A l'occasion de son anniversaire le 3 novembre, FIFA.com revient sur la carrière du légendaire attaquant allemand Gerd Müller. 

Aujourd'hui encore, le nom de Gerhard "Gerd" Müller est toujours associé à ce qui se fait de mieux en matière de buteurs. D'ailleurs nombre de ses records tiennent toujours. L'attaquant du Bayern Munich et de l'Allemagne a inscrit 365 buts en 427 matches de Bundesliga et 68 buts en 62 matches pour la Nationalmannschaft.

Malgré sa brève carrière de chanteur pop avec "Dann macht es bumm!" au cours de laquelle on a pu l'entendre chanter "A football game is far from easy, goals never come cheaply" ("Un match de football est loin d'être facile, les buts ne viennent jamais tout seuls") Gerd Müller restera tout de même dans la légende, laissant derrière lui une collection de buts tous plus étonnants les uns que les autres. "Mon but le plus important est sans doute celui qui nous a permis de mener 2:1 en finale de la Coupe du Monde de la FIFA 1974 à Munich", explique-t-il. Sans lui, le football allemand n'aurait peut-être jamais connu le même âge d'or au milieu des années 70. Pour son ancien partenaire Franz Beckenbauer, il n'y a aucun doute : "Tout ce que le Bayern Munich a pu accomplir, c'est grâce à Müller et à ses buts."

L'haltérophile du Bayern
Lorsque le Bayern, alors en deuxième division, s'attache les services de Müller en 1964, l'entraîneur Zlatko Cajkovski plaisante volontiers sur le physique inhabituel de son attaquant : "Qu'est-ce que je suis censé faire d'un culturiste ?" Il est vrai que Müller, court sur pattes, doté d'un torse en forme de tonneau et qui rend 64 centimètres de tour de cuisse, tient plus d'un haltérophile que d'un footballeur.

Pourtant, l'attaquant, qui a débuté sa carrière à l'âge de neuf ans dans sa ville natale de Nördlingen, à une heure et demie en voiture de Munich, allait connaître un succès météorique. A 16 ans, il est déjà passé par toutes sortes d'équipes scolaires avant d'atterrir dans l'équipe juniors du TSV Nördlingen. En 1962/63, il inscrit 180 buts, attribuant sa réussite à la salade de pommes de terre de sa mère.

Cajkovski n'est pas très enthousiaste à l'idée de faire jouer Müller et celui-ci doit attendre dix matches avant que son entraîneur, sous la pression du président de l'époque, Wilhelm Neudecker, ne se décide à lui donner sa chance. Pour ses débuts en octobre 1964, il inscrit deux buts contre le FC Fribourg, les premiers d'une longue série. Même Cajkovski semble sous le charme, même si, lorsqu'il parle de Müller, il l'appelle "le petit gros".

En 1965, Müller, Sepp Maier Franz Beckenbauer, le trio qui allait propulser le Bayern vers les sommets européens, arrachent la promotion du club en Bundesliga. Pour son retour parmi l'élite, le club termine troisième et remporte la Coupe d'Allemagne. Le club bavarois réalisera à nouveau le même exploit en 1967, 1969 et 1971. Le Bayern Munich remporte le titre de champion d'Allemagne pour la première fois en 1969 avant de connaître trois triomphes consécutifs en 1972, 1973 et 1974. Le Bayern conquiert également son premier titre européen en empochant la Coupe des Vainqueurs de Coupe en 1967. Sept ans plus tard, suivent trois titres de champion d'Europe consécutifs entre 1974 et 1976. Pour parachever le chef d'œuvre, le Bayern remporte la Coupe du Monde des Clubs.

Pendant 13 saisons d'affilée, Müller termine meilleur buteur du club, de 1964/65 à 1977/78 et remporte sept titres de meilleur buteur en Bundesliga (1967, 1969, 1970, 1972, 1973, 1974 et 1978). En 1971/72, il inscrit 40 buts, un record inégalé à ce jour.

Le buteur allemand
Rien d'étonnant donc à ce que le sélectionneur Helmut Schön s'intéresse au cas Müller. Il effectue ses débuts en sélection en 1966 lors d'une victoire 2:0 en Turquie. Il participe ensuite à la Coupe du Monde de la FIFA, Mexique 1970, où il remporte le Soulier d'Or avec 10 buts. A cette époque, il forme avec Uwe Seeler un duo d'attaque redoutable. "Pour moi, cette compétition a été encore plus importante que celle de 1974", estime Müller. "Nous avions une équipe exceptionnelle à l'époque, même si beaucoup pensent que celle qui a remporté l'EURO en 1972 était meilleure."

