La dernière participation de l'Ouganda à la Coupe d'Afrique des Nations de la CAF remonte déjà à 1978. À l'époque, les Cranes (les Grues) avaient créé la surprise en montant sur la deuxième marche du podium au Ghana. Le pays fêtait alors sa troisième apparition consécutive en phase finale. Depuis, les Ougandais ont dû se contenter de suivre en simples spectateurs le rassemblement des meilleures sélections africaines. Toutefois, certains signes laissent à penser que ce long exil pourrait s'achever dans un avenir proche.

En premier lieu, l'Ouganda pointe actuellement au 62ème rang du Classement mondial FIFA/Coca-Cola, soit la meilleure performance de son histoire. Il y a douze mois, il fallait descendre de 15 échelons pour trouver leur trace. Mais si les supporters affichent aujourd'hui leur optimisme, ce n'est pas uniquement en raison des progrès constants réalisés au cours de cette période. Sur les six derniers mois, les résultats sont impressionnants. En juin, les Ougandais ont signé une victoire convaincante (2:0) à domicile face au Botswana pour leur entrée en lice dans les qualifications pour la Coupe d'Afrique des Nations 2017. Le succès (1:0) aux Comores en septembre leur a ensuite permis de prendre les commandes du Groupe D avec trois points d'avance.

Le mois suivant, les Cranes ont fait leurs grands débuts dans les préliminaires africaines pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™. Les protégés de Milutin Sredojevic en ont profité pour confirmer leurs bonnes dispositions actuelles en engrangeant deux victoires sur le Togo : la première à Lomé (1:0) et la seconde à domicile, sur un score plus large (3:0). Non content de s'offrir le scalp d'un vétéran de l'édition 2006 du grand rendez-vous mondial, l'Ouganda sera le seul représentant est-africain présent au troisième tour.Et comme si toutes ces bonnes nouvelles ne suffisaient pas, les Ougandais ont, dans la foulée, remporté la Coupe CECAFA 2015. Les Cranes ont fêté leur quatorzième titre régional en dominant le Rwanda (1:0) en finale.

Les bases du succès
La nomination de Sredojevic au poste de sélectionneur en 2013 coïncide avec la montée en puissance de l'équipe nationale. Le technicien serbe s'était déjà fait remarquer en accumulant les succès aux commandes du SC Villa, club avec lequel il a remporté le championnat sans interruption entre 2001 et 2004. Cet ancien attaquant a déjà eu l'occasion d'exercer dans d'autres pays africains, notamment en Afrique du Sud et en Éthiopie. Sredojevic a pris son temps pour trouver la bonne combinaison. Il a ainsi convoqué près de 150 joueurs depuis sa prise de fonction. Il a également rappelé l'expérimenté Geoffrey Sserunkuma, absent depuis plusieurs années.  

FIFA.com a rencontré Faruku Miya. Consultez l'interview en cliquant sur le lien

Celui que l'on surnomme Micho semble avoir trouvé un effectif capable de mener le pays au Gabon… voire même jusqu'en Russie. "Je pense avoir à ma disposition une équipe compétitive qui peut rivaliser avec les autres nations. Maintenant, tout dépendra de la qualité de notre préparation", confirme l'intéressé. Au sein de ce groupe remanié, Denis Onyango et Faruku Miya font figure de piliers. Ce dernier porte le brassard de capitaine, tandis que le gardien de but de 30 ans ne cesse de montrer l'exemple depuis le début des qualifications pour la CAN et la Coupe du Monde. Il a ainsi conservé sa cage inviolée lors des quatre rencontres au programme et repoussé des penalties importants aux Comores (1:0) et au Togo (1:0).

Onyango a passé plusieurs saisons en Afrique du Sud, sous les couleurs de SuperSport United et des Mamelodi Sundowns. Les deux clubs ont décroché le titre lors du passage de l'international ougandais. Le mois dernier, il a soulevé la Telkom Cup avec les Sundowns, après avoir battu les Kaizer Chiefs 3:1 en finale. Une fois de plus, Onyango a fait la différence en repoussant deux penalties en seconde période.

Miya peut être considéré comme le pendant offensif de l'excellent gardien de but ougandais. L'attaquant des Vipers 20 ans s'est imposé, à 18 ans, comme la révélation de la saison. Le jeune prodige a beau compter parmi les benjamins du groupe, Sredojevic n'a pas hésité à lui confier le brassard de capitaine pendant la Coupe CECAFA. Miya l'a remercié en inscrivant trois buts. Auparavant, il avait également trouvé le chemin des filets à trois reprises contre le Togo, dans la compétition préliminaire de Russie 2018. Autant dire qu'on n'a pas fini d'entendre parler de Miya et de l'Ouganda !