Partir avec le sourire
© Getty Images

Ce 14 novembre, quatre équipes ont vu leur rêve d'atteindre le dernier carré de la Coupe du Monde de Futsal de la FIFA, Thaïlande 2012 partir en fumée. L'Ukraine s'est fait surprendre par la Colombie tandis que l'Argentine, le Portugal et la Russie ne sont pas parvenus à conserver leur avance face aux ténors de la compétition. 
 
En dépit d'un dénouement malheureux, ces quatre formations savent toutefois que l'expérience acquise ces derniers jours leur sera très profitable à l'avenir. "Beaucoup d'équipes ont haussé leur niveau de manière spectaculaire. Elles font désormais preuve d'un courage impressionnant et se sont montrées bien meilleures qu'aux éditions précédentes", analyse Gennadiy Lisenchuk sélectionneur de l'Ukraine au micro de FIFA.com, après la défaite suprise de son équipe face à la Colombie.

Lisenchuk peut se consoler en se disant que son effectif est majoritairement composé de jeunes joueurs, avec seulement cinq survivants de Brésil 2008 : "Les joueurs les moins expérimentés apprennent beaucoup au fil des matches. Ils vont progresser et je sais que cette équipe sera plus forte dans quelques années".

À la hauteur de l'événement
Compte tenu de l'avance (2:0) affichée à la fin de la première mi-temps, beaucoup de supporters de l'Argentine se voyaient déjà tombeurs du Brésil. Mais Falcão et ses partenaires ont réussi à inverser la tendance. Les tenants du titre disputeront la demi-finale pendant que les Argentins se rappelleront leurs meilleurs souvenirs de la compétition sur le chemin du retour.

"Nous avons fait un bon tournoi en obligeant la meilleure formation du monde à attendre la prolongation pour nous battre, après avoir été menée au score. Peu d'équipes ont réalisé cela face au Brésil", se félicite ainsi l'attaquant Martin Amas. Et d'ajouter, plein d'optimisme : "Un jour, nous serons au moins aussi forts qu'eux. Avec Matias Lucuix et plusieurs joueurs dans les championnats européens, notre équipe nationale va monter d'un cran à l'avenir".

Le Portugal a connu la plus grande déception de ces quarts de finale. Il menait (3:0) face à l'Italie à onze minutes de la fin de la rencontre, mais les Azzurri sont revenus dans le match et Rodolfo Fortino a inscrit le but de l'égalisation 46 secondes avant la fin du temps réglementaire. Les Lusitaniens ont ainsi été contraints de disputer une prolongation qui leur a été fatale. "Nous sommes très déçus de sortir de cette manière. Nous méritions d'aller plus loin que les quarts de finale. Globalement, nous avons fait une belle Coupe du Monde mais nous attendions davantage", souligne Cardinal.

De son côté, le sélectionneur russe Sergey Skorovich s'est montré résigné, suite à la défaite face à l'Espagne (3:2) : "Nous avons fait tout ce que nous pouvions pour gagner mais, comme d'habitude, l'Espagne se qualifie et nous rentrons à la maison". Les hommes de Skorovich et les trois autres sélections quittent peut-être la Thaïlande plus tôt que prévu mais avec la certitude réconfortante d'avoir appris et progressé au contact des meilleurs, l'espace de quelques semaines.