L'Argentine a tout essayé pour battre l'Ukraine. Les deux défenses étaient parfaitement organisées, mais c'est bien l'Albiceleste qui, au fil des minutes, a pris l'ascendant sur son adversaire pour, en fin de partie, lancer un véritable assaut sur le but ukrainien. Mais rien n'y a fait. Les tirs ont été nombreux, les occasions multiples, mais l'Argentine n'a jamais réussi à trouver la faille au cours des 40 minutes du temps réglementaire. Le gardien ukrainien Ievgen Ivanyak a arrêté 21 tirs cadrés consécutifs. À 90 secondes du terme de la prolongation, une sixième faute donne à l'Argentine occasion de tenter une 22ème frappe. Entre en scène Leandro Cuzzolino...

"Je savais exactement ce que j'allais faire", explique l'intéressé au micro de FIFA.com au sujet de ce penalty, à 10 mètres de distance d'un gardien en état de grâce. S'il ne parvient pas à convertir sa tentative, Cuzzolino force son équipe à jouer à la loterie des tirs au but. "Je savais que j'étais obligé de marquer pour mes coéquipiers", poursuit le joueur de 29 ans. "Ils m'ont mis en confiance et je n'avais pas le droit de louper." Il frappe fort et bas, juste à l'intérieur du montant droit. Ivanyak est battu. "Je dois féliciter le gardien. Il a été le meilleur joueur ce jour-là, vraiment incroyable." Après 48 minutes et 30 secondes de tentatives avortées, les Argentins n'ont pas contenu leur joie lorsque Cuzzolino a enfin fait trembler les filets ukrainiens. "Quand j'ai vu le ballon au fond, j'ai ressenti un soulagement incroyable, comme si on venait de nous enlever un énorme poids des épaules."

Franchir encore un palier
Dans la Coupe du Monde de Futsal de la FIFA, Colombie 2016, l'Argentine a parfois bafouillé son football, surtout en défense, qui est pourtant son point fort. On a pu le constater dans ses confrontations avec les Iles Salomon et le Costa Rica. L'attaquant de Pescara estime toutefois que la performance contre l'Ukraine va donner un supplément d'énergie à l'Argentine pour son quart de finale. "C'est incroyable que nous n'ayons pas réussi à gagner ce match plus tôt. Nous avons vraiment très bien joué", analyse celui qui a inscrit contre l'Ukraine son quatrième but en Coupe du Monde, après ses trois réalisations à Thaïlande 2012, où les Argentins avaient justement quitté la compétition au niveau des quarts de finale. "On aurait pu facilement en mettre deux ou trois de plus. Au minimum. Mais cette victoire va être excellente pour notre confiance. Nous avions besoin de savoir exactement où nous en étions. Cette victoire va nous rendre plus forts. Nous sommes à un très bon niveau et je pense que nous allons encore franchir un palier en quarts de finale."

Le prochain adversaire de l'Argentine est une autre formation qui a dû en passer par la prolongation au tour précédent, à savoir l'Égypte, qui a réussi le petit exploit de battre l'Italie. Argentins et Égyptiens ont eu l'occasion de croiser le fer à deux reprises par le passé, à Guatemala 2000 et Brésil 2008. Les deux fois, les Sud-Américains l'ont emporté. Cette fois, les deux nations abordent les quarts de finale avec une confiance au beau fixe grâce à leurs victoires en prolongation au tour précédent. 

A cette occasion, l'Egypte n'avait laissé passer que trois buts sur les 70 tentatives italiennes... Un air de déjà-vu pour Cuzzolino et les siens ?