Assis et l'Italie voient grand
© Getty Images

L'international italien Saad Assis est l'archétype du joueur de futsal. Le technicien d'1m68 s'est initié aux joies du ballon rond dans les rues de Sao Paulo, avant de se perfectionner dans les championnats du Brésil, d'Italie et d'Espagne. À 33 ans, il compte aujourd'hui parmi les joueurs les plus talentueux et les plus titrés de la discipline. Le pensionnaire du FC Barcelone a ainsi remporté la médaille de bronze de la Coupe du Monde de Futsal de la FIFA, Brésil 2008 et de l'UEFA EURO Futsal 2012 avec l'Italie.

Depuis son arrivée en Thaïlande, le poids plume italien se verrait bien franchir un nouveau palier. "Nous rêvons tous de remporter ce tournoi. Mais bien entendu, d'autres équipes ont la même idée en tête. Ça ne sera pas facile car le Brésil, l'Espagne et la Russie sont très forts. Nous allons faire le maximum mais la tâche s'annonce compliquée", confie le joueur à FIFA.com.

Avant de penser à affronter le champion d'Europe en titre ou son dauphin dans le dernier carré, l'Italie devra déjà négocier au mieux l'obstacle égyptien en huitième de finale. Les Pharaons ont décroché leur place au second tour de justesse, en terminant parmi les meilleurs troisièmes. Pour autant, Assis ne s'attend pas à une partie facile. "Nous ne connaissons pas vraiment cette équipe"avoue l'Italien. "Je pense que nous allons passer beaucoup de temps devant des vidéos, ces deux prochains jours. Cette équipe doit posséder des qualités, sinon elle n'aurait pas battu la République tchèque, qui nous avait éliminés de l'Euro il y a deux ans. Nous avons toutes nos chances d'atteindre les quarts de finale mais nous savons qu'il nous faudra pour cela jouer à notre meilleur niveau." 

Rivaliser avec les meilleurs
Jusqu'à présent, l'Italie a toutes les raisons d'avoir le sourire. L'équipe dirigée par Roberto Menichelli  a bouclé son parcours dans le Groupe D avec neuf points, après avoir dominé l'Australie (9:1), l'Argentine (3:2) et le Mexique (5:2). Le programme qui attend la Squadra Azzurra dans les jours à venir s'annonce autrement plus compliqué mais Assis ne s'en plaint pas, loin de là.

"Le groupe est très différent de celui que j'ai connu en 2008. L'équipe est un peu plus jeune mais nous ne manquons pas de bons joueurs", analyse Assis, déjà auteur de trois buts en trois sorties depuis le début de la compétition. "Sur le plan collectif, nous avons les moyens de rivaliser avec les plus grands pays de futsal venus disputer cette Coupe du Monde en Thaïlande."

Il faudra effectivement être capable de tenir tête aux meilleurs pour remplir les objectifs ambitieux fixés par Assis. "Je ne pense qu'à une chose : gagner le prochain match. C'est ce qu'on attend de moi et c'est pour cette raison que je suis en équipe d'Italie et au FC Barcelone."