Avant les matches importants, les joueurs ont généralement un rituel : enfiler la bonne chaussure en premier ou encore fouler le terrain du pied droit ou du gauche. Le Russe Sergey Abramov se fixe lui aussi une conduite à suivre, mais il se contente d'une simple règle : "Habituellement, je ne donne aucune interview", lance l'attaquant au micro de FIFA.com à deux jours de la finale de la Coupe du Monde de Futsal de la FIFA, Colombie 2016.

A circonstances hors-normes, comportement exceptionnelle, cependant. Le joueur a donc fait une entorse à sa règle. Il faut dire que l'homme a signé un but superbe lors de la dernière sortie de son équipe et, depuis, il est de très bonne humeur. En effet, en demi-finale contre l'Iran, alors que le tableau affichait 1:1, son équipe a obtenu un corner. Sur une louche d'un de ses partenaires, Abramov, d'une reprise de volée, a envoyé le cuir dans les filets. "J'ai déjà visionné plusieurs fois le but et je suis sûr qu'après le tournoi, je le regarderai encore", confie le joueur d' un mètre 69 avec fierté.

Abramov est connu pour les belles réalisations dont il est l'auteur lors de rencontres décisives. En demi-finale de l'Euro de futsal 2016, il a enchaîné un coup du sombrero par-dessus un défenseur serbe puis, là encore, une reprise de volée pour fusiller le gardien et envoyer le ballon en pleine lucarne. "Ce but-là me plaît peut-être encore plus que celui contre l'Iran. Ils sont complètement différents l'un de l'autre, mais je dirais que celui-là était encore mieux", confie le jeune père d'une petite fille de deux ans.

L'armoire à glace bonde analyse en tout cas son propre jeu avec beaucoup de lucidité. Nulle trace, en apparence du moins, de l'excitation et du stress qui pourraient commencer à l'envahir à l'approche de la finale. "En fait, je suis toujours très calme avant les grands matches et j'espère que ce sera le cas pour cette finale en Colombie." Cependant, Abramov n'a pas encore beaucoup d'expérience en la matière, puisque cette année marque sa première participation au grand rendez-vous mondial. Il peut être largement satisfait du parcours qu'il a réalisé jusqu'à présent.

Concentré sur l'objectif
"Je me sens très bien ici et je savoure cette Coupe du Monde de Futsal. C'est formidable de voir jouer d'autres équipes et l'atmosphère dans les stades est fantastique. Même quand les fans ne sont pas là par nous, c'est une sensation extraordinaire de les entendre se manifester", se félicite l'attaquant, qui a signé deux buts et une passe décisive depuis le début du tournoi.

Le meilleur reste encore à venir, du moins l'espère-t-il. Le 1er octobre à Cali, la Russie se mesurera en finale à l'Argentine. C'est la première fois que les Européens atteignent ce stade de la compétition et ils ont de bonnes chances de repartir avec le trophée. Tout au long de leur parcours jusqu'à cet ultime duel, Abramov et ses partenaires se sont montrés extrêmement concentrés. L'objectif était clair et ils ont tout fait pour l'atteindre.

Il ne leur manque plus à présent qu'une victoire contre l'Albiceleste pour pouvoir décrocher le titre. Si Abramov semble très déterminé au cours de son entretien, il préfère cependant ne présumer de rien. Quand on lui demande quelle sera l'issue de la finale, il se contente de sourire. "Ce sera en tout cas un très beau match pour tous les fans", assure le joueur originaire de la région d'Ekaterinbourg.

Mais Abramov et ses coéquipiers vont devoir se concentrer s'ils veulent pour que les supporters russes aient le sourire à l'issue de la partie. Le rituel a certes été rompu, mais le joueur sur le point de fêter ses 27 ans ne devrait pas se laisser déstabiliser pour autant. Après tout, cette interview jouera peut-être même le rôle de porte-bonheur avant ce qui s'annonce comme le match le plus important de sa carrière.