Il y aura un avant et un après Colombie 2016. Le dernier mot de la Coupe du Monde de Futsal de la FIFA ne reviendra pas au Brésil et à l'Espagne pour la première fois. La Russie ou l'Argentine leur grillera la politesse ce samedi 1er octobre à Cali. Européens et Sud-Américains n'avaient encore jamais atteint la dernière ligne droite de l'épreuve mondiale. L'Iran aura aussi l'occasion de réaliser une grande performance en décrochant la troisième place, alors que le Portugal pourra faire aussi bien qu'en 2000.

La finale
Russie - Argentine, Coliseo el Pueblo de Cali, 1er octobre 2016, 14h30 (heure locale)

L'autorité de la Russie n'a jamais été discutée dans le Groupe B. Si la Thaïlande (4:6) lui a tenu tête pendant plusieurs minutes, l’Égypte (1:6) et Cuba (7:1) n'ont jamais eu droit au chapitre. Le Viêt-Nam a encore moins existé en huitième de finale (7:0). L'Espagne, elle, est tombée de haut au tour suivant (6:2), alors que l'Iran, tombeur du Brésil, a dû baisser les armes dans le dernier carré (3:4). La recette de la machine russe ? Des individualités aux styles différents parfaitement imbriquées dans le collectif, le tout conjugué avec une confiance et une mentalité de vainqueur.

Les Argentins, eux, ont grandi match après match après un premier tour tendu dans le Groupe E.
Leur première victoire contre le Kazakhstan s'est dessinée dans la douleur (1:0), la deuxième face aux Îles Salomon a été plus difficile que prévu (7:3). L'Albiceleste a ensuite bouclé dans la sueur sa phase de groupes contre le Costa Rica (2:2). En huitième de finale, les Sud-Américains ont encore joué avec les nerfs de leurs supporters avec un succès en prolongation face à l'Ukraine (1:0, a.p.), avant de leur faire plaisir en quart de finale avec une victoire (5:0) contre l'Egypte et de les rassurer en demi-finale face au Portugal (5:2). Meilleure défense de la compétition, l'Argentine a retrouvé son réalisme au meilleur moment.

Le match pour la troisième place
Iran - Portugal, Coliseo el Pueblo de Cali, 1er octobre 2016, 12h00 (heure locale)

Onze fois champions d'Asie, l'Iran a l'habitude de terminer ses matches ses matches avec le sourire. Sa relation avec la Coupe du Monde est, elle, longue mais aussi plus tumultueuse. La Team Melli devra faire sans deux de ses cadres, son capitaine Mohammad Keshavarz et Ghodrat Bahadori, pour décrocher pour la première fois la troisième place dans l'épreuve mondiale.

Ricardinho a été moins à son affaire face à l'Argentine en demi-finale et c'est tout le Portugal qui a toussé. Impressionnante lors de ses cinq rencontres précédentes, la Selecção das Quinas aura à cœur de retrouver ses sensations offensives et son assise défensive afin de rentrer à la maison sur une bonne note.

Le joueur
Robinho (RUS)

Robinho est le seul cadre de la Russie toujours à la recherche de son premier but, et ce n'est pas faute d'avoir essayé. Avec son mètre 67, le plus petit joueur de l'effectif a initié beaucoup de bons coups russes depuis le début du tournoi, sans beaucoup de réussite à la conclusion. A-t-il gardé le meilleur pour la fin ?

La stat
6 - Comme le nombre de joueurs, ou membres de l'encadrement, qui ont un souvenir très personnel du dernier affrontement entre l'Argentine et la Russie lors du deuxième tour de Brésil 2008. Cristian Borruto, Fernando Wilhelm et Maximiliano Rescia étaient de la partie côté argentin lors du nul 2:2, alors que Vladislav Shayakhmetov était présent dans le camp d'en face. Mieux, le sélectionner argentin Diego Giustozzi et son adjoint Matias Lucuix avaient été alignés d'entrée.

Entendu…
"La Russie réalise une excellente Coupe du Monde. Notre objectif principal sera de ne pas perdre notre style de jeu. Je tiens à transmettre à mes joueurs suffisamment d'outils pour leur permettre d'être prêts pour la finale" - Diego Giustozzi, sélectionneur de l'Argentine

Le programme
Iran - Portugal (Coliseo el Pueblo de Cali, 12h00)
Russie - Argentine (Coliseo el Pueblo de Cali, 14h30)

(horaires en heure locale)