Le Classement mondial FIFA/Coca-Cola un feuilleton passionnant. Le récent exploit du Bhoutan en est l'un des épisodes les plus surprenants. La nation himalayenne enregistre une remontée de 46 places et pointe au 163ème rang, au lendemain de ses victoires historiques au tour préliminaire des qualifications asiatiques pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™.

Ces résultats sont d'autant plus impressionnants que le royaume du Bhoutan, dont la population dépasse à peine les 500 000 habitants, a vécu ces dernières années dans les bas-fonds de la hiérarchie mondiale. À l'époque de son affiliation à la FIFA en 2000, le pays était 201ème. Il lui a fallu quatre ans pour escalader 14 échelons et s'installer au 187ème rang, une place qu'il a conservée jusqu'en 2006, avant de vivre une descente aux enfers, jusqu'à échouer à la 209ème et dernière place en mars dernier.

Pour leurs débuts dans la compétition préliminaire pour l'épreuve mondiale, les Bhoutanais étaient opposés au Sri Lanka, une équipe qui les devance alors de 35 rangs et qu'ils n'ont encore jamais battue. La dernière sortie du Bhoutan remontait à 18 mois : une défaite 5:2 en Challenge Cup de l'AFC 2013 face à ce même Sri Lanka. C'est donc dans le rôle d'outsider que l'équipe entraînée par Chokey Nima se rend à Colombo. L'ancien international a composé pour l'occasion l'un des effectifs les plus jeunes du tournoi, avec 13 joueurs âgés de moins de 23 ans, dont les attaquants Tshering Dorji et Chencho Gyeltshen.

En dépit d'un évident manque d'expérience, les visiteurs tiennent leurs hôtes en échec pendant 89 minutes, et prennent un avantage décisif en fin de partie sur une frappe victorieuse de Dorji, 19 ans. Le 17 mars pour le match retour, soit cinq jours plus tard, le Bhoutan a rendez-vous avec l'histoire, sachant qu'un nul suffirait à la qualifier pour le prochain tour. Devant un public acquis à leur cause au stade Changlimithang de Thimphou, les locaux débloquent la situation après cinq minutes, grâce à Gyeltshen. Les Srilankais égalisent à dix minutes de la pause. Gyeltshen offre finalement la victoire aux siens à la dernière minute.

Vers un nouvel exploit
Ce succès, associé au bon résultat obtenu à l'aller, permet au Bhoutan de créer l'une des plus grosses surprises du premier tour aux dépens d'un adversaire donné largement favori. "C'est un rêve qui se réalise", confie l'auteur du doublé à FIFA.com. "Ce n'est pas fini. Nous formons une bonne équipe, mais nous pouvons encore progresser. Près de la moitié de l'effectif a fait ses débuts internationaux lors du premier match. Le benjamin de l'équipe a 18 ans. Le mérite de notre succès revient aux joueurs et aux entraîneurs, qui ont travaillé dur pour atteindre cet objectif."   

En guise de récompense, le Bhoutan sera présent au prochain tour dans un groupe relevé où figurent également la RP Chine, le Qatar, les Maldives et Hongkong. "Nous savons que nos adversaires sont plus forts que nous. Mais nous allons nous entraîner encore plus dur car nous comptons tout faire pour leur compliquer la tâche", annonce Gyeltshen, qui reste optimiste et vise un nouvel exploit. "Nous n'abandonnerons pas sans nous battre."  

Ces performances encourageantes arrivent à point nommé dans un pays qui s'intéresse de près au développement du beau jeu. "Le succès du football bhoutanais est le fruit de nos efforts et de nos investissements dans tous les domaines, malgré nos ressources limitées", rappelait le président de la Fédération bhoutanaise Ugen Tsechup Dorji lors d'un récent atelier financier de la FIFA pour les associations nationales d'Asie du sud et du centre. "Nous avons élargi notre base pour répondre aux attentes et aux défis à venir, qui réclameront des investissements et des ressources importants."

Comme le note le président de la BFF, la FIFA a largement soutenu ce développement, à travers les cinq projets Goal et six activités techniques et PERFORMANCE financées depuis 2001. Ces investissements ont permis la construction du siège de la BFF, d'un centre technique, de terrains artificiels et de mini-terrains. "Le soutien et l'expertise de la FIFA et de l'AFC sont essentiels à tous les niveaux, notamment en ce qui concerne le football de base, le football féminin et la création d'infrastructures de qualité", conclut Ugen Tsechup Dorji.