Le tennisman Boris Becker a un jour comparé Wimbledon à son salon. La Nationalmannschaft d'Allemagne nourrit certainement des sentiments comparables à l'égard du Signal Iduna Park, anciennement Westfalenstadion. Dès son inauguration, le 2 avril 1974, le sélectionneur allemand de l'époque Helmut Schön a vanté les mérites de l'enceinte, affirmant que "dans le monde entier, seul le stade Azteca de Mexico le surclassait".

Réputé pour être "l'opéra de la Bundesliga", le Westfalenstadion est à l’origine construit pour la Coupe du Monde de la FIFA 1974™. Le montant des travaux de cette enceinte pouvant accueillir quelque 54 000 spectateurs s'élève à 34 millions de marks. Le chantier dure trois ans et le stade est terminé à temps pour la phase finale. L'inauguration a lieu le 2 avril 1974 à l'occasion d'un match de charité entre le Borussia Dortmund et son rival de toujours, Schalke 04. De nombreux autres stades s’inspireront de l'architecture et de l'aménagement du bâtiment, le premier en Allemagne à être exclusivement destiné à accueillir des matches de football. Suivant l’exemple anglais, le public et la pelouse ne sont pas séparés par une piste de course.

Depuis sa construction, le stade a été le témoin d'événements extraordinaires. Wolfgang Overath, icône du football allemand et ancien milieu de terrain du FC Cologne, a un jour fait remarquer, non sans jalousie : "Ce stade n'a qu'un défaut, celui de ne pas se trouver à Cologne…" Ironie du sort, c’est justement le conseil municipal de Cologne qui, indirectement, est à l’origine de la construction du stade de Dortmund. En 1965, les dirigeants de Dortmund avaient préféré voter la construction d’un nouveau stade plutôt que d’agrandir le Stadion Rote Erde, ancien domicile du Borussia Dortmund. Au début des années 1970, la ville de Cologne se prononce de son côté contre la construction d’une nouvelle enceinte sportive, ouvrant ainsi la voie à la candidature de Dortmund pour le Coupe du Monde 1974 et à l’édification d’un nouveau stade grâce aux subventions accordées par la suite.

Nouveau décor, nouveaux succès
Lors de la Coupe du Monde 1974, le Westfalenstadion accueille les matches de groupes du Zaïre, de l’Écosse, de la Suède, du Brésil et des Pays-Bas, futurs vice-champions du monde. L’enceinte ouvre également la voie à une véritable renaissance du Borussia Dortmund. Deux ans seulement après le rendez-vous mondial, le BVB, qui avait dégringolé en troisième division, retrouve l'élite. En 1983, il fête même son retour sur la scène européenne.

Au fil des années, cette rapide ascension laisse également des traces sur la structure même du bâtiment. Depuis le début des années 1990, divers travaux de modernisation et d'agrandissement ont ainsi été réalisés. L'enceinte, dont la capacité record a atteint 83 000 spectateurs, peut aujourd’hui accueillir 80 000 supporters par match. L'ambiance unique qui y règne force le respect, y compris celui de l’équipe adverse. À elle seule, la Südtribüne, d’une largeur de 100 mètres pour une profondeur de 52 mètres et une hauteur de 40 mètres, peut abriter 25 000 spectateurs, ce qui lui vaut le titre de plus grande tribune debout d‘Europe. Quant aux huit pylônes jaune poussin de 62 mètres qui soutiennent le toit, ils trônent avec majesté au-dessus de la ville de la Ruhr.

Il n'est donc pas surprenant que ce stade soit surnommé "le temple" par les supporters de Dortmund et qu’il soit fréquemment désigné comme étant le "plus beau stade de la République". En tout cas, il est l’un des plus confortables et des plus grands d'Europe.

Un volcan qui bouillonne
Le Borussia Dortmund, vainqueur de la Ligue des champions de l'UEFA en 1997, joue quasiment toujours à guichets fermés. En 2001, le Westfalenstadion accueille la finale de la Coupe de l'UEFA entre Liverpool et Alaves. Quelque temps après, on décide d’aménager les angles du stade en tribunes. Le stade affiche alors une capacité de 69 000 places assises. Lors de la phase finale de la Coupe du Monde 2006, 67 000 personnes peuvent s'installer dans l'enceinte, qui accueille quatre matches de groupes, un huitième de finale et une demie-finale. D'autres travaux suivront.

