont participé à des débats et des ateliers sur un large éventail de sujets allant du développement du football féminin à la lutte contre les matches truqués, en passant par le combat contre la discrimination.

Le Président de la FIFA Joseph S. Blatter et le Président de la CONCACAF Jeffrey Webb ont inauguré l'événement. Le séminaire donne un aperçu des domaines dans lesquels une aide peut être apportée, des divers projets de développement de la FIFA et du soutien apporté par la CONCACAF. Depuis 1998, la FIFA a investi près de deux 285 millions de dollars dans toute la confédération et 593 projets de développement ont vu le jour depuis l'an 2000.

D'après le Secrétaire général de la Fédération de Saint-Kitts-et-Nevis, Stanley Jacobs, il est crucial de se tenir informé de l'état actuel des financements pour le développement. "Ce séminaire fait avant tout office de remise à niveau. Il permet aux participants de prendre connaissance de tous les programmes de développement de la FIFA. Ensuite, il nous permet de découvrir les nouveaux projets qui voient régulièrement le jour. L'échange d'informations est fondamental pour nous", explique-t-il au micro de FIFA.com.

Le Président de la Fédération de football d'Aruba, Richard Dijkhoff, récemment élu à ce poste, estime que le séminaire donne un aperçu précieux de la façon dont il pourra développer plus avant l'association et son football. "Il est important de savoir quel type de programmes la FIFA fournit, pour pouvoir faire une demande en fonction de ce que la fédération elle-même a l'intention de faire. Il est très utile pour moi de me faire une idée de ce sur quoi je peux compter si je viens frapper à la porte de la FIFA", résume-t-il.

Et d'ajouter : "Après mon élection, la FIFA a entamé un programme PERFORMANCE sur l'île, en se focalisant sur cinq domaines d'analyse essentiels. Il a été recommandé à la fédération d'employer un directeur technique à temps plein et de donner la priorité au développement du football chez les jeunes. Pendant le séminaire, j'ai découvert plusieurs programmes auxquels nous pourrons avoir recours pour essayer d'atteindre ces objectifs."

Echanges bénéfiques
Les nombreux sujets couverts durant les quatre jours signifient que des associations membres aussi différentes que le Canada et Haïti peuvent repartir avec une conscience accrue des questions qui les concernent, non sans avoir échangé au sujet des méthodes utilisées ailleurs.

"La communication, la stratégie, le développement du football féminin, l'éthique : toutes ces questions ont été abordées", explique Wilner Etienne, Directeur technique de la Fédération haïtienne de football. "Nous avons ensuite rencontré notre Président et le Secrétaire général afin d'essayer de trouver des solutions pour gérer tous ces défis, supprimer nos points faibles et identifier dans quels domaines nous pouvons progresser afin d'avoir une fédération compétitive. Ce séminaire est également une excellente occasion pour échanger. Ce genre de réunions, avec les présidents, les secrétaires généraux et les directeurs techniques nous donne une vue d'ensemble plus claire de ce que chacun réalise dans son pays."

Jacobs estime également que ce type d'échanges entre des collègues de fédérations différentes est bénéfique et leur permet de maximiser le potentiel et les ressources disponibles, comme par exemple le travail que peut réaliser un directeur technique. "Il est essentiel d'optimiser la fonction du directeur technique, en particulier pour les petites associations membres qui n'ont pas toujours les ressources de tout faire. Pour nous, c'est très important à cet égard."

Le nombre d'associations membres participant au programme PERFORMANCE s'élève actuellement à 155 au niveau mondial, dont 24 dans la CONCACAF (soit 66 pour cent de la confédération), tandis que 630 projets Goal ont vu le jour depuis 1999, dont 103 dans la zone Amérique du Nord, centrale et Caraïbes.

Le séminaire de quatre jours s'inscrit dans une série de 11 événements de la sorte. Le premier a eu lieu en septembre à Auckland, en Nouvelle-Zélande. Le dernier se déroulera début 2014.