Dépourvus de tout stade consacré au football, les Etats-Unis semblaient être un choix original et risqué pour accueillir la Coupe du Monde de la FIFA 1994. Riche en buts et en émotions, la compétition a pourtant engendré de grosses affluences. Le point d'orgue a été la finale au Rose Bowl, en Californie, épicentre de la planète foot le 17 juillet 1994.

Nichée au bord des montagnes de San Gabriel, au nord de Los Angeles, dans la ville de Pasadena, cette gigantesque enceinte ovale a accueilli 94 194 spectateurs, offrant un décor digne de ce match de prestige entre deux triples champions du monde, le Brésil et l'Italie, et rendant hommage au melting-pot culturel qu'est la Californie du Sud.

Les Sud-américains ont remporté leur quatrième Coupe du Monde de la FIFA aux tirs au but, suite à un match on ne peut plus fermé. Après la rencontre, la Seleçao a enfin pu remettre les mains sur ce trophée, elle qui avait gagné le droit de conserver la coupe Jules Rimet après sa troisième victoire en 1970. Les deux grandes vedettes du tournoi, Romario et Roberto Baggio, sont restées discrètes - mis à part le fameux tir au but manqué par l'Italien - mais l'ambiance dans le stade a été remarquablement enjouée. Pour les spectateurs, c'était jour de fête dans un Rose Bowl baigné d'un soleil généreux.

Un stade de Major League Soccer
Cependant, être sous le feu des projecteurs n'était pas une nouveauté pour ce lieu situé à quelques kilomètres des paillettes d'Hollywood. Cette enceinte incontournable du football américain a accueilli cinq Super Bowls et héberge chaque année le Rose Bowl Game, la grande fête du foot US universitaire. Hormis la Coupe du Monde de la FIFA 1994, le Rose Bowl a aussi été le théâtre de la finale du Tournoi Olympique de Football en 1984, qui a vu la victoire de la France sur le Brésil par 2 buts à 0 devant 101 799 spectateurs.

Plus récemment, il a accueilli la fameuse finale de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA 1999, remportée par le pays organisateur aux dépens de la Chine aux tirs au but (5-4). Plus de 90 000 personnes avaient assisté à cette rencontre, qui avait offert aux Etats-Unis leur deuxième couronne mondiale.

Achevé en 1922, le Rose Bowl a augmenté au fil des années sa capacité. Ressemblant à l'origine à un fer à cheval, il vu sa capacité passer de 57 000 à 76 000 places avec l'ouverture de sa tribune sud en 1929. Dans les années 1950, il pouvait accueillir plus de 100 000 spectateurs. Du reste, cette enceinte a dépassé sa fonction de base, accueillant d'innombrables shows et concerts ainsi que le plus grand marché à ciel ouvert, en plus de nombreuses rencontres internationales de football.

Pendant sept ans, le LA Galaxy, club de Major League Soccer, a disputé ses rencontres dans ce stade, qui est non seulement régulièrement utilisé pour les rencontres de la sélection américaine, mais aussi pour des matches de certaines formations de la CONCACAF (le Mexique notamment). Evitant soigneusement d'y disputer des rencontres face à des équipes hispanophones, afin de ne pas voir le public pousser la sélection adverse, les Etats-Unis ont disputé 15 matches dans cette enceinte, ne perdant qu'à trois reprises.

La première de ces défaites a été enregistrée face à la Roumanie le 26 juin 1994, lors de la dernière journée des matches de poule de la Coupe du Monde de la FIFA (1-0). Quatre jours avant ce revers, les Yankees avaient surpris le favori Colombien 2-1 sur cette même pelouse.

Plus de 93 000 personnes avaient pris part à la première victoire américaine en Coupe du Monde de la FIFA depuis 1950. Sur les huit matches disputés dans ce stade lors d'Etats-Unis 1994, le plus mémorable a sûrement été celui qui a vu la Roumanie s'imposer 3-2 face à l'Argentine au deuxième tour. Ce jour-là, Ilie Dumitrescu a été le bourreau des Albicelestes, signant un doublé dans les 18 premières minutes, puis glissant le cuir entre trois défenseurs pour envoyer Gheorghe Hagi marquer le troisième but roumain. Les buts de Gabriel Batistuta et Abel Balbo n'avaient servi à rien pour l'Argentine, tandis que Diego Maradona assistait à l'élimination précoce des siens depuis les tribunes.

C'est aussi à Pasadena qu'a pris fin le formidable parcours de la surprenante équipe suédoise, battue en demi-finales par le cinquième but du tournoi de Romario. Quelques jours plus tard, les Nordiques étaient revenus au Rose Bowl pour prendre la troisième place à la Bulgarie, grâce à une victoire 4-0.

Bien que la finale n'ait pas été conforme aux attentes suscitées par l'affiche, plusieurs images resteront gravées : la détresse de Roberto Baggio, la chaîne formée par les Brésiliens pour fêter main dans la main leur victoire et la dédier à Ayrton Senna, les larmes du courageux libéro Franco Baresi, qui, après avoir disputé le match de sa vie, a manqué son tir au but. Comme le disait un drapeau placé sur les murs du Rose Bowl, il s'agissait bien d'"Ecrire l'histoire du football".

Depuis la création du Home Depot Centre au Sud de Los Angeles, stade certes plus petit mais spécifiquement conçu pour le football, le futur du Rose Bowl en tant qu'arène de football internationale semble compromis, mais le public gardera à jamais le souvenir de son passage sous les projecteurs de la planète football.

 

Matches accueillis

Coupe du Monde de la FIFA, États-Unis 1994 ™

Coupe du Monde de Football Féminin de la FIFA, Etats-Unis 99 ™