"Pour le jeu, pour le monde", telle est la devise de la FIFA. Ce principe devient encore plus évident lorsque l'on s'intéresse aux dépenses de l'instance dirigeante du football mondial.

La majeure partie des revenus de la FIFA est directement réinvestie dans le football et dans le développement du football. De fait, 70 pour cent des dépenses de la fédération mondiale sont directement affectées au football et plus particulièrement au département Responsabilité sociale des entreprises. Plus généralement, les programmes de développement représentent un secteur clé. Entre 2011 et 2014, 20 pour cent des dépenses réalisées, soit 1,052 millions de dollars (US), ont alimenté le Programme d'Assistance Financière, le Programme Goal et autres programmes de développement et projets sociaux.

Les tournois jouent également un rôle très important dans le développement du football, du pays hôte et des participants, tout en contribuant au bonheur de nombreux fans à travers le monde. Fort logiquement, les Compétitions de la FIFA représentent le plus gros poste de dépense : les frais liés à l'organisation des tournois sur la période concernée se montent à 2,817 millions de dollars.

Dans ce budget, la Coupe du Monde de la FIFA se taille la part du lion, avec un total de 2,224 millions de dollars. L'argent distribué aux participants à Brésil 2014, les contributions aux efforts du Comité organisateur local et les coûts de production télévisuelle constituent les principales dépenses. La FIFA investit également dans des tournois moins médiatisés, qui tiennent cependant une place importante dans le développement et l'amélioration du jeu. Au total, 505 millions de dollars ont ainsi été affectés aux 24 autres compétitions organisées au cours de la période 2011/14.

Parallèlement, la FIFA a effectué des versements à ses associations membres ainsi qu'aux confédérations pour un montant de 261 millions de dollars. Les clubs de football ont eux aussi reçu des fonds en provenance de la FIFA : 70 millions aux 396 clubs représentés à Brésil 2014. Pour assurer le développement du football dans le pays hôte de la Coupe du Monde, la FIFA a débloqué un Fond d'Héritage pour Brésil 2014 d'un montant de 100 millions USD, que qui permettra au pays de continuer à bénéficier des retombées du tournoi pour les années à venir.

À l'issue du Programme de Protection des Clubs de la FIFA, pour la période du 1er septembre 2012 au 31 décembre 2014, un total de 39,4 millions d'euros de compensation a été versé aux clubs, y compris des paiements anticipés pour les joueurs blessés sur toute la durée de leur indisponibilité. Étant donné le succès retentissant du programme, le Comité Exécutif de la FIFA a décidé d'étendre la durée du programme à la période du 1er janvier 2015 au 31 Décembre 2018. Cela concernera également les clubs féminin dont les joueuses évoluent en équipe "A". 

 a FIFA doit en outre composer avec d'importants frais de fonctionnement, ce qui n'a rien d'étonnant pour une organisation de cette importance. En tout, 861 millions de dollars ont été consacrés à ce secteur entre 2011 et 2014. La gouvernance du football mondial a elle aussi un coût : l'organisation des différentes commissions, des congrès, le traitement des questions juridiques et l'administration du football ont généré des frais à hauteur de 232 millions de dollars.

Avant de rapporter de l'argent, des postes tels que le marketing ou la commercialisation des droits TV et média requièrent d'importants investissements. Sur l'ensemble de la période, le respect de ces obligations contractuelles et les accords de licence représentent une dépense de 84 millions de dollars. Les frais de change ont également été pris en compte mais ceux-ci ont fort heureusement été largement compensés par des gains supérieurs sur le marché des devises.    

Enfin, le fonds de réserve a été alimenté pour permettre à la FIFA de réagir à des événements imprévus et assurer son indépendance financière.