L’Espagne a dû faire parler le métier, mais elle a su retourner la situation lors du barrage de qualification face à la Slovénie. Elle fera donc partie du contingent des sept nations de l’UEFA présentes à la Coupe du Monde de Futsal de la FIFA, Colombie 2016.

Ce mardi 12 avril a également vu la qualification du Portugal, de la Russie, de l’Ukraine, du Kazakhstan et de l’Azerbaïdjan. Pour ce dernier, il s’agit de la première présence au rendez-vous mondial de la spécialité. Le dernier sésame a été arraché par l’Italie, qui a laissé la Hongrie à quai.

Au bout de l’effort
Le succès 5:1 décroché par l’Espagne sur la Slovénie ne reflète pas la physionomie de la rencontre, loin de là. La Roja, battue 1:0 à l’aller, avait besoin de gagner avec un écart supérieur ou égal à deux buts pour décrocher son billet. Et c’est seulement à cinq minutes de la fin qu’elle y est parvenue, lorsque Raúl Campos a signé son deuxième but (5:1).

Ortíz, Miguelín et Aicardo, les deux derniers juste avant le coup de sifflet final, ont inscrit les autres réalisations de l’Espagne, qui demeure l’un des trois seuls pays présents à toutes les éditions de l’épreuve, avec le Brésil et l’Argentine.

Double champions du monde et finalistes des cinq dernières éditions, les Ibères ont ainsi évité ce qui aurait constitué l’une des plus grandes surprises du futsal à l’échelle internationale. Ils ont également mis fin aux rêves des Slovènes, qui auraient pu disputer leur première Coupe du Monde.

Les grandes puissances au rendez-vous
De son côté, l’Italie n’a pas vraiment souffert pour assurer sa présence, elle qui a largement dominé la Hongrie 6:0 (score cumulé 9:0). La Nazionale, troisième de Thaïlande 2012, disputera sa septième phase finale, ce qui en fait la deuxième formation européenne la plus assidue. À signaler le bon match de Romano, auteur d’un doublé.

La Russie n’a pas réussi à dominer la Biélorussie à domicile (2:2), mais elle avait déjà balisé le chemin en s’imposant 4:1 à l’aller. Elle prendra donc part à sa sixième phase finale mondialiste, la troisième consécutive. Le Brésilien naturalisé Eder Lima, Soulier d’or à Thaïlande 2012, a signé le deuxième but des Russes.

Le Portugal a dû s’employer face à la solide Serbie, mais il a finalement réédité le score de l’aller : 2:1 (score cumulé 4:2). Cardinal et Tiago Brito ont fait trembler les filets serbes, au contraire de Ricardinho, qui a raté son penalty. Les Portugais n’ont jamais raté la Coupe du Monde de la spécialité depuis leur première participation, à Guatemala 2000.

De son côté, l’Ukraine a largement dominé la Slovaquie (5:1, score cumulé 11:1). Le vétéran Serhiy Zhurba a inscrit un doublé pour les Ukrainiens, qui joueront leur quatrième Coupe du Monde consécutive, la cinquième au total.

Première pour l’Azerbaïdjan
Le Kazakhstan n’a pas fait de détails contre la Pologne (7:0, 8:1 sur l'ensemble des deux matches). Serik Zhamankulov et Douglas Jr ont signé un doublé chacun pour les Kazakhs, qui, après leur troisième place à l’Euro 2016, disputeront leur deuxième rendez-vous mondial après Guatemala 2000.

Enfin, l’Azerbaïdjan a décroché sa première qualification mondialiste à la faveur d’un match nul 4:4 à la maison contre les Pays-Bas (score cumulé 9:5). Rizvan Farzaliyev, Amadeu, Eduardo et Rafael ont inscrit les buts des locaux, qui n’auront jamais été menés. Ce sera la seule équipe européenne qui connaîtra son baptême du feu en Colombie.

Résultats des matches retour des barrages :

Mardi 12 avril
Espagne 5:1 Slovénie (score cumulé 5:2)
Ukraine 5:1 Slovaquie (score cumulé 11:1)
Kazakhstan 7:0 Pologne (score cumulé 8-1)
Portugal 2:1 Serbie (score cumulé 4:1)
Russie 2:2 Biélorussie (score cumulé 6:3)
Azerbaïdjan 4:4 Pays-Bas (score cumulé 9:5)

Mercredi 13 avril
Italie 6:0 Hongrie (score cumulé 9:0)

En gras, les qualifiés pour Colombie 2016