• Débuts rêvés pour la Mexicaine avec son premier club professionnel, l’Olympique de Marseille
  • Son grand objectif : la Coupe du Monde Féminine de la FIFA™ 
  • "Je veux donner le meilleur de moi-même afin de porter haut les couleurs du Mexique"

Alors que le monde du football attend la révélation de l'emblème et du slogan officiel de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019 (le 19 septembre à Paris) nous vous proposons une série d'entretiens avec des personnalités du football féminin qui évoquent le passé, le présent et l'avenir du tournoi.

Le football a joué un rôle essentiel dans le bonheur de Cristina Ferral. Grâce à son talent balle au pied, elle a obtenu des bourses qui lui ont permis de financer ses études universitaires au Mexique et aux États-Unis. Aujourd’hui, elle vit un rêve éveillé en jouant en Europe, au plus haut niveau. En plus, elle n'évolue pas n’importe où : en France, qui va accueillir la Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2018 et la Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2019™.

Avec FIFA.com, la Mexicaine de l’Olympique de Marseille évoque sa carrière, son arrivée dans le championnat de France ainsi que la sélection.

En bref
Nom : Cristina Ferral
Date de naissance : 16 février 1993
Lieu de naissance : Tampico, Mexique.
Participations aux compétitions mondiales : Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA, Trinité-et-Tobago 2010, phase de groupes
Poste : milieu défensive

À propos de la France :

- Le niveau footballistique : 
"La finale de la Ligue des champions féminine a opposé deux clubs français, ce qui en dit long sur le niveau du championnat. Il y a de très belles équipes et de très bonnes joueuses. Je suis très surprise par le niveau d’engagement et le professionnalisme au sein de mon club, l’Olympique de Marseille."

- Les attentes en France dans l’optique des compétitions mondiales :
"Le football féminin en France joue un rôle très important, les gens le suivent et s’y intéressent. Deux de mes coéquipières en club ont été appelées en sélection, ce qui les a beaucoup émues. C’est dans deux ans, mais le temps passe très vite donc il faut déjà se préparer."

- Les souvenirs de ses débuts : 
"J’étais très stressée et très émue. Il faut dire que j’étais en train de concrétiser un rêve d'enfant. Se retrouver en Ligue 1 française, ce n’est pas rien. Je veux donner le meilleur de moi-même afin de porter haut les couleurs du Mexique."

À propos du Mexique :

- Ce qu’elle peut apporter à la sélection :
"Ici, ça joue un peu plus vite qu’au Mexique. Ça m’aide physiquement et mentalement car quand on a une joueuse sur le dos ou à proximité, il faut réfléchir plus vite. Ce que j’apprécie à l’OM, c’est que toutes les passes se font à ras de terre. Le sélectionneur apprécie également ce style de jeu."

- La possibilité de disputer la Coupe du Monde :
"J’en rêve vraiment. Je n’ai jamais joué une Coupe du Monde en seniors, seulement en U-17. Toutes les joueuses ont envie d’en jouer une, j’adorerais y participer. Cela fait partie des raisons de ma venue ici. Cela a toujours été mon rêve."

- La récente création de la Liga MX féminine :
"Je me réjouis du soutien apporté par les clubs à la sélection féminine. Je suis certaine qu’avec cette échéance tous les week-ends, le niveau des joueuses mexicaines va augmenter. Du coup, nous allons pouvoir être à la hauteur contre n’importe quelle équipe au niveau mondial."

Le saviez-vous ?

  • Elle a attrapé le virus du football assez tard. "Au début, c’était seulement un moyen de dépenser de l’énergie pour la petite fille hyperactive que j’étais."
  • L’Olympique de Marseille est son premier club professionnel. "Auparavant, je n’avais joué qu’avec l’université de South Florida et avec Borregos Salvajes, l’équipe du Monterrey Institute of Technology."
  • Passe-temps favoris : "Regarder des films, profiter de ma famille, car je n’avais que 18 ans quand j’ai quitté la maison. Du coup, je profite au maximum des moments que je peux passer avec mes proches. J’aime aussi cuisiner." 
  • Son repas préféré ? "En plat, une spécialité mexicaine, mais un dessert français."
  • Elle aime danser, même si elle reconnaît ne pas être très créative sur la piste. "Je préfère me faire guider par un bon danseur. Ma musique préférée, c’est le reggaeton et j’aime aussi la pop."
  • Elle a toujours fait preuve de beaucoup de sérieux dans ses études. "À l’université, j’ai étudié l’administration des entreprises et là, je suis en train de boucler un Master en finances."