• L'Allemagne vise une septième couronne consécutive
  • Cinq équipes se préparent à faire leurs grands débuts
  • La phase finale passe de 12 à 16 équipes

L'heure est venue ! Le 16 juillet, le match d'ouverture de l'UEFA EURO féminin 2017 opposera les Pays-Bas, pays hôte de la compétition, à la Norvège. Pour la première fois, 16 équipes sont présentes sur la ligne de départ en phase finale avec l'objectif de faire main basse sur un titre qui semble devenu la propriété exclusive de l'Allemagne.

La compétition se déroulera du 16 juillet au 6 août, sur sept sites. FIFA.com dresse l'état des forces en présence.

Groupe A : Pays-Bas, Norvège, Danemark, Belgique
Groupe B : Allemagne, Suède, Italie, Russie
Groupe C : France, Islande, Autriche, Suisse
Groupe D : Angleterre, Écosse, Espagne, Portugal

Le format
La compétition débute par une phase de groupes classique au cours de laquelle toutes les équipes au sein d'un même groupe s'affronteront une fois. Les deux premiers de chaque groupe seront qualifiés pour la seconde phase. Les quarts de finale et les demi-finales se disputeront selon le principe des matches à élimination directe. Le 6 août, les deux finalistes s'affronteront pour succéder à l'Allemagne au palmarès.

Trois choses à savoir

1 L'idée d'un tournoi européen féminin a vu le jour au début des années 80. Il a eu lieu tous les deux ans, jusqu'en 1997. À partir de 1989/91, la compétition a officiellement acquis le statut de Championnat d’Europe. Huit équipes étaient présentes en 1997. Cette édition marque également l'abandon du rythme biennal. Le dixième Championnat d’Europe féminin a eu lieu en 2009 en Finlande. Pour la première fois, 12 équipes étaient alignées d'entrée. Huit ans plus tard, le plateau a encore été élargi. Désormais, 16 nations participent à la phase finale.

2 Au total, l'Allemagne et la Suède deux pays se sont affrontées à 26 reprises, dont deux fois en finale. En 1995, la Mannschaft s'était imposée 3:2. À l'époque, une certaine Pia Sundhage figurait dans les rangs suédois. En 2001, l'Allemagne avait souffert avant de l'emporter 1:0, après prolongation. Les deux ténors du football européen vont à nouveau en découdre en phase de groupes, après leur finale du Tournoi Olympique de Football Féminin 2016.

3 L'Autriche, la Suisse, la Belgique, l'Écosse et le Portugal s'apprêtent à faire leurs débuts sur la scène continentale. Malgré ce statut de nouveaux venus, Dominik Thalhammer (Autriche) et Martina Voss-Tecklenburg  (Suisse) pourront compter sur un effectif expérimenté. Côté autrichien, 14 des 23 joueuses retenues évoluent en Bundesliga allemande, dont la prometteuse attaquante Nina Burger. Les Confédérées pourront, quant à elles, miser sur le vécu de Ramona Bachmann, Lara Dickenmann, Ana-Maria Crnogorčević et Vanessa Bürki, qui jouent toutes dans de grands clubs européens.

Les joueuses à suivre
Vivianne Miedema (NED) : Pour le pays hôte, tous les regards seront rivés sur Vivianne Miedema. Internationale depuis l'âge de 17 ans, elle avait inscrit un triplé pour sa deuxième sélection contre le Portugal, malgré une entrée en jeu tardive, à la 75ème minute. Pendant les qualifications pour la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, Canada 2015™, elle a fait mouche à 16 reprises, s'adjugeant au passage le titre de meilleure buteuse de la compétition préliminaire. Lors du barrage contre l'Italie, Miedema s'est encore illustrée en inscrivant trois buts synonymes de qualification historique pour la phase finale de l'épreuve mondiale.

Harpa Thorsteinsdóttir (ISL) : Le sélectionneur de l'Islande Freyr Alexandersson va devoir se passer des services de trois titulaires : Margrét Lára Vidarsdóttir et les sœurs Elísa et Dóra María Lárusdóttir. Il dispose toutefois d'un atout de taille en la personne de Harpa Thorsteinsdóttir. La Joueuse islandaise de l'année 2014 a frappé à dix reprises durant les qualifications pour l'Euro féminin 2017. Souvent décisive, elle a largement contribué à valider le billet des Islandaises.

Sakina Karchaoui (FRA) : À 21 ans, Sakina Karchaoui fait désormais figure de titulaire dans le couloir gauche de la France. Ses débuts internationaux remontent à avril 2016. Dans la foulée, elle a participé au Tournoi Olympique de Football Féminin à Rio. Trois mois plus tard, Karchaoui était du voyage en Papouasie-Nouvelle-Guinée pour y disputer la Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA. Au terme d'un parcours remarquable, les Bleuettes se sont inclinées en finale.