Même jour, même endroit : le 12 juillet au Stade de France. Ce samedi, la France fêtera le dixième anniversaire de la plus belle page de son histoire sportive. En 1998, deux buts de Zinédine Zidane et un d'Emmanuel Petit permettaient à la France de battre le Brésil en finale et de devenir le septième pays à remporter la Coupe du Monde de la FIFA 1998. Une décennie a passé et, si les souvenirs sont toujours vivaces et heureux, la vie des 22 champions du monde se déroule aujourd'hui plus ou moins loin du rectangle vert. "Que sont devenus les héros ?", c'est ce que FIFA.com vous propose de découvrir.

Ils se font chaque année plus rares, mais cinq Tricolores sacrés en 1998 n'ont toujours pas raccrochés les crampons. David Trezeguet et Thierry Henry avaient à peine plus de 20 ans lorsqu'ils soulevèrent le trophée. Rien d'étonnant donc à les retrouver aujourd'hui dans deux des plus grands clubs du monde. Après être devenu roi d'Angleterre à Arsenal, Titi est parti à la conquête de l'Espagne sous la bannière du FC Barcelone. Entre temps, il est devenu le meilleur buteur de l'équipe de France avec 45 buts, effaçant des tablettes Michel Platini. Trezegol a lui aussi marché sur les traces du Président de l'UEFA en inscrivant 156 buts avec la Juventus. Mais son compteur en sélection restera bloqué à 34, puisque l'homme qui avait offert l'Euro 2000 à la France grâce à son but en or face à l'Italie a décidé de prendre sa retraite internationale.

D'un an leur aîné, Patrick Vieira promène toujours ses longues jambes sur les pelouses. Ancien idole des Gunners, le capitaine des Bleus participe depuis deux saisons à la moisson de titres de l'Inter Milan en Serie A mais souffre régulièrement de blessures. La dernière en date l'a empêché de disputer la moindre minute de l'UEFA EURO 2008. Quant à Robert Pirès, son ancien coéquipier à Londres, il a tiré un trait sur la sélection mais fait les beaux jours de Villarreal, surprenant deuxième de La Liga l'an dernier, devant le Barça de Lilian Thuram. Si le temps ne semble pas avoir de prise sur le héros de la demi-finale de France 98, l'ancien Parmesan pourrait être forcé de quitter les terrains malgré lui, une malformation cardiaque ayant été diagnostiquée alors qu'il s'apprêtait à rejoindre le Paris Saint-Germain pour un dernier challenge.

Du terrain au banc de touche
Il fallait s'y attendre, les leaders charismatiques de l'équipe, Didier Deschamps en tête, ont embrassé la carrière d'entraîneur sitôt celle de joueur ayant touché à sa fin. Le capitaine emblématique des Bleus a troqué le maillot de Valence, où il a terminé sa carrière en juin 2001, pour le costume d'entraîneur de l'AS Monaco un mois plus tard. En à peine cinq ans, le jeune retraité a connu une finale de Ligue des champions en 2004 avec le club de la Principauté, et un titre de champion de Serie B avec la Juventus, alors que le club avait débuté la saison avec neuf points de retard.

Sans club depuis son départ de Turin à l'été 2007, il n'a pour l'instant pas eu l'occasion de se retrouver face à Laurent Blanc qui s'est installé sur le banc de touche de Bordeaux la saison dernière. Neuf ans après avoir transformé en or la remise de Trezeguet lors de la prolongation face au Paraguay, le Président en a fait de même avec l'équipe girondine. Pour sa première saison, il a lutté jusqu'à la dernière journée pour priver Lyon de son titre de champion pour la première fois en sept ans. Un objectif qui sera peut-être atteint dès la saison prochaine ?

Champions du monde sans disputer la moindre minute, les gardiens Bernard Lama et Lionel Charbonnier sont aussi passés de l'autre côté. Le premier aura occupé le poste de sélectionneur du Kenya cinq petites semaines avant de s'impliquer dans un centre de formation au Sénégal aux côtés de Vieira. L'ancien gardien d'Auxerre, lui, a changé d'hémisphère et occupe les fonctions de Directeur Technique National à Tahiti. Une voie que suivront peut-être un jour Bernard Diomède, actuellement en formation, et Vincent Candela, devenu agent de joueurs après avoir quitté les terrains.

