Le Paraguay connaît déjà bien le goût d’une Coupe du Monde de Futsal de la FIFA mais pas encore celui d’une demi-finale. De son côté, l'Iran doit remonter dans le temps jusqu'en 1992 pour s'en rappeler. Sud-Américains et Asiatiques ne veulent pas laisser passer l'opportunité de décrocher un ticket pour le dernier carré de Colombie 2016 ce samedi 24 septembre à Bucaramanga.

A grand enjeu, grande pression : les acteurs se regardent de loin pendant les dix premières minutes. Les spectateurs, eux, n'ont rien à voir. Francisco Martinez les réveille en déviant une frappe canon de Juan Salas. La riposte iranienne est un plaisir pour leurs yeux : un amour de frappe en pleine lucarne d'Ahmad Ismaeilpour qui allie puissance et précision. Le jeu à réaction se poursuit avec le capitaine Salas enfilant le costume du buteur à 30 secondes de l'entracte.

Les champions d'Asie veulent reprendre le premier rôle après la pause. Mahdi Javid remporte, lui, l'oscar du plus beau but de la rencontre, si c'est n'est du tournoi, à la conclusion d'un travail d'équipe. La Team Melli prend confiance et fait le spectacle grâce à ses numéros techniques. Elle croit tenir son happy-end avec le doublé de Javid, mais Rene Villalba prolonge l'histoire dans les derniers instants. Les deux équipes s'étaient qualifiées aux tirs au but en huitièmes de finale. On remet ça ? Ismaeilpour évite le nouveau suspense à 23 secondes de la fin pour inscrire le 2 400ème but de l'histoire de l'épreuve mondiale.

L'Iran a su puiser l'énergie nécessaire pour renverser le cours d'une rencontre bien lancée par des Paraguayens trop attentistes. Après avoir éliminé le Brésil, les Asiatiques devront faire tomber un autre épouvantail du futsal pour s'offrir une place en finale, la Russie ou l'Espagne.