Paul Breitner est devenu une figure historique du football mondial, non seulement en tant que légende de la Mannschaft, mais aussi pour son charisme, son franc-parler et son anticonformiste. De nombreuses années après la fin de sa brillante carrière de footballeur, il reste une forte personnalité, portant un regard critique et original sur le monde. 

La prestation de Breitner en finale de la Coupe du Monde de la FIFA 1974™ face aux Pays-Bas est entrée dans les annales. C'est au cours de cette édition disputée à domicile que le joueur s'est établi comme l'un des leaders de l'équipe de République Fédérale d'Allemagne, aux côtés du capitaine Franz Beckenbauer. 

A la 26ème minute du match, Bernd Hölzenbein est bousculé par Wim Jansen en pleine surface de réparation, et Paul Breitner transforme le penalty. "Quand j'ai vu le regard de Paul, j'ai tout de suite su qu'il allait marquer", avouera Gerd Müller à l'issue de la rencontre. Breitner signe ainsi l'égalisation (1:1) et la R.F.A. inscrit juste avant la pause son deuxième but face. Les Néerlandais jettent leurs dernières forces dans la bataille, mais la défense allemande, bien organisée, repousse tous les assauts. 

C'est donc la sélection d'Helmut Schön qui triomphe 2:1 au Stade Olympique de Munich, à l'issue d'une rencontre devenue légendaire contre les hommes de Rinus Michels, présentés comme les grands favoris de l'épreuve.

Quand j'ai vu le regard de Paul, j'ai tout de suite su qu'il allait marquer.

Gerd Müller

"Avant le début du tournoi, nous avions discuté pour savoir qui tirerait les penalties. Personne ne voulait y aller. Gerd Müller en avait manqué quelques-uns en championnat et personne ne s'est avancé pour dire : 'C'est bon, je m'en occupe'", a expliqué Breitner il y a quelques années, au cours d'un entretien exclusif avec FIFA.com. Bien lui en a pris : le ballon a terminé au fond des filets et le match a basculé. "Quand l'arbitre a donné le coup d'envoi après mon penalty, nous avons tout de suite ressenti l'effet que cette égalisation avait eu sur nous. A ce moment, j'ai su que nous allions gagner."

L'égal de Pelé
Breitner s'est forgé au cours de sa carrière un palmarès impressionnant. Sous le maillot ouest-allemand, il a remporté la couronne européenne deux ans avant son sacre mondial. Il était l'un des fers de lance d'une sélection considérée, aujourd'hui encore, comme la meilleure équipe d'Allemagne de tous les temps. 

"Afro", comme on le surnommait dans sa jeunesse en raison de sa crinière bouclée, a également fêté de nombreux titres avec le Bayern Munich, notamment la Coupe d'Europe des Clubs Champions. Il a aussi remporté cinq championnats et deux Coupes nationales avec la formation la plus titrée d'Allemagne, le club de son cœur. 

Mais l'international aux 48 sélections a aussi porté le maillot du Real Madrid, avec lequel il s'est vu sacrer champion d'Espagne à deux reprises et s'est adjugé la Coupe d'Espagne en 1975. Le tout en évoluant à des postes différents, Breitner a d'abord joué comme défenseur, avant de trouver sa place en milieu de terrain.

Après avoir décidé de quitter la sélection, en 1978, en raison de divergences avec les entraîneurs et quelques joueurs de l'équipe, il n'a pas fait le déplacement en Argentine pour l'épreuve suprême, qui s'est avérée une débâcle pour l'Allemagne. Certains de ses anciens coéquipiers, comme Karl-Heinz Rummenigge, étaient d'avis que sans Breitner, la sélection n'était pas compétitive. Le Bavarois est revenu en équipe nationale en 1981 et a participé à la Coupe du Monde de la FIFA 1982™, où la R.F.A. est allée jusqu'en finale. Elle s'est certes inclinée face à l'Italie (1:3), mais Breitner, lui, a inscrit le seul but allemand de la rencontre, devenant ainsi le deuxième joueur à marquer au cours de deux finales de la compétition reine, après le Brésilien Pelé.

Une personnalité à part
Si Paul Breitner est devenu une superstar mondiale grâce à ses talents de finisseur et ses qualités de leader, il se faisait aussi remarquer par son franc-parler, n'hésitant pas à fustiger les travers de la discipline. "L'image d'électron libre sur le plan politique collait à la peau de Breitner depuis qu'il s'était fait photographier dans sa jeunesse sous un poster de Mao Tsé Tung et avait affiché sa sympathie pour Che Guevara", écrit le magazine allemand Der Spiegel. Quand Breitner a signé son premier contrat professionnel avec le Bayern à l'âge de 18 ans, il a mis fin à ses études à l'Ecole Supérieure de Pédagogie de Munich. Il s'est souvent par la suite illustré en public par ses prises de position, se forgeant une image d'intellectuel rebelle.

Les symboles, qu'il s'agisse de trophées, de drapeaux ou d'autre chose, n'ont pas à être beaux. Ce qui compte, c'est leur signification.

Paul Breitner

Lorsque FIFA.com lui a demandé il y a quelques années ce qu'il pensait du trophée de la Coupe du Monde de la FIFA™, il a répondu : "Cette coupe est spéciale et je ne veux pas la critiquer. Cet objet doit symboliser à lui seul le concept de champion du monde. Celui qui tient ce trophée est le meilleur dans sa partie, tout simplement. C'est un symbole, rien de plus. Et les symboles, qu'il s'agisse de trophées, de drapeaux ou d'autre chose, n'ont pas à être beaux. Ce qui compte, c'est leur signification."

Il y aurait de nombreuses autres anecdotes à raconter au sujet de Paul Breitner. Il serait par exemple un parent éloigné du Pape Benoît XVI. On retient surtout de lui qu'à 22 ans, il était champion d'Europe, champion du monde et tenant de la Coupe d'Europe des Clubs Champions. Il a été l'une des premières grandes icônes du football allemand et a toujours refusé de se contenter de la moyenne. Aujourd'hui, il travaille comme recruteur pour le Bayern Munich et livre toujours volontiers à l'exercice des interviews, continuant à se distinguer par sa pensée libre, sa vivacité d'esprit et son charisme.

Le saviez-vous ?

  • Paul Breitner et Uli Hoeneß, le président du Bayern Munich, sont amis de longue date. À l'époque de leurs débuts professionnels, les deux hommes partageaient le même logement. 

  • En 2004, le grand Pelé lui-même a placé Paul Breitner dans la liste FIFA 100, qui regroupe les 125 meilleurs footballeurs de tous les temps.  

  • Paul Breitner s'est également distingué en tant qu'acteur. Il a en effet figuré à l'affiche du western Potato Fritz, sorti en 1976.

  • À l'été 1977, Paul Breitner a quitté le Real Madrid pour rejoindre l'Eintracht Brunswick. L'international allemand ne s'est cependant pas attardé en Basse-Saxe : dès la saison suivante, il est retourné au Bayern Munich.