Le buteur connaît la gloire avec la Nationalmannschaft lors de l'Euro 1972 avant d'inscrire le but de la victoire de la R.F.A. en finale de la Coupe du Monde de la FIFA 1974, face aux Pays-Bas. "Bonhof a envoyé le ballon, qui est arrivé dans la surface. J'ai couru vers lui au milieu de deux défenseurs hollandais et puis j'ai dû revenir en arrière parce que la passe était légèrement dans mon dos. Le ballon a rebondi sur mon pied gauche, je me suis retourné et c'était dedans." A la simple évocation de cette scène survenue à la 43ème minute du match de l'Olympiastadion, Müller ne peut réprimer un large sourire.

Champion du monde à 28 ans, Müller annonce qu'il prend sa retraite internationale. Selon la rumeur, furieux que les femmes des joueurs n'aient pas été invitées au banquet célébrant la victoire allemande, Müller aurait pris sa décision sur l'instant. Mais la vérité est tout autre : "Trois jours avant la finale, j'ai prévenu Schön que j'arrêtais. Il m'a demandé de ne rien dire jusqu'à la finale. C'est tout. Il n'y a rien de plus." Cela ne l'empêche pas de glisser que les primes de victoire offertes par la fédération allemande après la victoire en Coupe du Monde de la FIFA, étaient "ridicules."

Des hauts et des bas
En 1979, Müller accepte une offre lucrative pour aller jouer aux Etats-Unis et espère y débuter une seconde carrière. Pal Csernai, le nouvel entraîneur du Bayern, ne compte plus sur lui et, pour la première fois de sa carrière, Müller ne termine plus les matches. Le 6 mars 1979, il signe un contrat de deux ans et demi avec le club de Fort Lauderdale Strikers, en North American Soccer League.

Une fois sa carrière terminée, il connaît de graves problèmes. En dehors des séances d'autographes et des quelques matches de gala auxquels il participe, Müller ne sait pas comment occuper son temps libre. Il reste devant la télévision pendant des heures ou bien il se dispute avec sa femme. Il commence à boire. "J'ai ruiné ma vie," reconnaît-il.

Mais, heureusement, ses amis du Bayern, et notamment Uli Hoeneß, l'aident à s'en sortir. Son ancien club le recrute en 1992, officiellement pour démarcher de nouveaux sponsors, rechercher de nouveaux talents et participer aux entraînements des attaquants et des gardiens. Plus tard, il devient entraîneur de l'équipe juniors puis entraîneur adjoint. La même année, il passe son diplôme d'entraîneur et, en 1995/96, il devient entraîneur de l'équipe amateur du Bayern en division régionale. "Que peut-on rêver de mieux que d'être au Bayern ?", savoure-t-il alors.

Tout au long de sa carrière, Müller n'a cessé d'accumuler les distinctions. Il a reçu le premier titre de Joueur de l'Année en Allemagne en 1967. Il recevra ce même titre deux ans plus tard. En 1970, il devient le premier Allemand à recevoir le Ballon d'Or, après avoir remporté le Soulier d'Or de la Coupe du Monde de la FIFA 1970. Il est retenu trois ans de suite dans l'Equipe de l'Année de la FIFA (en 1971, 1972 et 1973) et une fois dans l'Equipe de l'Année de l'UEFA, en 1973. Outre ses nombreuses récompenses, Müller a également été décoré par deux fois, en 1967 de la Feuille de laurier en argent et en 1977 de la Croix fédérale du mérite. En mai 1998, il reçoit l'Ordre du Mérite de la FIFA. Gerd Müller a également été choisi pour représenter la ville de Munich à l'occasion de la Coupe du Monde de la FIFA 2006.

Le saviez-vous ?

  • Ronaldo a battu le record de buts de Gerd Muller en Coupe du Monde de la FIFA (15) : à Allemagne 2006, il a porté son total à 15.

  • Muller n'avait pas d'entraînement particulier. Il disait : "J'avais l'instinct, j'avais une seconde d'avance sur les défenseurs".

  • Avec 735 buts à son actif, Muller fait partie des cinq joueurs à avoir marqué plus de 700 buts en matches officiels.

  • Muller a marqué la plupart de ses 68 buts en sélection sur une période de quatre ans : de 1969 à 1972, il a mis 47 buts en 34 matches.

  • 14 fois buteur en Coupe du Monde de la FIFA, Muller place la performance de Just Fontaine (13 buts en une seule édition) au-dessus.

J'y étais

"Parmi les joueurs d'exception tels que Wolfgang Overath, Günther Netzer, Karl-Heinz Rummenigge ou Paul Breitner, Gerd Müller est pour le moi le plus grand de tous. Il était irrésistible ! Tout ce qu'il a réalisé, le Bayern le doit à Gerd Müller. Sans les buts de Gerd, nous serions encore assis aujourd'hui dans les tribunes vétustes de la Säbener Straße."
Franz Beckenbauer, coéquipier au Bayern Munich et en équipe d'Allemagne

"Celui qui entre dans la légende de son vivant n'a plus rien à prouver. Les 68 buts inscrits en 62 matches internationaux constituent un record pour l'éternité."
Rudi Völler, ancien attaquant et sélectionneur de la Mannschaft