En 2009, le Westfalenstadion est sacré meilleur stade du monde par le grand quotidien anglais The Times. "Cet endroit unique et entièrement consacré du football est conçu de telle sorte que les supporters puissent se mettre en scène. Chaque finale de Coupe d'Europe devrait avoir lieu là-bas. Il y règne la meilleure ambiance de tout le continent", expliquent les journalistes anglais. 

Cet incroyable bâtiment semble également sourire à la Nationalmannschaft. Elle y est restée invaincue pendant plus de 32 ans, depuis son premier match contre la Hongrie le 17 avril 1974. Sur 12 de ses matches disputés à Dortmund dans cette période, elle en a remporté 11, le douzième s'étant soldé par un match nul face au Pays de Galles en 1977. "On ne peut pas faire mieux niveau ambiance, on dirait un volcan qui bouillonne", jugeait l’ancien sélectionneur et international allemand Jürgen Klinsmann, tandis que Tim Borowski, légende du Werder Brême, renchérit : "Les spectateurs de Dortmund sont incroyables. C'est vraiment un avantage pour l'équipe d'être portée de la sorte".

Une seule défaite en 15 rencontres
Mais le soutien des supporters ne porte malheureusement pas toujours bonheur. Le 13ème match de l'Allemagne sur la pelouse de Dortmund se solde par une défaite, à l’issue de la prolongation (0:2) face à l’Italie, en demi-finale de la Coupe du Monde 2006. Le 4 juillet 2006, cet échec met définitivement fin au rêve de trophée de Philipp Lahm, Michael Ballack et de leurs coéquipiers. Ce revers reste à ce jour l’exception qui confirme la règle. En février 2011, l’Allemagne et l’Italie s’affrontent de nouveau sur le même terrain et se séparent sur un match nul (1:1) tandis qu’en octobre 2008, la Nationalmannschaft s’était imposée face à la Russie (2:1) lors des qualifications pour la Coupe du Monde.

Lieu incontournable, du football allemand, il est également à la pointe en matière de technologie. Depuis 2011, quatre écrans vidéo de 41 mètres carrés chacun permettent ainsi aux supporters de ne rater aucune action sur le terrain. Un système gratuit de wifi doit également être mis en place au début de la saison 2014/15.

Mais au-delà de la technologie et des travaux de modernisation, ce stade est avant tout la garantie pour le public de vivre un moment inoubliable dans les tribunes et - souvent - de voir à du grand football sur la pelouse.

Matches accueillis

Qualifications Coupe du Monde de la FIFA 1998 - Europe

10 sept. 1997 - 01:00 Heure Locale
10 sept. 1997
Match 27
FIFA World Cup™ Qualifier
Groupe 9
Signal-Iduna-Park
Dortmund
10sept.
Allemagne
AllemagneGER
Arménie
ArménieARM
Fin
Fin
4-0

UEFA EURO 2000 Prel. Comp.

08 sept. 1999
08 sept. 1999
Match
Continental Qualifier
Groupe 3
Signal-Iduna-Park
Dortmund
08sept.
Allemagne
AllemagneGER
Irlande du Nord
Irlande du NordNIR
Fin
Fin
4-0

Coupe du Monde de la FIFA, Corée/Japon 2002, Comp.Prel. UEFA

14 nov. 2001 - 20:30 Heure Locale
14 nov. 2001
Match
Barrage
Signal-Iduna-Park
Dortmund
14nov.
Allemagne
AllemagneGER
Ukraine
UkraineUKR
Fin
Fin
4-1

UEFA EURO 2004 Prel. Comp.

10 sept. 2003 - 20:45 Heure Locale
10 sept. 2003
Match
Continental Qualifier
Groupe 5
Signal-Iduna-Park
Dortmund
10sept.
Allemagne
AllemagneGER
Ecosse
EcosseSCO
Fin
Fin
2-1

Coupe du Monde de la FIFA, Allemagne 2006 ™

Qualifications Coupe du Monde de la FIFA 2010 - Europe

Eliminatoires UEFA EURO 2016

07 sept. 2014 - 20:45 Heure Locale
07 sept. 2014
Match 0
Signal-Iduna-Park
Dortmund
07sept.
Allemagne
AllemagneGER
Ecosse
EcosseSCO
Fin
Fin
2-1