Le Comité Exécutif de la FIFA ayant donné son approbation aux nouvelles procédures de développement en mars 2013, les activités de la FIFA dans ce domaine connaîtront prochainement un nouveau tournant, grâce à PERFORMANCE : le programme de gestion du football de la FIFA.

Les derniers travaux de Performance montrent que l'aide aux associations membres s'articule autour de cinq piliers essentiels : revue organisationnelle et technique, marketing (notamment génération de revenus), planning stratégique, technologies de l'information et compétitions.

À l'issue d'une première phase de test en 2009 et 2010, la FIFA a officiellement lancé le programme Performance en 2010. Cette initiative a été conçue pour permettre aux associations membres d'améliorer la qualité de leurs travaux, par le biais d'une série de solutions et de services personnalisés.

"Avec la mise en place du Programme d'Assistance Financière et du Programme Goal en 1999, la FIFA s'est dotée d'outils pour aider les associations membres au niveau des infrastructures. Performance va plus loin, en proposant des solutions concrètes et durables pour que les associations financent et gèrent leurs opérations au quotidien dans les meilleures conditions", explique Thierry Regenass, directeur de la division Associations membres et Développement de la FIFA.

À la fin de l'année 2012, 127 associations membres avaient bénéficié du programme Performance. Une liste de douze autres candidats a été approuvée par la Commission de Développement de la FIFA en mars 2013. L'AFC est la confédération la plus active dans ce secteur, avec 36 associations concernées. Suivent la CAF (28 associations), l'UEFA (27), la CONCACAF (17), l'OFC (11) et la CONMEBOL (8).

En tout, le programme Performance a organisé 256 activités en 2011 et 2012, principalement du mentorat, de la consultation et des séminaires. Il devrait cependant élargir son champ d'action en 2013 et 2014. Le budget de Performance pour le cycle 2011-2014 s'élève à 35 000 000 de dollars (US), dont 20 000 000 réservés au financement des associations membres sous la forme de bonus.    

L'Amérique du Sud fait rimer performance et expérience
"Certaines activités dans le domaine de la revue organisationnelle et technique ont fait récemment l'objet d'une forte demande. Toutefois, nous avons noté en 2012 une augmentation des requêtes pour l'administration des technologies de l'information, la formation des dirigeants, l'organisation des matches et la communication", souligne Regenass.

Les exemples de réussites ne manquent pas. Un programme Performance a été mis en place en Colombie, en marge de l'organisation de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2011. Les responsables de la Fédération colombienne de football ont ainsi pu tirer parti de cette expérience, par exemple en adaptant le système de billetterie électronique aux rencontres de championnat.

Performance va plus loin, en proposant des solutions concrètes et durables pour que les associations financent et gèrent leurs opérations au quotidien dans les meilleures conditions

Thierry Regenass, directeur de la division Associations membres et Développement de la FIFA

Toujours en Amérique du Sud, la mise en place d'un réseau de technologies de l'information en Bolivie, en Colombie, au Chili, en Équateur, au Paraguay, au Pérou, en Uruguay et au Venezuela va contribuer à la création de procédures communes qui, dès 2014, faciliteront les opérations au quotidien. Une initiative similaire a été lancée en Asie centrale, au Bahreïn, en Irak, en Jordanie, au Koweït, à Oman, en Palestine, en Arabie Saoudite et au Yémen. Ce projet est actuellement en cours de réalisation.

"Après une analyse en profondeur des technologies de l'information dont disposent nos associations membres, nous sommes arrivés à la conclusion que les problèmes étaient similaires d'un pays à l'autre. L'initiative mise en place dans le cadre du programme Performance est devenue un outil essentiel pour homologuer les structures de données, améliorer les infrastructures technologiques chez nos associations membres, créer des synergies entre les responsables informatiques et provoquer un changement d'attitude vis-à-vis des nouvelles technologies", remarque Alvaro Mederos, responsable des technologies de l'information de la Fédération uruguayenne de football et coordinateur local du projet sud-américain.

L'Afrique aussi
L'Afrique n'est évidemment pas en reste. La Fédération mauritanienne de football (FFRIM) a réalisé d'importantes avancées grâce à l'installation d'un dispositif de télévision interne capable de filmer les matches et de produire une émission diffusée chaque semaine à la télévision nationale.

"Nous disposons maintenant de l'une des premières équipes de production en Afrique", se réjouit Ahmed Ould Yahya, président de la FFRIM. "Nous avons signé un contrat avec un diffuseur national pour une émission hebdomadaire. Cela nous permet de mieux faire connaître le football. L'image de notre sport s'est améliorée dans le pays."

L'Éthiopie mérite aussi une mention honorable. Suite à de gros problèmes internes en 2008, la Fédération éthiopienne de football a bénéficié d'un programme Performance pilote afin d'optimiser ses structures de développement personnel et technique. En 2013, l'Éthiopie s'est qualifiée pour la phase finale de la Coupe d'Afrique des Nations de la CAF, ce qui ne lui était plus arrivé depuis 31 ans. Dans la foulée, un plan marketing a été imaginé, qui a débouché sur un contrat de partenariat historique avec une grande entreprise internationale spécialisée dans les boissons.

Avec l'approbation des nouvelles procédures de développement de la FIFA, Performance sera maintenant en mesure d'aider les associations membres à renforcer leur gestion financière. Ces dernières seront ainsi à même de répondre aux exigences en matière de gouvernance financière et de gestion.

Les nouvelles procédures entreront en vigueur le 1er juillet 2013. Toutes les parties concernées ont jusqu'au 1er janvier 2015 pour se mettre en conformité.