Jusque-là, il n'avait pas bien joué. Soudain, il reçoit une passe de Rodrigo sur la droite, transmet dans le même couloir à Ari et repique vers la surface. Le ballon lui revient et il déclenche une lourde frappe du gauche qui vient se loger sous la barre, à droite du gardien. Pour Falcão, il ne s'agit pas d'un but comme les autres : il s'agit de son 44ème en Coupe du Monde de Futsal de la FIFA, ce qui fait de lui le meilleur buteur de l'histoire de la compétition. Il vient de dépasser son compatriote Manoel Tobías.

"J'étais très anxieux ", reconnaît au micro de FIFA.com l'ailier de 39 ans, encore vêtu de son maillot floqué du numéro 12. "Je ne m'attendais pas, avec toute mon expérience et tout ce que j'ai vécu dans ma carrière, à me sentir comme ça. Ça s'est vu. Je n'étais pas bon et les gens étaient déçus... Et puis, quand je pensais que je n'allais pas y arriver, ces trois buts sont venus."

Que ressent-il ? "Du soulagement avant tout. Je sais que c'est un jour historique pour moi, pour le futsal et pour le Brésil, mais j'aimerais mettre ça entre parenthèses pour l'instant pour avoir l'esprit clair dans la suite de la compétition. Aujourd'hui, je ne pense qu'à gagner le titre."

Falcão, lors de sa dernière sortie, était déjà devenu le footballeur qui avait disputé le plus grand nombre de matches dans la Coupe du Monde, dépassant une nouvelle fois de ce point de vue son compatriote Tobías, qui était également son coéquipier à Guatemala 2000. "Tobías a lui aussi marqué l'histoire. C'est un monstre du futsal. Je voulais être comme lui", s'exclame-t-il en rigolant.

Un dernier record en vue
Le Brésilien a marqué son premier but au Guatemala justement, un 18 novembre devant le "Kazakhstan… Je ne peux pas oublier ça ! Mon premier but. En réalité, j'ai une très bonne mémoire. J'oublie rarement un but. Pour moi, chaque jour où je joue au futsal est un jour particulier." Falcão avait bouclé cette compétition avec six réalisations, mais le Brésil avait été battu en finale.

Son explosion en termes de prolificité dans une Coupe du Monde date de Chinese Taipei 2004, où il a inscrit 13 buts. Il en avait été récompensé par le Soulier d'Or adidas et le Ballon d'Or adidas, mais cela n'avait pas suffi au Brésil à soulever le trophée. Il avait même été absent de la finale pour la première et unique fois de son histoire.

En 2008, Falcão dispute le Mondial devant son public et fait trembler les filets à 15 reprises, ce qui lui vaut le Soulier d'Argent adidas. Peu importe, car cette année-là, il devient champion du monde pour la première fois de sa carrière et reçoit le Ballon d'Or adidas une deuxième fois d'affilée.

Thaïlande 2012 est un chapitre à part. Des problèmes physiques limitent son temps de jeu, mais il parvient à inscrire quatre buts, dont trois décisifs. "Les deux contre l'Argentine en quarts de finale sont les plus importants de ma carrière, car sans eux, le Brésil était éliminé de la Coupe du Monde." Falcão en marquera également un en finale contre l'Espagne.

L'équipe qui lui réussit le mieux est l'Ukraine, contre qui il a marqué sept buts en trois matches. Viennent ensuite les Iles Salomon (6 en un match), puis l'Argentine et l'Australie (5). À Colombie 2016, il a déjà trouvé la faille à sept reprises, mais tout laisse penser qu'il ne va pas s'arrêter là.

Il reste à Falcão un record à battre avant de, comme il l'a déjà annoncé, prendre sa retraite internationale : devenir le premier joueur à gagner trois Coupes du Monde de Futsal de la FIFA. Nul doute qu'il a cet objectif bien présent à l'esprit. "J'en veux encore plus : être le meilleur buteur, le meilleur joueur et champion du monde", conclut-il.