Lisenchuk ne se cache pas
© Getty Images

Gennadiy Lisenchuk fait partie des entraîneurs que l'on ne risque pas de rater à la Coupe du Monde de Futsal de la FIFA, Thaïlande 2012. Cela ne tient pas seulement à ses gesticulations sur le bord du terrain, mais aussi à son élégance vestimentaire. Depuis qu'il a pris les rênes de l'Ukraine il y a 19 ans, il a fait de sa garde-robe sa marque de fabrique. À Bangkok, fidèle à sa réputation, il arborait un magnifique costume beige assorti de chaussures blanches.

"Dans les pays chauds comme la Thaïlande, j'aime porter des couleurs chaudes", confie Lisenchuk à FIFA.com. "J'estime que les entraîneurs représentent leur équipe. Nous nous devons d'avoir belle allure et d'être bien habillés. Au cours de ma carrière à la tête de l'équipe nationale, j'ai remporté 11 médailles lors de Coupes du Monde et de championnats d'Europe. Cela dit, je ne sais pas si le costume est un porte-bonheur."

Leçon retenue
En tout cas, Dame Chance ne semble pas avoir été du côté de l'Ukraine lors de sa première sortie à Thaïlande 2012. Bien que dominateurs sur l'ensemble de la rencontre, les Est-Européens ont dû se contenter d'un nul 3:3 avec le Paraguay. "Nos attaquants se sont créé beaucoup d'occasions mais ils n'ont marqué que trois fois", regrette le sélectionneur, déçu par l'imprécision des siens à la finition. "Ça ne me satisfait pas. Mais nous allons tirer des enseignements de nos erreurs et faire preuve de plus de pragmatisme lors des prochains matches", annonce le technicien de 64 ans.

Dimanche 4 novembre au Huamark Indoor Stadium, les Ukrainiens seront opposés à une équipe thaïlandaise que l'on devine galvanisée par son succès 3:1 face au Costa Rica. Lisenchuk, qui a mené son équipe à la quatrième place d'Espagne 1996 et conduit les juniors au titre mondial à trois reprises, accorde le plus grand respect aux locaux dirigés par son bon ami Victor Hermans. "Nous avons suivi le match entre la Thaïlande et le Costa Rica, et nous avons été très impressionnés", admet-il. "Nos prochains adversaires sont très rapides, techniques balle au pied et bien en place tactiquement. Nous allons avoir du mal à les battre, mais nous allons faire notre maximum."

Un revers face aux actuels leaders du Groupe A constituerait un sérieux coup d'arrêt pour les quart-de-finalistes de l'EURO de Futsal de l'UEFA 2012, qui visent de nouveau la phase à élimination directe. "Je nous considère comme l'une des meilleures équipes au monde", estime Lisenchuk. "C'est pour cette raison que je nous ai fixé des objectifs pour cette Coupe du Monde. Nous voulons passer la phase de groupes et atteindre au minimum les quarts. Si tout se passe comme prévu, nous pourrions viser une médaille. Nous savons que ça ne sera pas facile, mais nous allons tout donner pour y parvenir."