Un des principaux objectifs statutaires de la FIFA est de préserver l’intégrité du football. Cela signifie que la FIFA s’engage à empêcher que des méthodes et pratiques – telles que la manipulation de matches – ne mettent en danger l’intégrité des matches, des compétitions, des joueurs, des arbitres ou des associations membres, ou ne donnent lieu à des abus dans le football.

Ces dernières années, la manipulation de matches a été l’une des principales menaces pesant sur le football. Cependant, la FIFA a mis en place dès 2005 différentes mesures visant à contrecarrer cette pratique. En élargissant la portée de son action à la surveillance étroite de ses compétitions sur le marché international des paris et à l’identification d’activités potentiellement suspectes à cet égard, la FIFA, en collaboration avec ses partenaires dans le domaine de l’intégrité, a été l’une des premières instances sportives internationales à lutter proactivement contre la manipulation de matches.

L’initiative d’intégrité de la FIFA, lancée en 2012, englobe les 211 associations membres de la FIFA et se focalise sur divers aspects, dont les cinq principaux domaines que sont la prévention, la détection, la collecte de renseignements, les enquêtes et les sanctions. Cette initiative a été mise en place dans le but d’analyser et d’enquêter sur des incidents suspects ainsi qu’à aider les associations membres et les confédérations – sur demande de ces dernières – à créer des structures et processus de base pour lutter contre la manipulation de matches. Cette approche intégrée aspire à couvrir de nombreux domaines – juridique, disciplinaire, surveillance des paris, détection des fraudes, prévention, etc. Elle implique en outre la révision des politiques et des procédures, l’analyse des faiblesses et menaces, ainsi que l’évaluation de l’efficacité de la réglementation et des cadres juridiques applicables contre la manipulation de matches à l’échelle des associations membres et des confédérations.

En 2016, la FIFA a précisé certaines mesures dans le document « FIFA 2.0 : une vision pour l’avenir du football » pour renforcer encore un peu plus sa lutte contre la manipulation de matches et préserver par conséquent l’intégrité du football. Ladite feuille de route contient notamment des recommandations enjoignant toutes les associations membres à mettre en place des pratiques de bonne gouvernance ainsi que des programmes intégrité. La FIFA s’attache à impliquer l’ensemble de ses associations membres et les confédérations dans ses programmes de prévention et de formation, ainsi qu’à encourager la coopération avec d’autres organisations sportives internationales et parties prenantes, telles que des sociétés de surveillance des paris ou des opérateurs de jeux d’argent. Dans les années à venir, l’accent sera mis sur le soutien aux associations membres et confédérations afin de leur permettre d’acquérir les connaissances et les compétences pour lutter contre la manipulation de matches au niveau national. Cette assistance inclut également une aide au niveau de la mise en place de mesures préventives ainsi qu’un soutien dans l’adoption d’approches durables en matière d’éthique et d’intégrité.

La FIFA a de son côté optimisé ses structures internes en réorganisant les fonctions d’intégrité dans le département Éthique de la division Juridique et Intégrité, plaçant ainsi sa principale mission qu’est la préservation de l’intégrité du football sous les prérogatives de la chambre d’instruction de la Commission d’Éthique, l’organe juridictionnel principalement en charge des enquêtes liées à de possibles infractions au Code d’éthique de la FIFA. Ces enquêtes, menées par les divers organes juridictionnels compétents et pouvant déboucher sur des sanctions si les potentielles infractions sont avérées, portent majoritairement sur la manipulation de matches tombant sous la juridiction de la FIFA.