Les Djorkaeff en famille
L'ancien milieu offensif des Bleus Youri Djorkaeff n'a pas perdu de temps pour réaliser l'un de ses rêves. En avril 2007, quelques mois après avoir mis fin à sa carrière à New York, il est devenu président du club de son enfance et de ses origines, l'Union Générale Arménienne de Décines, dans la banlieue lyonnaise. L'un de ses frères en est le vice-président tandis que l'autre est membre de l'équipe. Quant au papa, Jean, ancien international français, il en est le manager général.

Pour Marcel Desailly, c'est aussi une affaire de famille puisque l'ancien défenseur a rejoint l'encadrement de l'AC Milan, qui coupe rarement le cordon avec ses anciennes gloires. Outre ses fonctions de recruteur, The Rock est impliqué dans l'organisation de la CAN 2008 qui se tiendra dans son Ghana natal et intervient régulièrement comme consultant pour la radio et la télévision. Une carrière très prisée par les glorieux anciens de France 98.

Car outre Deschamps et Desailly, Bixente Lizarazu, Christophe Dugarry et Franck Leboeuf ont troqué les crampons pour les micros afin de mettre leur expérience au service des plateaux télés. L'ancien défenseur de Chelsea conserve par ailleurs un pied dans le football en tant qu'entraîneur-joueur du Hollywood United, un club amateur qui présente la particularité d'associer anciens joueurs et vedettes du grand écran. Ainsi Anthony LaPaglia, Vinnie Jones, Eric Wynalda, Alexi Lalas, et autres Robbie Williams ou Ziggy Marley jouent régulièrement aux côtés du champion du monde français.

Ambassadeur, pilote ou vendeur de piscines
En revanche, depuis le soir où ils ont soulevé le trophée suprême, certains ont opté pour une occupation bien loin de celle qui les a fait entrer dans l'Histoire. Après avoir quitté le monde du football sur une deuxième finale de Coupe du Monde moins heureuse, Zinédine Zidane a mis sa popularité au service de causes caritatives. Que ce soit avec l'Association Européenne contre les Leucodystrophies (ELA) ou avec les Nations Unies pour lesquelles il est "Ambassadeur de Bonne Volonté" aux côtés de Ronaldo, l'ancien joueur du Real Madrid ne tourne jamais le dos aux bonnes causes. Ainsi, dix ans après avoir fait pleurer tout le pays, Zizou s'est récemment rendu au Brésil pour inaugurer un stade dans une favela de Sao Paulo. Cette rencontre a permis de récolter neuf tonnes de nourriture pour les habitants de ce quartier défavorisé.

En retrait derrière Zidane sur le terrain, Emmanuel Petit marche encore dans les pas de son meneur de jeu. L'ancien Gunner consacre une partie de son temps à des nobles causes, s'investissant notamment dans la protection de l'environnement et la lutte contre les OGM. Christian Karembeu, lui, outre son rôle d'Ambassadeur de la FIFA en Océanie, n'utilise plus son énergie dans la récupération du ballon mais dans la promotion du tourisme et le développement de la Nouvelle-Calédonie.

Notons qu'un titre de champion du monde peut mener à tout puisque Fabien Barthez, tout en développant une académie pour les gardiens de but en herbe, s'est trouvé une vocation de pilote automobile alors qu'Alain Boghossian est aujourd'hui l'entraîneur et capitaine de l'équipe de France juniors de... golf ! Enfin, l'ancien attaquant Stéphane Guivarc'h n'a pas encore abandonné sa passion pour le ballon rond puisqu'il joue chaque week-end dans un club de Promotion d'Honneur, équivalent de la neuvième division. Mais en semaine, c'est en costume-cravate que le buteur exerce sa nouvelle activité de vendeur de piscines.

Dix ans après, pour le retour des Bleus sur le lieu de leurs exploits, outre les souvenirs de l'épopée victorieuse, les sujets de conversation et les anecdotes ne devraient donc pas manquer...