"Maintenant, il faut rentrer à l'hôtel, se mettre au lit et se remettre au travail dès demain. J'ai quelques heures à rattraper car j'ai dû aménager mes horaires suite à ma première convocation en équipe nationale." Yalcin Ceylani oscillait entre fierté et satisfaction à l'issue des deux premières sorties de l'équipe d'Allemagne de futsal. Mais le jeune homme de 28 ans sait qu'il a aussi dépensé beaucoup d'énergie au cours des dernières semaines. "J'ai essayé de faire des heures supplémentaires à l'entraînement, mais je commence à atteindre mes limites physiques. Tout ça laisse des traces, mais les derniers jours valent bien tous les efforts consentis", explique cet agent d'assurance et joueur de futsal à ses heures perdues.

Entre le 30 octobre et le 1er novembre 2016, la jeune équipe d'Allemagne de futsal a fait ses grands débuts sur la scène internationale. Sa première sortie s'est soldée par une victoire 5:3 sur l'Angleterre. Les deux équipes se sont retrouvées quelques jours plus tard et sont cette fois reparties dos à dos (3:3). "Ces premiers duels ont été très positifs pour nous. Je ne parle pas seulement des résultats, mais aussi de l'ambiance au sein du groupe. Nous avons livré des performances de haut niveau, ce qui ne m'a pas empêché d'apprécier la joie de vivre qui régnait chez nous. Tout ça me remplit d'optimisme pour l'avenir", assure le sélectionneur Paul Schomann.

Débuts en fanfare
"Bien entendu, nous sommes très satisfaits. Dans l'ensemble, je crois que les gens ne s'attendaient pas à découvrir une équipe aussi performante", se réjouit le capitaine Timo Heinze, visiblement sur la même longueur d'onde que son entraîneur. "Pour autant, il faut garder les pieds sur terre et ne pas perdre de vue que l'Angleterre ne fait pas partie des poids lourds du futsal mondial." Ancien capitaine de la réserve du Bayern Munich, notre homme est entré dans l'histoire en ouvrant le score lors du premier duel, devenant ainsi le tout premier buteur de l'histoire de l'équipe d'Allemagne de futsal. "C'est évidemment quelque chose de tout à fait extraordinaire, qui restera longtemps dans les mémoires. J'en suis très fier et très honoré."  

Les joueurs ne sont cependant pas les seuls à se réjouir. Les spectateurs venus assister à la rencontre à Hambourg sont repartis comblés. Programmé le 30 octobre, le premier duel s'est joué à guichets fermés à l'Inselparkhalle de Hambourg, devant 2 092 personnes. Trois jours plus tard, ils étaient encore près de 2 000 à avoir fait le déplacement pour suivre les débats, à la grande joie des protagonistes.  

"L'ambiance et l'atmosphère étaient sensationnelles. En championnat ou en Coupe d'Europe, le public est déjà chaud, mais ce que nous avons vécu lors de ces deux matches dépasse tout ce que nous avions connu auparavant", poursuit Ceylani, sacré champion d'Allemagne à quatre reprises avec les Hamburg Panthers. Véritable pionnière de la discipline, son équipe est par ailleurs la première formation allemande à participer au tour Elite de la Coupe UEFA.

Le voyage ne fait que commencer
Si le public a parfaitement joué son rôle en chantant et en encourageant les siens du début à la fin, les habitants de Hambourg ont encore quelques progrès à faire au niveau des règles. Dans les travées, on a pu voir des supporters vérifier entre eux tel ou tel point ou discuter de certaines décisions. Le futsal a encore du chemin à faire avant de conquérir l'Allemagne !

La route qui mène aux hautes sphères du futsal mondial est encore longue et le voyage ne fait que commencer. Quelle sera la prochaine étape ? "Nous sommes clairement un pays en voie de développement pour le futsal. Mais nous participerons aux qualifications pour le prochain Euro. L'an prochain, nous serons en Lettonie pour y disputer le premier tour. Je pense que nous avons un rôle à jouer", estime Schomann. Et Heinze d'ajouter : "Je suis d'accord. Nous n'irons pas là-bas en touristes. Nous allons prendre cette compétition au sérieux et nous jouerons pour gagner".

Fort heureusement, la compétition préliminaire de l'Euro ne débutera pas avant l'année prochaine. Entretemps, Ceylani aura eu le temps de goûter à un repos bien mérité. De toute façon, notre homme est prêt à tous les sacrifices pour continuer à vivre son rêve.