• Lionheart in the Community (LITC) offre une formation à l'emploi et une éducation à la santé à travers le football
• LITC travaille dans des quartiers défavorisés, notamment dans le sud-est de Londres
• L'association bénéficie du soutien du programme Football for Hope de la FIFA

Vince Lee pourrait aller au Centre Damilola Taylor les yeux fermés. Né et élevé à Peckham, un quartier du sud-est de Londres connu pour sa violente criminalité liée à la drogue, il connaît ces rues comme sa poche. Aujourd'hui entraîneur et recruteur de football respecté, il revient à ses racines après avoir travaillé aux États-Unis et pour des clubs professionnels comme Millwall et Chelsea.

Lee se rend au Centre Damilola Taylor afin de conduire une séance d'entraînement Football for Hope pour le compte de Lionheart in the Community (LITC), une association caritative qui assure une formation à l'emploi et une éducation à la santé à travers le football. À son arrivée, il est accueilli par ses élèves. Il était lui-même l'un de ces enfants il y a bien longtemps.

"Le programme Football for Hope me tient beaucoup à cœur", confie Lee à FIFA.com. "C'est dans ce centre que j'ai commencé ma carrière, comme beaucoup d'autres jeunes qui ont obtenu leur diplôme d'entraîneur. Je suis allé à l'étranger et j'ai évolué dans différents clubs, mais j'ai toujours reçu bon accueil ici à mon retour."

Après avoir suivi la formation du centre, il y a décroché son premier diplôme d'entraîneur. Il compte à présent un poste d'entraîneur sportif en chef au LITC dans son CV aux multiples facettes et il s'emploie à offrir les mêmes opportunités aux jeunes, dans le football et dans d'autres domaines.

"Nous essayons de mobiliser les jeunes", explique-t-il. "Nous les sensibilisons au VIH et à des modes de vie sains, en proposant une formation à l'emploi et des outils de développement personnel. Nous nous servons du football à cette fin. Nous leur évitons de tomber dans la délinquance et nous leur donnons les moyens de s'épanouir."

Le centre ne s'appelait pas encore Damilola Taylor lorsque Lee y a entamé sa carrière. En 2002, il a été dédié à la mémoire de Damilola, un écolier nigérian de 10 ans poignardé près du centre par deux frères adolescents en 2000. Lee avait entraîné le jeune garçon.

"Il suivait l'entraînement depuis peu de temps, parce qu'il venait d'arriver dans le pays. Son assassinat nous a bouleversés", soupire Lee.


Près de 20 ans plus tard, l'histoire tragique de Damilola témoigne avec toujours autant de force de la nécessité d'offrir des sources d'inspiration aux jeunes du quartier pour les aider à rester dans le droit chemin. Installée près de Brixton, l'association LITC est née il y a dix ans dans le sillage de la crise financière mondiale. Elle tente de mettre en valeur des modèles d'identification positifs par le biais de la formation Football for Hope et d'autres programmes.

"Notre raison d'être repose en grande partie sur l'espoir", commente le directeur de LITC, Lionel Foy. "Nous voulons donner aux gens qui s'impliquent dans le football et dans d'autres sports l'espoir de surmonter leurs difficultés ou de sortir de leur milieu défavorisé. De nombreux jeunes fréquentant le centre manquent d'une structure familiale solide. Participer à des sports d'équipe les aide à se restructurer."

Un adolescent armé d'un bloc-notes s'approche. Harold est l'un des protégés de Lee. "Je souhaite passer d'autres diplômes d'entraîneur", indique Harold. "Maintenant que j'ai trouvé un métier qui m'intéresse, je veux progresser et en faire ma carrière. Si je postule quelque part, je pourrai faire état de mon travail de bénévole. C'est un point positif sur un CV. J'aimerais aller à l'étranger et devenir le meilleur entraîneur possible."

L'influence de Lee sur Harold est manifeste, tout comme le plaisir des adolescents à l'entraînement. Un moment de bonheur sur le terrain, associé à l'enseignement des grandes leçons de vie sur la touche, constituent la formule idéale pour ouvrir des perspectives d'avenir aux jeunes du quartier.

"Je peux facilement résumer l'importance du football dans la vie du quartier. Je suis devenu père pour la première fois l'an dernier. Quand je suis allé chercher l'acte de naissance de ma fille, j'ai été très fier d'inscrire 'entraîneur de football' dans la case 'métier'. Je le dois en grande partie au centre qui m'a donné ma chance", conclut Lee.

Après avoir rangé les dossards, les cônes et les ballons à la fin de la séance d'entraînement, Lee s'apprête à rentrer chez lui. Les projecteurs sont éteints, mais grâce au travail de Lee et de LITC, le centre reste une source lumineuse d'optimisme pour les jeunes du quartier.

Cet article s'inscrit dans une série de textes mettant en avant les ONG rattachées au programme Football for Hope, l'initiative mondiale de la FIFA visant à améliorer la vie des jeunes grâce au football.