Le Mali a réussi à surmonter son début d'année difficile pour réussir une percée au Classement mondial FIFA/Coca-Cola. 85ème il y a dix-huit mois, il occupe aujourd'hui le 32ème rang mondial et le 4ème rang continental, à la faveur d'un bond de sept places au seul mois de septembre.

Cette ascension tient en partie à la prestation livrée par le Mali en Coupe d'Afrique des Nations de la CAF, la meilleure depuis 1972. Le bronze décroché aux dépens du Ghana (2:0) lors de Gabon/Guinée équatoriale 2012 a été accueilli par des scènes de liesse à Bamako, tout comme sur le terrain de Malabo où l'entraîneur français Alain Giresse a dansé de joie avant d'être porté en triomphe sur les épaules de ses joueurs.

Mais l'exaltation a rapidement fait place à l'incertitude. Peu avant les qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™, Giresse a démissionné de son poste en raison d'un désaccord avec la Fédération sur le renouvellement de son contrat. L'entraîneur adjoint Amadou Pathé Diallo a alors repris le flambeau pour diriger les deux premiers matches de la campagne préliminaire, disputés sur une semaine début juin.

Défaits 0:1 à l'extérieur par le Bénin, les Aigles se sont imposés 2:1 sur l'Algérie, mondialiste en 2010, après avoir été menés au score. "Le style de jeu malien est déjà en place et l'équipe possède sa propre dynamique", estimait Pathé Diallo, remplacé depuis par le Français Patrice Carteron, à l'issue de la victoire sur les Fennecs. "Après notre troisième place à la CAN, il nous faut simplement maintenir le cap."

Les Maliens ont inauguré le mandat du technicien français par une large victoire sur le Botswana (3:0), dans le cadre des qualifications pour la CAN 2013. Ces dernières ayant été raccourcies, il suffira aux Ouest-Africains de conserver l'avantage lors du match retour le mois prochain pour forcer les portes de la phase finale sud-africaine en janvier.

De bons joueurs devenus une bonne équipe
Âgé de 42 ans, l'ancien entraîneur de Dijon fait ses premiers pas en Afrique. Bien qu'il ait, dit-il, construit sa sélection sans avoir vu ou parlé à toutes les recrues potentielles, l'ancien défenseur a visiblement su mettre son groupe en confiance. L'affaire n'était pas gagnée d'avance, car n'ayant convoqué qu'un seul joueur issu du championnat national, il lui a fallu souder l'effectif en un temps record.

Des visages familiers ont refait leur apparition en sélection, tels Seydou Keita, qui a quitté Barcelone pour la RP Chine, et le milieu Mahamadou Diarra, récemment enrôlé par Fulham. La défense a cependant dû se passer du capitaine Cédric Kanté, fraîchement arrivé dans son nouveau club de Sochaux. Le public a été enthousiasmé par le match, qui lui a sans doute rappelé les années 2000 et le Mali de Frédéric Kanouté.

Porteur du brassard pour l'occasion, Keita souligne les progrès réalisés par l'équipe depuis la dernière CAN. "Avant, nous avions de bons joueurs, maintenant nous avons une bonne équipe", juge l'ancien Blaugrana. "Le dernier match l'a prouvé. Une fois dans le match, nous avons maîtrisé le jeu. Les nouveaux éléments ont trouvé leur place parmi les anciens. Ils ont fait preuve d'humilité et se sont fondus dans le collectif sans perturber le groupe."

Reste à savoir si le Mali saura confirmer cet envol et ne pas se laisser distraire par l'ivresse des sommets.