Les deux plus grands monuments du futsal, l'Espagne et le Brésil, sont tombés à Colombie 2016. Ils ont été remplacés en finale par la Russie et l'Argentine. Derrière ce passage de témoin collectif, l'épreuve mondiale a vécu la confirmation des qualités individuelles de plusieurs de ses étoiles connues, et l'apparition de nouvelles qui promettent de briller encore à l'avenir. Les membres du Groupe d'étude technique (TSG) ont tranché au moment de distribuer les récompenses individuelles.

Ballon d'Or adidas : Fernando Wilhelm (ARG)
La quatrième a été la bonne pour Fernando Wilhelm. L'Argentin de 34 ans aurait difficilement pu mieux assumer son statut de capitaine après trois premières participations à l'épreuve mondiale frustrantes. Wilhelm a haussé la voix quand il le fallait, en faisant parler son sens de l'anticipation pour annihiler de nombreuses contre-attaques tout au long du tournoi. L'Albiceleste a également pu compter sur ses passes tranchantes pour servir les buteurs et sur son sang-froid dans les moments les plus importants. Colombie 2016 couronne un modèle de persévérance, de combativité et de science du jeu.

Ballon d'Argent adidas et Soulier d'Argent adidas avec 10 buts :  Eder Lima (RUS)
La mission d'Eder Lima est toujours la même : faire peur aux défenses adverses et alimenter le tableau d'affichage. Le colosse russe a encore rempli son contrat. Il est d'abord reparti sur les mêmes bases que le total qui lui avait permis de terminer en tête du classement des buteurs en 2012 avec neuf unités, en inscrivant cinq buts lors de ses deux premiers matchs. Il a ensuite plus souvent enfilé le costume de passeur (huit) pour ses coéquipiers, avant de refaire parler son instinct de buteur avec trois nouvelles réalisations en finale (4:5). 

Ballon de Bronze adidas : Ahmad Esmaeilpour (IRN)
Ahmad Ismaeilpour avait découvert la Coupe du Monde de Futsal en Thaïlande en 2012 sur la pointe des pieds. Il repart de Colombie quatre ans plus tard avec la première médaille de bronze de l'histoire de l'Iran et le statut de troisième meilleur joueur du tournoi. L'Iranien de 28 ans sait tout faire. Sa technique en mouvement du haut de son mètre 86 a fait des ravages, tout comme ses tirs à distance et sa vista. Le tout avec une rage de vaincre qui a porté de bout en bout la Team Melli.

Soulier d'Or adidas : Ricardinho, 12 buts (POR)

Muet pour sa première contre la Colombie, Ricardinho a fait passer un mauvais un moment au Panama (0:9) pour la deuxième sortie du Portugal, en plantant six buts. L'Ouzbékistan (5:1) se souviendra également des trois buts de la star portugaise. En phase à élimination directe, le joueur de 31 ans a ouvert la voie à la qualification contre le Costa Rica (4:0) en marquant les deux premiers. Ricardinho a aussi laissé sa marque au tableau d'affichage contre l’Azerbaïdjan (2:3), avec un but. La signature de l'artiste ? Une touche esthétique souvent au rendez-vous, entre technique, puissance et adresse.

Soulier de Bonze adidas : Falcao, 10 buts (BRA)
Cinq Coupes du Monde, 34 matches et 48 buts pour Falcao. Qui dit mieux ? Personne et ce n'est pas prêt de changer tant la légende du futsal a mis la barre haut. Le Brésilien était attendu et comme à son habitude, il a répondu présent. Sa moisson a commencé contre l'Australie avant de se terminer en même tant que celle du Brésil à Colombie 2016, contre l'Iran. Falcao a inscrit dix des 33 buts de la Seleçao.

Gant d'Or adidas : Nicolas Sarmiento (ARG)
Colombie 2016 a découvert un nouveau visage auquel le monde du futsal va vite s'habituer. A 23 ans, Nicolas Sarmiento a convaincu le TSG de ses qualités, après en avoir fait de même avec Diego Giustozzi. Le cinquième gardien le plus jeune des 55 présents du tournoi s'est distingué par sa régularité, sa confiance et sa capacité à diriger la meilleure défense de l'épreuve mondiale. Il a notamment bouclé trois de ses prestations sans concéder le moindre but.

Prix du Fair-play de la FIFA : Viêt-Nam
Les Vietnamiens n'ont pas seulement apporté un vent de fraîcheur pour leur première apparition dans l'épreuve mondiale. Ils ont aussi démontré une attitude exemplaire jusqu'à leur élimination en huitième de finale contre la Russie, ne récoltant notamment que quatre cartons jaunes sur l'ensemble de la compétition.

La FIFA décerne ce prix sur la base d'une évaluation menée par les membres du Groupe d'étude technique (TSG), qui effectuent une analyse détaillée du comportement des participants, sur le terrain comme en dehors. L'objectif de cette récompense est d'encourager l'esprit sportif chez les joueurs, les entraîneurs et les spectateurs des tournois FIFA.