Suivez nous sur
Classement FIFA/Coca-Cola

Le Kosovo vise déjà plus haut

(FIFA.com)
Kosovo's Amir Rrahmani (C) celebrates with teammates Enis Alushi (L) and Fidan Aliti (R) after scoring
© AFP
  • Le Kosovo à la conquête du Classement mondial FIFA/Coca-Cola
  • Meilleure progression en mars
  • Série en cours de trois victoires

Le 13 mai 2016, le Congrès de la FIFA a officiellement reconnu le Kosovo, indépendant depuis 2008, comme 210ème membre de la famille du football. Très vite, les Kosovars ont fêté leur premier match officiel, leur premier but et beaucoup d’autres premières. Le nul 1:1 obtenu face à la Finlande a suscité un grand enthousiasme dans tous le pays. Le président Hashim Thaçi a été parmi les premiers à se féliciter : "Après des décennies d’isolement, plusieurs générations de footballeurs peuvent laisser éclater leur fierté. Le meilleur reste à venir pour notre pays !"

Vingt-quatre mois plus tard, les habitants de ce petit pays du sud-est de l’Europe ont toujours le sourire, même si leur parcours dans les qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™ n’a pas été à la hauteur de leurs espoirs : avec un seul nul en dix matches et un bilan largement négatif (3 buts pour, 24 contre), le Kosovo a fini dernier du Groupe I.

Le Kosovo en bref

  • Bilan : 27 matches (9 victoires, 3 nuls, 15 défaites ; 34 buts pour, 48 contre)
  • Joueur le plus capé / capitaine : Samir Ujkani (18 sélections)
  • Meilleur buteur : Albert Bunjaku, Elba Rashani (3 buts)

Mais les Dardanët ont aujourd'hui le vent en poupe. Après huit années passées sur le banc du Kosovo, Albert Bunjaki a cédé sa place au Suisse Bernard Challandes, qui a entamé son mandat par deux succès sur Madagascar (1:0) et le Burkina Faso (2:0).

"Nous avons connu une très bonne entrée en matière après notre premier stage. C’est évidemment une excellente nouvelle pour moi et pour toute l’équipe", confie Challandes à FIFA.com. "Nous avons beaucoup de joueurs expérimentés, qui évoluent aux quatre coins de l’Europe. Maintenant, il nous reste à apprendre à faire bloc sur le terrain. Il ne suffit pas d’avoir de bons joueurs, il faut aussi trouver du liant. Pour être performants, nous devons attaquer et défendre tous ensemble. J’ai regardé tous les matches de qualification pour la Coupe du Monde et je n’ai pas vu une équipe. Chacun jouait sa partition de son côté, mais il n’y avait pas de plan d’ensemble. C’est là-dessus que nous devons travailler."

Si l’on ajoute à ces récents succès la victoire (4:3) obtenue face à la Lettonie en novembre, le Kosovo reste sur trois succès de rang, après avoir enchaîné neuf défaites consécutives auparavant. Ce revirement se traduit par une remontée au Classement mondial FIFA/Coca-Cola : désormais 152ème, le Kosovo réalise la meilleure performance de son histoire, ainsi que la plus forte progression du mois de mars. "Le potentiel est là, mais il nous reste beaucoup de travail. Le championnat a besoin de soutien et de sang neuf. De nombreuses structures manquent encore ou viennent juste d’être créées. Tout ça demande du temps."

Le stade national de Mitrovica est actuellement en cours de rénovation. Une fois les travaux terminés, il accueillera les matches de l’équipe nationale. L'enceinte peut contenir près de 29 000 spectateurs et, jusqu’à présent, presque tous les matches de la sélection se sont joués à guichets fermés. "Nous avons une équipe relativement jeune, qui tourne autour de 22 ou 23 ans de moyenne d’âge. Ce groupe a une bonne marge de progression et l’avenir lui réserve de belles choses", estime Challandes. "Les sélections de jeunes sont aussi performantes. Les U-21 ont récemment obtenu un nul vierge contre l’Allemagne. Les U-19 ont réalisé un parcours intéressant dans les qualifications pour l’Euro. Ça montre que nous ne manquons pas de talent."

À partir de septembre, le Kosovo retrouvera l’Azerbaïdjan, Malte et les îles Féroé dans le cadre de la Ligue des Nations de l’UEFA. "Nous n’avons pas à faire de complexes et tout le monde a le droit de rêver. Ce serait bien si nous pouvions nous qualifier un jour pour une Coupe du Monde ou un Euro, mais nous en sommes encore loin. Le temps fait toujours défaut en football. Pourtant, c’est exactement ce dont nous avons besoin", prévient Challandes, qui souhaite éviter tout excès d’optimisme. "Le potentiel est là, mais pour progresser, nous aurons besoin de sérieux, de calme et de passion. Tout ça ne se fera pas une semaine."

Les prochains matches
Albanie - Kosovo (29 mai)
Azerbaïdjan - Kosovo (7 septembre)
Kosovo - îles Féroé (10 septembre)

Articles recommandés