Les États-Unis passeront une nouvelle fois les fêtes de fin d’année à la première place du Classement mondial féminin FIFA/Coca-Cola. Pour la troisième fois d’affilée, les Stars and Stripes achèvent  un exercice au sommet de la hiérarchie du football féminin, preuve de leur belle régularité. Derrière elles en revanche, des évolutions plus inattendues sont à constater.

La plus notable est peut-être celle de l’Australie (4ème, plus 2), qui intègre le Top 5 pour la première fois de son histoire. Les Matildas surfent sur la vague d’une série de sept victoires consécutives, lors desquelles elles ont notamment dominé le Brésil, la RP Chine, le Japon et le leader américain.

L’Australie échange sa place avec la France (6ème, moins 2), tandis que le Brésil (8ème, plus 1) et la Suède (10ème, plus 1) gagnent un rang aux dépens, respectivement, du Japon (9ème, moins 1) et de la RDP Corée (11ème, moins 1). Ce sont les seuls changements à signaler au sein d’un Top 10 plutôt figé.

La défaite surprise de l’Allemagne (2ème, inchangé) à domicile face à l’Islande (20ème, plus 1) dans le cadre des qualifications pour la Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2019™ a généré le plus grand échange de points dans le classement depuis juin 2015. Surtout, elle a ruiné les derniers espoirs de la Nationalmannschaft de faire descendre les États-Unis de leur piédestal et a bien failli lui coûter sa deuxième place. Les Allemandes ne possèdent maintenant plus que 2 052 points, soit 19 de plus que l’Angleterre (3ème, inchangé) seulement, ce qui constitue sa plus faible avance sur une autre nation européenne depuis 2009.

Cette nouvelle édition est également marquée par les bonds de l’Espagne (13ème, plus 4) et de la République d’Irlande (29ème, plus 4), fruits de leurs bons résultats dans les qualifications européennes pour la prochaine Coupe du Monde Féminine. Les Irlandaises enregistrent par ailleurs la plus grande progression en termes de points (plus 48), tandis que celle en termes de rangs est à mettre au crédit du Kosovo (97ème, plus 8).

Cette ascension s’explique toutefois en grande partie par le fait que sept nations africaines normalement mieux placées disparaissent du classement en raison de leur inactivité prolongée. Il s’agit de la Côte d’Ivoire, de la Tunisie, du Maroc, de l’Algérie, du Sénégal, de la Guinée et du Burkina Faso. En parallèle, Madagascar (117ème) et Maurice (118ème) y apparaissent pour la toute première fois, tandis que l’Argentine (36ème), le Mozambique (109ème), le Malawi (110ème), le Lesotho (111ème) et le Swaziland (113ème) y effectuent leur retour.

Le prochain Classement mondial féminin de la FIFA/Coca-Cola sera publié le 23 mars 2018.

 

Leader

États-Unis (inchangé)

Entrées dans le Top 10

Suède (10ème, plus 1)

Sorties du Top 10

RDP Corée (11ème, moins 1)

Nombre total de matches disputés

129

Plus grand nombre de matches disputés

Brésil (7)

Plus grande progression en termes de points

République d’Irlande (plus 48)

Plus grande progression en termes de places

Kosovo (97ème, plus 8)

Plus grand recul en termes de points

Slovaquie (moins 57)

Plus grand recul en termes de places

Israël (62ème, moins 7)

Nouvelles entrées

Argentine, Mozambique, Malawi, Lesotho, Swaziland, Madagascar (première apparition) et Maurice (première apparition)

Équipes désormais non classées en raison de leur inactivité prolongée

Côte d’Ivoire, Tunisie, Maroc, Algérie, Sénégal, Guinée et Burkina Faso