Lorsqu'une équipe affronte un adversaire situé plus de 100 places plus bas au Classement mondial FIFA/Coca-Cola, l'issue ne fait généralement guère de doute. L'affiche programmée mi-novembre entre le Tchad (175ème en octobre) et l'Égypte (51ème) pour le compte des préliminaires de la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™ s'annonçait donc comme une simple formalité pour les Pharaons.  

Mais de toute évidence, les Sao n'avaient pas lu le script. Quatre-vingt-dix minutes plus tard, la petite sélection d'Afrique centrale a provoqué l'une des plus grosses surprises de l'histoire des qualifications africaines en s'imposant 1:0 devant l'ogre égyptien. L'unique but de la partie est l'œuvre d'Ezechiel Ndouassel, en milieu de seconde mi-temps. Pour étonnant qu'il soit, ce résultat apparaît moins comme une anomalie qu'une nouvelle étape dans la progression du Tchad, qui pointe désormais au 114ème rang de la hiérarchie mondiale.

Les Sao avaient pourtant mal commencé les qualifications pour la Coupe d'Afrique des Nations de la CAF 2017 en s'inclinant 2:0 au Nigeria. Dans la foulée, les Tchadiens ont concédé un retentissant 5:1 à domicile face aux Pharaons. Curieusement, cette déroute marque un tournant dans l'évolution de l'équipe nationale. Simple intérimaire, Mahamat Oumar Yaya a remporté une victoire inattendue contre la Sierra Leone au premier tour des préliminaires pour l'épreuve suprême. Vainqueur 1:0 à domicile, le Tchad a validé son billet pour la suite de la compétition grâce à la règle des buts marqués à l'extérieur suite en concédant une courte défaite 2:1 au retour.

À cette époque, les médias ont rapporté que l'ex-international camerounais Rigobert Song avait été choisi pour remplacer Yaya sur le banc tchadien. L'ancien Lion Indomptable a bien confirmé à FIFA.com avoir été en contact avec les dirigeants de la fédération mais, selon lui, rien n'a jamais été officialisé. Yaya a donc poursuivi son mandat et signé un nouvel exploit en prenant le meilleur sur le Gabon (1:0) en éliminatoires pour la CHAN 2016 . Les Panthères l'ont certes emporté 2:1 sur l'ensemble des deux tests, mais cette victoire témoigne des progrès réalisés par la sélection tchadienne.

Un œil sur le classement
L'un des artisans de cette spectaculaire montée en puissance n'est autre que Marius Mbaiam. Le milieu de terrain, qui évolue à Belfort en National, est l'un des internationaux les plus expérimentés du pays. Vétéran de trois campagnes, il compte 11 matches de qualification pour la Coupe du Monde à son actif. Selon lui, le réveil des Sao s'explique simplement. "Beaucoup a été fait récemment. Les progrès se font sentir, notamment au niveau des résultats. Les entraîneurs ne sont pas étrangers à cette réussite, mais le talent était déjà là."  

Quoi qu'il en soit, le Tchad n'a jamais réussi à valider son billet pour la CAN. Compte tenu de la présence de l'Égypte et du Nigeria dans leur groupe, les Sao auront sans doute bien du mal à forcer le destin en 2017. Mbaiam estime pourtant qu'il est encore trop tôt pour baisser les bras. "Il faut continuer comme ça et rester concentré. Il reste deux matches importants contre la Tanzanie au mois de mars. Il s'agit de prendre le maximum de points."  

Lui et ses coéquipiers suivent de près l'évolution du Classement mondial FIFA/Coca-Cola, qui constitue pour eux une source de motivation : "C'est très important. Il nous donne confiance en nous. Je crois qu'au cours des prochains mois, nous pouvons monter encore plus haut. Ce n'est peut-être qu'un début."

Contrairement à d'autres équipes africaines, le Tchad ne peut pas compter sur un vaste contingent d'internationaux expatriés dans les plus grands championnats européens. Casimir Ninga est sans doute le footballeur tchadien le plus connu du moment, grâce à ses bons résultats avec Montpellier. L'attaquant a marqué six buts en dix matches de Ligue 1. Ses coéquipiers évoluent pour la plupart au Tchad ou dans de petits clubs français. Pour Mbaiam, cette situation n'est pas nécessairement un handicap. "D'autres pays sont dans le même cas. Notre problème, c'est que nous ne disputons pas assez de matches amicaux pour corriger nos défauts et améliorer nos points forts. Il est vrai qu'on ne voit pas beaucoup de joueurs tchadiens dans les grands championnats, mais je vais vous dire une chose : les Tchadiens sont des guerriers !"