Une Seleçao cinq étoiles
© Getty Images

LE FILM DE LA JOURNÉE - La Coupe du Monde de Futsal de la FIFA, Thaïlande 2012™ s'est achevée sur une rencontre riche en suspense et en rebondissements. Comme souvent par le passé, l'Espagne et le Brésil se sont livré une lutte sans merci pour une place au sommet de la hiérarchie mondiale. Cette fois encore, le destin a souri aux Sud-Américains.

Ce dimanche 18 novembre au stade Huamark de Bangkok, les Brésiliens ont arraché la décision (2:3 a.p.) en marquant à l'ultime minute de la prolongation. Neto a signé le but de la victoire à 19 secondes du coup de sifflet final. Le Brésil remporte donc sa cinquième couronne mondiale, après ses succès de 1989, 1992, 1996 et 2008.

Un peu plus tôt dans la journée, l'Italie s'est nettement imposée devant la Colombie dans le match pour la troisième place. À l'issue d'une première mi-temps improductive, les Azzurri ont fait la différence au retour des vestiaires, grâce à un doublé de Rodolfo Fortino et une frappe spectaculaire signée Sergio Romano.  

Résultats
Finale
Espagne - Brésil 2:3 a.p. 
Match pour la troisième place
Italie - Colombie 3:0 

Le but
Espagne - Brésil, 2:2, Falcao, 36'13
Pour sa troisième participation à la Coupe du Monde de Futsal de la FIFA sous les couleurs du Brésil, Falcao s'est montré plus décisif que jamais. Menés (2:1) dans les dernières minutes de la partie, les tenants du titre prennent tous les risques pour revenir au score. À 12 mètres du but espagnol, l'attaquant brésilien tente sa chance et place une frappe en pleine lucarne. Cette égalisation relance complètement la Seleçao et inverse la dynamique du match, à trois minutes du terme. 

Les moments-clés
Neto le héros : La finale entre le Brésil et l'Espagne semblait promise aux tirs au but, lorsque le Brésilien Neto a surgi de nulle part pour inscrire le but de la victoire. Servi le long de la ligne de touche, l'attaquant a éliminé son vis-à-vis, remonté la moitié du terrain et trompé le portier espagnol d'une magnifique frappe croisée. Le stade Huamark a bien évidemment salué ce but décisif par une véritable ovation.  

Spectateurs particuliers - 
Visiblement très détendus, les joueurs espagnols ont assisté depuis les tribunes au match pour la troisième place entre l'Italie et la Colombie. Kike et ses partenaires ont suivi les débats avec intérêt jusqu'au milieu de la deuxième mi-temps, avant de rentrer aux vestiaires pour préparer leur finale.  

Sortie difficile pour Lozano - Juan Lozano, le portier colombien, a longtemps retardé l'échéance face aux attaquants italiens, en multipliant les interventions décisives. Mais à la 32ème minute, le dernier rempart des Cafeteros a dévié le ballon de la main en dehors de sa surface de réparation, sur une longue ouverture adverse. L'arbitre s'est vu contraindre de l'exclure. Lozano a immédiatement fondu en larmes mais, curieusement, sa sortie du terrain s'est transformée en un véritable plébiscite. Son nom a longtemps résonné dans les tribunes, tandis que les spectateurs lui réservaient une ovation. Ce témoignage d'estime le consolera peut-être de sa sortie précoce.    

La stat
152
 - En dominant l'Espagne en finale, le Brésil a établi un nouveau record. Les champions du monde restent désormais sur 152 matches sans défaite dans le temps réglementaire (le Brésil avait perdu en prolongation contre le Paraguay début 2012). La Seleçao n'a plus perdu depuis une rencontre amicale face à l'Espagne, le 8 décembre 2005.

Entendu...
"J'ai jeté mes dernières forces dans la bataille. Je crois que les deux équipes pensaient déjà aux tirs au but. Je me suis dit qu'il fallait que je tente un dernier coup. Quand le ballon est entré dans le but, j'étais tellement ému et tellement épuisé que je ne savais plus quoi faire" - Neto, défenseur du Brésil