Fidèle à son engagement de développer le football dans le monde entier, la FIFA a convié les Directeurs techniques de toutes les confédérations à une réunion de deux jours au siège de la FIFA, à Zurich, la semaine dernière.

En complément d’un tour d’horizon de la nouvelle structure de la FIFA, de sa stratégie/philosophie de développement technique et des modalités du Programme Forward en matière de renforcement des capacités, les participants se sont penchés sur différents domaines du développement technique, notamment les meilleures pratiques dans le football grassroots, l’octroi de licences d’entraîneurs, le football féminin et le rôle des Directeurs techniques dans les associations membres.

Les représentants ont ainsi eu l’occasion de partager les stratégies qu’ils appliquent et les défis qu’ils rencontrent. Cette réunion les a également vus signer un mémorandum d’entente afin d’améliorer la communication et la coordination entre les confédérations et avec la FIFA pour un soutien approprié. La FIFA a pour priorité d’aider chaque confédération à relever les différents défis de sa région et ceux inhérents à chacune de ses associations membres.

Dans son mot d’accueil, le Secrétaire Général Adjoint de la FIFA, Zvonimir Boban, n’a pas manqué de souligner les bienfaits concrets de cette réunion. "Marco [Van Basten] et moi-même avons joué au football au niveau professionnel. Nous avons été sous les feux de la rampe pendant de nombreuses années. Nous avons rejoint la FIFA pour rendre au football ce qu’il nous a donné. Comme le Président de la FIFA nous l’a dit, maintenant que nous sommes là, nous avons pour devoir de remettre le football au centre de la scène. Pour ce faire, il faut commencer par développer le football à sa base. Ce n’est pas toujours visible, mais c’est absolument fondamental."

Van Basten, qui est Responsable du développement technique de la FIFA, a défini les objectifs de cette réunion pour les participants : "Les confédérations ainsi que toutes vos associations membres répondent à des organisations différentes, se trouvent à des stades de développement technique différents et ont donc des besoins différents pour aller plus loin dans ce développement, que ce soit pour le grassroots ou le football de jeunes élite, la formation des entraîneurs ou le football féminin. L’objectif est de s’enrichir des informations que vous allez partager aujourd’hui et demain, et d’utiliser ce savoir-faire pour mieux assimiler ces disparités en termes de besoins".

"Nos efforts conjoints destinés à développer le football dans le monde entier et à améliorer les aspects techniques du football seront plus efficaces si nous répondons à ces différents besoins de la manière la plus ciblée possible" a-t-il ajouté. "Le partage des informations est précieux pour optimiser la coopération et la synergie entre la FIFA, les confédérations et les associations membres, qui sont absolument nécessaires pour développer le football dans le monde entier de façon personnalisée. Cela commence par clarifier nos rôles respectifs dans le soutien de nos associations membres."

Au cours de ces deux jours, l’accent a été mis sur le rôle des compétitions dans la stimulation du développement, de même que sur la professionnalisation et l’implication précoce dans le football féminin. Vous trouverez ci-dessous les réflexions des participants.

Andy Roxburgh, Directeur technique de l’AFC
"La FIFA veut veiller à ce que nous coordonnions nos structures de développement et elle tente d’identifier les domaines dans lesquels elle peut contribuer à ce travail. Il s’agit tout simplement d’améliorer les standards. Il était très important de nous situer par rapport aux autres continents et, surtout, de voir comment nous pouvons coopérer. Quand on joue au football, il s’agit d’une compétition, mais quand il est question de formation, on parle de coopération."

Abdel Moneim Hussein, Directeur du développement de la CAF
"La FIFA organisant de nombreux séminaires en Afrique, il est important d’avoir une étroite collaboration. Le développement technique passe par la création d’infrastructures. Même si le programme Forward est très vaste et touche tous les types de domaines, la FIFA se fait une idée des besoins et des défis spécifiques à chaque confédération. L’un des points clés réside dans la reconnaissance des licences d’entraîneurs entre les confédérations, leur validité dans le monde entier, afin qu’elles permettent de travailler partout."

Gonzalo Belloso, Directeur du développement de la CONMEBOL
"En Amérique du Sud, nous avons créé le programme Evolución, aligné sur le programme Forward de la FIFA, qui vise à stimuler les différentes disciplines, comme le football féminin, le futsal et le beach soccer. Nous affichons une riche tradition d’entraîneurs et de joueurs, mais nous avons parfois besoin d’un meilleur cadre pour les développer dans chaque association membre. Naturellement, nous regardons ce que fait l’UEFA, mais nous respectons toutes les confédérations et nous apprenons beaucoup d’elles."

Ioan Lupescu, Directeur technique de l’UEFA
"C’est une très bonne chose que nous soyons tous réunis ici afin de voir où et comment nous pouvons améliorer notre collaboration. À l’UEFA, nous avons beaucoup de mémorandums d’entente avec différentes organisations du football, mais c’est important de travailler avec la FIFA afin de ne pas se marcher sur les pieds et de s’attacher à collaborer davantage. Nous apprenons aussi des autres confédérations. Tout n’est pas parfait en Europe donc nous sommes ici pour écouter, pour apprendre et pour échanger des idées."

Était également présent Jason Roberts, qui représentait la CONCACAF en tant qu’ambassadeur. Cette réunion marquait le début d’un processus de coopération, de communication et de coordination plus étroites entre les confédérations et la FIFA. L’échange constant d’informations et la personnalisation de l’approche pour chacune des six confédérations et leurs associations membres contribueront à améliorer l’efficacité des efforts de tous les acteurs dans le développement du football.