Medellin a rendez-vous avec une opposition de styles et de genres entre la Thaïlande et l’Azerbaïdjan ce jeudi 22 septembre en huitième de finale. La vivacité des premiers triomphera-t-elle de la puissance des seconds ?

Difficile à croire après cinq minutes tant les accélérations azéries font mal à une défense pas encore dans son match. Le tableau d'affichage a déjà évolué deux fois, et sans forcer. La note aurait d'ailleurs pu être plus salée encore sans les réflexes de Katawut Hankampa. Les hommes de Miguel Conde ont besoin de leur homme providentiel pour revenir dans les débats et il répond présent : Suphawut Thuenklang relance les siens, bien aidé par son capitaine Kristada Wongkaeo.

Ce sont donc des Thaïlandais menés, et surtout remontés, qui reviennent des vestiaires. Les passes arrivent dans les pieds, les décisions sont bonnes et la conclusion enfin au rendez-vous. De leur côté, les Européens semblent avoir perdu leur jeu. Ils s'en remettent à quelques accélérations bien senties pour garder la tête hors de l'eau, et à leur pivot Thiago Bolinha. La fin de l'histoire s'écrit en prolongation et son scénario est simple : la Thaïlande a pris des risques, l’Azerbaïdjan en a profité.

Les Asiatiques sont tombés au combat au même stade de l'épreuve qu'il y a quatre ans, les Azéris vont ajouter une nouvelle ligne à leur conte de fée colombien. Ils auront l'occasion de prolonger encore plus le plaisir contre le Portugal dimanche 25 septembre à Cali.